Changer de métier : découvrez toutes les informations pour vous reconvertir

Vous envisagez de changer de métier, réaliser une reconversion professionnelle, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Vous souhaitez connaître les différentes démarches pour changer de métier ainsi que les formations existantes ? Diplomeo vous donne toutes les informations.

Et si vous optiez pour les ressources humaines ?

Changer de métier. Vous êtes de plus en plus nombreux à y songer... et à sauter le pas ! D’ailleurs, de nombreuses études expliquent qu’aujourd’hui, chaque personne change de métier plusieurs fois durant sa vie professionnelle. Pourquoi changer de métier ? Quelles sont les démarches pour changer de métier ? Comment et quand changer de métier ? Diplomeo vous donne les réponses à toutes vos questions sur la reconversion professionnelle.

Découvrez la liste des formations pour changer de métier

Pourquoi changer de métier

Améliorer sa qualité de vie, changer son statut professionnel, donner un autre tournant à sa carrière : il existe de nombreuses raisons qui peuvent vous pousser à changer de métier. Chacune d’elles est légitime ! Nadia Peoc'h, conseillère en mobilité professionnelle à l'AFCI formation Paris 20eme, accompagne des jeunes de 16 à 25 ans dans la validation de leur projet professionnel. Selon elle, plusieurs raisons peuvent pousser des personnes à vouloir changer de métier. « Cela dépend des motivations et du contexte de la personne, explique-t-elle. Certains sont demandeurs d'emplois, licencés économiques ne trouvant pas d'emploi dans leur domaine d'activité. La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé peut également obliger à changer de domaine d'activité. Puis, il y a les salariés qui souhaitent obtenir une promotion, trouver un emploi plus valorisant, plus stimulant, changer de secteur d'activité professionnelle ou d'environnement de travail, valider son expérience par un diplôme, acquérir des compétences complémenataires. Pour finir, il y a ceux qui souhaitent créer leur activité professionnelle en lançant leur entreprise », détaille-t-elle.

Vous vous demandez probablement si une reconversion professionnelle aurait des résultats positifs, si vous ne prenez pas le risque de perdre votre emploi et de ne pas en retrouver, si ce changement d’orientation vaut le coup d’être tenté. La réponse est oui ! D’ailleurs, le nombre de reconversions professionnelles augmente de manière exponentielle en France. Et pour cause : le marché de l’emploi est en perpétuelle évolution, vous devez donc savoir vous adapter et saisir l’occasion de vous reconvertir. D’ailleurs, 75 % des recruteurs considèrent qu’une reconversion professionnelle est un avantage plutôt qu’un inconvénient.

Preuve que la reconversion professionnelle ne fait pas peur aux patrons, ces derniers sont 62 % à avoir déjà recruté des personnes ayant changé de métier. Alors n’hésitez pas, si vous votre profession ne vous convient plus, que vous souhaitez vous reconvertir et apprendre un nouveau métier : lancez-vous !

Si vous décidez de changer de métier, sachez que ce choix peut s'avérer particulièrement judicieux pour plusieurs raisons, dont les suivantes :

  • Vous pourrez découvrir un autre poste, un autre secteur
  • Vous gagnerez en motivation et dynamisme
  • Vous saisirez votre chance de multiplier vos expériences
  • Vous aurez la possibilité de changer d'équipes de travail et de hiérarchie
  • Vous pourrez faire valoir votre potentiel et vos compétences 
  • Vous pourrez aspirer à une meilleure rémunération 

Quelles sont les démarches pour changer de métier ?

Pour changer de métier, vous devez réaliser un certain nombre de démarches. Réflexion personnelle, bilan de compétences, études du marché de l’emploi : des réflexions qui vous donneront de premières clés pour chercher une formation qui vous permette de changer de métier. « Ce qui est important lorsque l'on veut changer de métier, c'est d'être sûr de son choix, témoigne Sylvie Holic, directrice de l'école d'informatique IPI. Pour se faire une idée précise du métier vers lequel s'orienter, il faut interroger des professionnels qui travaillent dans ce domaine, rencontrer des experts dans les écoles, utiliser internet pour trouver des témoignages », ajoute-t-elle. Nadia Peoc'h, quant à elle, évoque les différentes démarches envisageables : « Pour les demandeurs d'emploi, Pôle emploi est l'interlocuteur formation. De leur côté, les salariés peuvent solliciter leur entreprise en informant leur manager lors de l'entretien annuel afin d'intégrer le plan de formation et d'obtenir une autorisation d'absence. Ils peuvent également se renseigner auprès de leur OPCA (organisme paritaire collecteur agréé) pour voir si des formations sont envisageables en dehors de leur temps de travail, mais aussi, de vérifier si celles-ci sont éligibles ou non au compte personnel de formation, et donc à un financement. Pour finir, les organismes de formation, les centres de formation des apprentis ou les écoles proposant l'alternance peuvent également apporter de l'information », termine-t-elle.

