Tout savoir sur les Admissions Parallèles dans les grandes écoles

Les classes préparatoires ne sont plus les seules voies pour accéder aux écoles de commerce ou d'ingénieurs. Avec un diplôme allant du bac+2 au bac+5, les élèves peuvent entrer directement en première ou deuxième année du cursus grande école.

admissions parallèles pour les grandes écoles

Pour intégrer une école de commerce, une école d’ingénieur ou une tout autre école spécialisée, plusieurs options sont offertes à l’étudiant.
Les principales voies d’accès à ces écoles sont les admissions post-bac ou bien post-prépa. Mais une alternative de plus en plus courante est celle des admissions parallèles. Focus sur cette admission sur titres.

Écoles de commerce

À côté de leur admission en post-bac ou bien post-prépa, les écoles de commerce proposent des admissions sur titres. En réalisant ce type d’admission parallèle, les écoles de commerce espèrent diversifier le profil de leurs étudiants. Dans ces écoles, près de la moitié des étudiants proviennent des admissions parallèles.
Les écoles post-prépa ouvrent davantage leurs portes aux itinéraires bis que les écoles de commerce post-bac.

Profil des candidats

Il est possible d’intégrer une école de commerce après un premier diplôme de niveau bac+2, bac+3 ou bac+4. Aujourd’hui, tous les établissements de commerce proposent ces « itinéraires bis ». Ils peuvent souvent permettre aux étudiants d’acquérir un profil plus en adéquation avec leur recherche de formation, de devenir ainsi plus polyvalents et enfin de réduire certains frais de scolarité.

Pour les bac+2

Très peu d’établissements recrutent à bac+1. La majeure partie des écoles de commerce effectuent des admissions parallèles après un bac+2, et ce, pour intégrer directement une troisième année.
Trois concours communs exigent ce niveau bac+2 (BTS, DUT, 2e année de licence) : Passerelle 1, Tremplin 1 et Ambition+. Ces concours acceptent aussi les titulaires d’un diplôme étranger équivalent (licence, bachelor, titre RNCP niveau II ou III).

Attention, l’entrée avec un bac+2 se fait en 1ère année du cursus grande école. Vont alors suivre soit une année de formation pour obtenir le titre de bachelor de l’école, ou bien trois années de formation supplémentaires pour obtenir le titre du cursus grande école (l’équivalent d’un master, c’est-à-dire bac+5).

À partir d’un bac+3

Les trois autres concours communs Passerelle 2, Tremplin 2 et DAC exigent un niveau bac+3 minimum (bachelor, licence, master, diplôme d’ingénieur), que ce soit un diplôme français ou un diplôme étranger équivalent. L’entrée se fait en 2e année du cursus grande école, c’est-à-dire qu’il y aura deux ans de formation dans l’école pour valider le diplôme grande école (c’est-à-dire l’équivalent d’un master, d’un bac+5).

Attention, de nombreuses écoles de commerce comme l'EM Lyon, l'EDHEC ou AUDENCIA proposent leur propre concours, indépendamment des autres concours. 

Pourquoi effectuer une admission parallèle ?

Le diplôme bac+2 (BTS, DUT) a pour objectif principal de permettre une insertion professionnelle facile à ses jeunes diplômés. Mais à la fin des deux ans, les titulaires du titre de technicien supérieur ou du diplôme universitaire de technologie peuvent être tentés de poursuivre leur cursus en réalisant une licence professionnelle ou bien en intégrant une grande école.

Cette intégration dans les cursus des grandes écoles de commerce s’adresse à ceux qui souhaitent se spécialiser davantage dans leur domaine. Elle s’adresse également aux étudiants qui veulent suivre une haute formation tournée vers l’international et l’entrepreneuriat. Les étudiants peuvent valoriser leur profil par la marque de l’établissement, dont la réputation n’est plus à faire. De plus, les diplômes de niveau supérieur délivrés durant le cursus des écoles de commerce, de bac+3 à bac+5, sont très valorisés dans le monde du travail.