Que faire pour changer de métier ?

Quelles sont les différentes démarches pour changer de métier ? Comment réussir sa reconversion professionnelle ? Voici les différentes étapes que vous devez suivre si vous voulez être sûr de réussir votre pari !

La reconversion professionnelle est-elle un avantage ou un inconvéniant ?

Réaliser un bilan de compétences

Si vous souhaitez changer de métier, vous devez tout d’abord réaliser un bilan de compétences. Celui-ci vous permettra de faire le point sur vos objectifs de carrière, vos atouts, vos compétences et vos aspirations. Vous pouvez faire ce bilan tout en étant salarié et sans que votre employeur n’en soit forcément au courant. Plusieurs organismes paritaires au titre du congé individuel de formation (OPACIF) peuvent vous aider à financer votre bilan de compétences. Celui-ci se déroulera en plusieurs étapes :

  • l’entretien préliminaire : le conseiller vous expliquera les objectifs du bilan de compétences.
  • la phase d’investigation : vous ferez le point avec votre conseiller sur vos connaissances, vos compétences et vos aspirations professionnelles.
  • la synthèse : votre conseiller vous restituera les conclusions de votre bilan de compétences dans un rapport. Vous seront alors proposées plusieurs pistes pour trouver votre nouvelle voie.

Pour Nadia Peoc'h, le bilan de compétences « permet aux personnes d'analyser leurs compétences professionnelles et personnelles ainsi que leurs aptitudes et leurs motivations afin de définir un projet professionnel ou de formation. C'est une approche globale de la personne considérée dans sa subjectivité avec des outils propres à favoriser l'élaboration de points de repères en matière d'évaluation de soi, des rapports à autrui, à l'environnement et au travail. Il permet de s'approprier son parcours professionnel, les compétences acquises, transférables ainsi qu'à développer une meilleure connaissance de ses centres d'intérêts », explique-t-elle.

Réfléchir à un parcours de formation

Une fois que vous aurez effectué votre bilan de compétences, vous pourrez alors réfléchir à un parcours de formation pour changer de métier. Pour cela, vous pouvez bénéficier d’une Prestation d’Orientation Professionnelle Spécialisée (POPS). Vous serez alors mis en lien avec un conseiller qui vous aidera à analyser votre besoin en formation. Il vous conseillera ensuite dans l’élaboration de votre projet de formation. N’hésitez pas également à consulter les différentes pages de Diplomeo : elles regorgent d’informations sur les formations professionnelles existantes.

Étudier les différents secteurs d’activité

Avant de vous lancer à la recherche d’une formation, il est également très important que vous fassiez une petite étude du marché de l’emploi. Quels sont les secteurs qui recrutent ? Quels sont les métiers qui ont la cote ? Quels seront les métiers en vogue ces prochaines années ? Si vous choisissez de changer de métier, il est important que vous ne choisissiez pas une profession qui ne recrute pas ou qui est sur le point de disparaître. Faites donc un état des lieux des métiers qui recrutent dans votre région, des secteurs d’activité qui marchent bien, et des entreprises qui recrutent ! Évidemment, ne vous orientez pas vers une formation en cuisine si vous ne souhaitez pas devenir cuisinier. Mais essayez d’adapter vos envies avec les besoins des entreprises.

Chercher une formation professionnelle

Il existe de nombreux organismes proposant des formations professionnelles. Pour autant, il est difficile de faire le tri parmi les formations proposées. Voici quelques conseils pour vous aider :

  • Pour commencer, cherchez les formations existantes dans votre ville et dans votre région.
  • Voyez ensuite si elles correspondent à ce que vous recherchez.
  • Si c’est le cas, vous pouvez vous assurer de leur qualité sur les différents sites spécialisés comme Diplomeo permettant aux internautes de noter les formations.
  • N’hésitez pas également à consulter les réseaux sociaux. Ces derniers donnent parfois de bons indicateurs sur la réputation d’un établissement et peuvent vous permettre de contacter des personnes ayant déjà fait la formation continue qui vous intéresse.