L’intérêt pour les étudiants d’effectuer la suite de leur étude dans une école de commerce réside donc dans la multiplicité des expériences professionnelles qu’elle offre, dans les compétences techniques et la maîtrise d’un métier qu’elle peut apporter, ainsi que dans la spécialisation sectorielle.

En 2012, près de 45 % des étudiants auraient intégré une grande école de commerce par le biais des admissions parallèles, sans passer par la case prépa.

Aujourd’hui, les places disponibles dans les écoles sont de plus en plus nombreuses et les concours deviennent plus accessibles. Selon un sondage IFOP, 68 % des recruteurs tiennent compte de la formation initiale des étudiants qui ont intégré les écoles de commerce avec les admissions parallèles. Signe que le monde de l’entreprise valorise la diversité des profils. Pour autant, la formation la plus privilégiée par les recruteurs est le BTS, juste devant les classes préparatoires, talonnées par le Master et DUT.

Conditions d'accès

Depuis quelques années, les deux grandes écoles HEC et ESCP Europe proposent, avec plusieurs autres écoles (SKEMA, ESC Grenoble et Troyes) une banque d’épreuves communes : le concours DAC.
Celui-ci rejoint les 5 autres concours déjà disponibles en France pour les bac+2, les bac+3 et plus.
Focus sur les conditions d’accès, les coûts d’admissions et les dates d’inscriptions des admissions parallèles pour les grandes écoles de commerce.

Préparation aux concours

Toutes les écoles de commerce sélectionnent leurs candidats sur des dossiers, mais certaines proposent en plus des tests et des entretiens (de langue, de motivation ou autre).
Certaines écoles ont fait le choix de se regrouper pour créer des banques d’épreuves communes, dans lesquels se trouvent des concours communs d’admission. Le principe de recrutement pour les admissions parallèles va donc différer d’une banque à une autre.

Les épreuves écrites sont valables pour l’ensemble des écoles de la banque. Par exemple, les épreuves d’admissibilité pour le concours commun Passerelle 1 valent pour toutes les écoles de cette banque.
Les différentes épreuves écrites qui composent ces concours comprennent généralement des épreuves de synthèse, d’anglais, les tests Tage Mage ou Arpège
On retrouve par exemple pour le concours Passerelle une synthèse de dossier, un QCM d’anglais, une épreuve à option, ainsi qu’à un test d’aptitude au management.

Les épreuves d'admissions concentrent essentiellement des épreuves orales sous forme d'entretien individuel ou de groupe.

Pour se préparer à ce genre de concours, certains instituts et centres de formation en ligne proposent des cours à distance pour mettre le plus de chance de son côté pour réussir les épreuves et intégrer les grandes écoles de commerce. Il est également possible de consulter les annales ou d’assister aux journées d’informations et de préparations organisées dans les écoles (de janvier à mars)

Les inscriptions sont réparties en général entre décembre et mars. Mais certains concours, comme Ambition+, proposent plusieurs sessions d’inscription de février à août.

Les concours

On compte aujourd’hui pas moins de 17 écoles de commerce post-bac qui offrent la possibilité d’intégrer leur rang après le bac+2. Il faut ajouter à celles-ci, les nombreuses écoles qui n'admettent des étudiants qu'à partir de 120 crédits ECTS validés. 

Le concours Passerelle est celui qui offre le plus de places, et qui rassemble aussi le plus de candidats. À titre d’exemple, il y a eu en 2013, 3.844 candidats pour 1435 places pour le concours commun Passerelle 1.
Car attention, ce concours est subdivisé en deux concours distincts : Passerelle 1 pour les titulaires d’un diplôme de niveau bac+2 et Passerelle 2 pour les bac+3 au minimum.
Les concours Passerelle 1 et 2 ouvrent les portes de douze établissements de la Conférence des grandes écoles (CGE) : EDC Paris Business School, EM Normandie, EM Strasbourg, EM Grenobles, les ESC Dijon, La Rochelle, Montpellier, Pau, Rennes School of Business, Troyes, Télécom École de Management et Novancia Paris (cette dernière n’est disponible que pour Passerelle 2).
www.passerelle-esc.com

Le concours Tremplin est plus sélectif que le concours Passerelle, mais ils sont sensiblement semblables quant au choix des profils et au niveau des épreuves d’admissibilité et d’admission.
En revanche, il n’y a pas d’épreuve à option pour ce concours. Le concours Tremplin est aussi subdivisé en deux concours distincts pour les bac+2 et les bac+3 et plus : Tremplin 1 et Tremplin 2.
Les écoles concernées pour le concours Tremplin sont : ICN Business School (Nancy), Kedge Business School (Bordeaux et Marseille) et Neoma Business School (Reims et Rouen).
www.ecricome.org

Le concours Ambitions + regroupe 5 écoles parisiennes : l’EBS, l’ESCE (Paris et Lyon), l’ESG Management School, Ipag Business School et l’ISC. Dans ces établissements, l’intégration peut se faire en 1er année de cursus grande école pour 3 années de formation. Pour cela, il faut être titulaire d’un bac+2. L’intégration peut se faire également en 2e année du cursus grande école avec un bac+3.
Pour ce concours commun, il n’y a pas de phase d’admissibilité. Tous les candidats doivent passer les écrits et les oraux.

Le concours pour l’admission parallèle à HEC et l’ESCP Europe, le concours DAC, permet d’intégrer ces écoles en deuxième année, c’est-à-dire en première année du Master (bac+4). Il faut donc être titulaire, au minimum, d’un bac+3 pour faire sa candidature à ce concours.
Celui-ci est souvent qualifié comme le concours le plus difficile d’accès parmi les admissions parallèles. À titre indicatif, en 2013, ce concours comptait un peu moins de 900 candidats pour 25 places à HEC Paris, 50 places à l’ESCP Europe et 22 places dans les autres écoles. Soit un taux de réussite pour HEC et l’ESCP Europe de 10 %.
Dans ce concours commun, d’autres écoles offrent quelques places, comme la SKEMA (Lille, Nice, Paris) ou encore l’EM Grenoble et l’ESC Troyes.

Enfin, plusieurs écoles organisent leur propre sélection avec des concours spécifiques. C’est le cas, entre autres, de l’INSEEC (Bordeaux, Chambéry, Paris), de l’ESSEC (Cergy-Pontoise), de la Toulouse Business School. Il faut donc consulter leur site web pour être au courant des conditions d’admissibilité.

Les coûts

Les frais d’admissions pour les épreuves écrites diffèrent d’un concours à un autre.
Certains concours proposent de payer en fonction du nombre d’établissements sélectionnés, tandis que d’autres font un tarif pour l’ensemble des écoles de la banque.
Il faut compter en moyenne 150 € pour un établissement et jusqu’à 360 € pour l’ensemble des écoles. Attention, les tarifs sont différents pour les étudiants bénéficiant de bourses. Cela va de la simple gratuité à des frais divisés par deux.
Il faut compter en moyenne 50 € supplémentaire par écoles de la banque pour les épreuves orales. Pour les étudiants boursiers, il y a une réduction de 50 % sur ces épreuves orales.

Écoles d'ingénieurs

Les écoles d’ingénieurs proposent toutes de rallier un cycle d’études après un premier diplôme du supérieur. Grâce aux admissions parallèles, les écoles ouvrent à présent leurs portes à des profils toujours plus variés. Le but pour les étudiants qui veulent intégrer ces écoles est de trouver un parcours d’études en cohérence avec la spécialité de son choix et de ses perspectives professionnelles.

Profil des candidats 

Les admissions parallèles offrent des entrées à tous les niveaux. Un élève peut intégrer une école d’ingénieur après un DUT, une licence ou un BTS. Il existe des écoles qui proposent des cursus en 5 ans (les études durent cinq ans au total, dont deux ans de cycle préparatoire) tandis que d’autres ne proposent que des cycles de 3 ans (sans cycle préparatoire).
Ce n’est qu’une minorité d’étudiants ayant un bac+1 qui peuvent intégrer les cycles d’ingénieurs en école. L’intégration se fait davantage pour les bac+2, les bac+3 et plus.

Avec un bac+2

La majeure partie des admissions parallèles s’effectue après un bac+2, pour ainsi intégrer un cycle d’ingénieur en première année.
Les écoles en 3 ans offrent des places aux différents titulaires d’un BTS, d'un BTSA ou d’un DUT. Les personnes inscrites en deuxième année de licence peuvent aussi prétendre à ces écoles grâce aux admissions parallèles. À la rentrée 2014, on comptait pas moins de 67 % de nouveaux élèves qui ont intégré un cycle d’ingénieur après un bac+2.

On peut également trouver dans les écoles en 5 ans des places disponibles dès la première année (qui équivaut à la troisième année du cursus) avec un bac+2.

À partir d’un bac+3/4

Les admissions parallèles en 2e et 3e année du cycle d’ingénieur peuvent être faites par les étudiants titulaires d’une licence professionnelle (bac+3), d’un master 1 (bac+4) et enfin d’un master 2 (bac+5).
Le cycle d’ingénieur débouche sur un diplôme d’ingénieur (conférant également le grade de Master) et le titre de l'école
Les admissions se font avant tout en deuxième année du cycle d'ingénieur, même si certaines places sont accessibles en troisième et dernière année : ces places sont réservées à des profils pointus et peuvent s’inscrire dans le projet d’un double diplôme.

Attention : les étudiants qui possèdent un bac+3 peuvent se présenter au concours des admissions parallèles pour les bac+3 (et plus) et pour les bac+2, mais pas sur la même année scolaire.

Les raisons de faire une admission parallèle

Le système des admissions parallèles peut convenir à ceux qui souhaitent construire leur projet progressivement. Cette réorientation en plein milieu du cursus peut venir d’une stratégie élaborée dès la terminale pour construire son avenir professionnel.
Le rythme des classes préparatoires et l’issue incertaine des concours peuvent également motiver, certains à emprunter la voie, des admissions parallèles.

Les diplômes obtenus au préalable par les candidats sortant des écoles d’ingénieurs sont primordiaux pour les recruteurs. Elle peut démontrer une cohérence dans le projet professionnel et signifier des compétences spécifiques, que les étudiants de CPGE n’ont pu acquérir.

Le diplôme d’ingénieur amène au grade de master. Celui-ci ouvre les portes vers l’international et peut donner accès à une poursuite d’étude vers le doctorat.

Conditions d'accès

La sélection pour les concours aux admissions parallèles pour les grandes écoles d'ingénieurs peut être commune à tout un réseau d’écoles. Ces concours communs reposent sur des épreuves d’admissibilité puis des épreuves d’admission. La spécificité des concours communs c'est qu'ils sont valables pour un réseau d'écoles. Ces écoles ont leurs propres épreuves écrites (mathématiques, physique, biologie, chimie, langues étrangères, options, etc.) et leurs propres épreuves orales (entretien individuel ou de groupe, langues étrangères, etc.).

Préparation aux concours

Dans tous les concours communs, la sélection commence par l’examen du dossier des candidats. Dans certains cas, seul cet élément est pris en compte : c’est ce que l’on appelle un concours sur titre. Cette étape est donc, dans la majorité des cas, suivie par les concours écrits puis oraux.

Pour les écrits, l’épreuve de mathématique est incontournable. Pour les autres épreuves, tout dépend du concours sélectionné. Pour se préparer au mieux à ces épreuves et connaitre les notions à maîtriser, les notices des concours sont téléchargeables sur leur site.
Pour les oraux, les épreuves de langue et de l’entretien de motivation sont des passages obligatoires.

Pour aider dans la préparation de ces concours, certains instituts et centres de formation en ligne proposent des cours à distance. Grâce à des cours adaptés, ils permettent de mieux réussir les épreuves et d’intégrer plus facilement les écoles d’ingénieurs. Il est également possible de consulter les annales ou d’assister aux journées d’information et de préparation organisées dans les écoles (de janvier à mars).

Les concours d'accès

À bac+2

  • Concours national d’admission dans les grandes écoles d’ingénieurs (CCP)
  • Concours Agronomiques et Vétérinaires, voie C (BCPST, ENSA, ENV)
  • Concours de l'École Nationale Supérieure de l'Électronique et de ses Applications : le concours ATS
  • Concours du groupe de l'Institut National des Sciences Appliquées (INSA)
  • Concours du groupe des Écoles Nationales d'Ingénieurs (ENI) : Brest, Metz, Saint-Étienne et Tarbes
  • Réseau Polytech
  • Concours commun de l'École des Mines : Albi, Alès, Douai et Nantes
  • Réseau des Universités de Technologie (UT) de Belfort-Montbéliard (UTBM), de Compiègne (UTC) et de Troyes (UTT)

À bac+3

Frais d'inscription

Les prix sont variables d’un concours commun à un autre : ils vont de 58 € à 160 €. Il faut donc compter en moyenne une centaine d’euros pas concours communs. Certains frais d’inscriptions sont changent en fonction du nombre d’écoles choisies, même si les prix comprennent souvent toutes les écoles.
En revanche, les étudiants boursiers sont exonérés des frais d’inscriptions ou dans de rares cas profitent de 50 % sur le coût des écoles.

Autres écoles spécialisées

Même si les admissions parallèles sont les plus répandues et les plus connues pour les écoles de commerce et les écoles d’ingénieurs, de nombreuses écoles spécialisées proposent aussi ce type de recrutement : école de journalisme, Institut d’Études Politiques (IEP), école d’architecture, école de design pour ne citer qu’eux.

En Insituts d'Études Politiques

Il est possible d’intégrer tous les IEP (sauf Bordeaux et Paris) en 2e année avec un bac+1.
Pour les étudiants ayant déjà validé un diplôme équivalent à un bac+3, ils peuvent tenter de rejoindre en 3e année l’IEP de Bordeaux ou bien de rejoindre en 4e année les autres IEP (excepté Rennes et Strasbourg).

Concernant les concours d’entrée pour ces instituts d’études politiques, certains ce sont réunis pour proposer des banques communes d’épreuves. C’est le cas, par exemple pour la banque d’épreuve de l’admission parallèle pour le cycle de master dans les IEP d’Aix-en-Provence, de Lille, de Lyon, de Rennes et de Toulouse.

Attention, toutes les admissions parallèles dans les IEP se font par concours. Autre point important, certaines de ces écoles peuvent certes fournir un diplôme équivalent à un bac+5, mais pas nécessairement le diplôme de l’école.

Dans une école d'architecture

Les écoles d’architectures proposent, elles aussi, des programmes pour les élèves qui réalisent des admissions parallèles. Il est ainsi possible d’intégrer ces écoles après avoir validé un bac+2 ou un bac+3. L’admission parallèle et l’intégration en 2e ou 3e année vont différer d’une école à une autre.
Toutes les écoles proposant ces admissions ne sont pas officiellement reconnues par l’État.
Pour intégrer ces écoles par le biais des admissions sur titres, il faut donc posséder

Il n’existe en revanche pas de concours communs aux écoles d’architectes. Les écoles proposent chacune leur propre méthode de recrutements (sur dossier et/ou par concours écrits).

En école de journalisme 

Les étudiants en journalisme ont également la chance de pouvoir intégrer une école en bac+2/+3.

Chaque année, de nombreux élèves issus de filières comme le droit, l’histoire, la philosophie ou les sciences politiques intègrent une école de journalisme. À partir d’un niveau bac+2, les écoles proposent des admissions parallèles pour les cursus de second cycle qui vise le bac+5. La formation se fait donc en 3 ans après l’obtention du premier diplôme.

Par exemple, l’école française de journalisme intègre, par concours, des étudiants ayant réalisé 2 ans en université ou en classe préparatoire.
D’autre, comme l’institut supérieur de formation au journalisme (ISFJ), recrute les titulaires d’un bac+3/+4 pour un cursus de grade master sur deux années.

Les concours d’entrée aux admissions parallèles s’effectuent en grande partie par le biais de l’internet avec des cyberexamens.

Trouvez la bonne école en fonction de votre profil

Retour en haut de page