Financer une formation professionnelle

Comment financer une formation continue ? Une question que se posent de nombreuses personnes qui souhaitent changer de métier ! « Une fois que l'on a finalisé son projet de reconversion professionnelle, il faut se demander comment le financer. Les situations sont diverses : demandeurs d'emploi, salariés, etc. Il faut alors rencontrer les organismes spécialisés qui donnent des informations sur les financements de projets de reconversion. Il est également important de se renseigner auprès des écoles », témoigne Sylvie Holic. Plusieurs solutions existent donc, en voici quelques-unes.

Le congé individuel de formation (CIF)

Vous pouvez tout d’abord demander un congé individuel de formation. Celui-ci est un congé qui vous donnera la possibilité de vous absenter de votre poste afin de suivre une formation qualifiante pour changer de métier. Il ne vous sera accordé que sur demande de votre employeur et vous serez rémunéré pendant toute la durée de votre formation continue.

Le compte personnel de formation (CPF)

Tout au long de votre vie professionnelle, vous alimentez votre compte personnel de formation (CPF) en heures de formation. Le CPF a remplacé le DIF (droit individuel à la formation) il y a quelques années. Il recense les heures de formation que vous avez acquises au cours de votre vie active. Vous pouvez en bénéficier dès que vous le souhaitez en faisant une demande. Vous pourrez alors vous en servir pour financer votre formation professionnelle.

L’aide individuelle à la formation (AIF)

Si vous êtes en suivi Pôle emploi, en accompagnement CRP (Convention de Reclassement Personnalisé), en accompagnement CTP (Contrat de Transition Professionnelle) ou en CSP (Contrat de Sécurisation Professionnelle), vous pouvez bénéficier de l’aide individuelle à la formation (AIF) de Pôle emploi. Cette aide vous permettra d’obtenir un complément financier pour suivre une formation continue et vous aidera donc dans votre reconversion professionnelle.

Comment changer de métier ?

Mais comment changer de métier lorsque l’on exerce le sien depuis de nombreuses années et lorsque l’on n’a aucune expérience dans d’autres domaines ? Comment changer le métier sans le bac ou sans autre diplôme ? Comment changer de métier avec seulement un bac ou un bac professionnel ? Comment changer de métier lorsque l’on travaille dans la fonction publique ? Diplomeo vous donne quelques pistes.

Comment changer de métier sans expérience

Vous avez toujours voulu travailler dans le secteur médical, mais vous n’avez aucune expérience ? Vous voulez vous lancer dans la photographie, mais n’avez aucune notion ? Le stylisme vous attire, mais vos compétences dans le domaine laissent à désirer ? Pas de problème ! Il n’est jamais trop tard pour changer de métier, même sans expérience. De nombreuses formations professionnelles existent dans tous les domaines, elles vous permettront d’acquérir de très bonnes bases et d’amorcer sereinement votre reconversion professionnelle.

Comment changer de métier sans diplôme ou sans bac

Il est également tout à fait possible de changer de métier sans le bac ou tout autre diplôme. En effet, il existe beaucoup de formations qualifiantes qui permettent d’effectuer une reconversion professionnelle et de trouver un emploi immédiatement. Dans le domaine du service à la personne, de l’hygiène et de la propreté, de la sécurité, du commerce, de l’hôtellerie ou encore, du transport : de nombreuses formations professionnelles existent. Elles vous permettront de changer de métier sans diplôme. « La reconversion est possible à tout niveau de qualification. Cependant, l'accès à une formation donnée demande des pré-requis. Des remises à niveau peuvent être parfois envisagées », témoigne Nadia Peoc'h.

Comment changer de métier avec un bac ou un bac pro

Si vous n’avez qu’un bac ou un bac professionnel, que vous exercez depuis plusieurs années, et que vous souhaitez changer de métier, les organismes de formations proposent également plusieurs opportunités pour changer de métier. Il existe en effet de nombreuses professions qui sont accessibles après des formations courtes. C’est le cas de métiers tels que gestionnaire de paiesecrétaire juridiqueassistante maternelle ou encore, secrétaire médicale.

Comment changer de métier avec un bac+2, un bac+3, un bac+4 ou un bac+5

Vous avez un bac+2, un bac+3, un bac+4 ou un bac+5, il existe de nombreuses possibilités si vous souhaitez changer de métier. Vous pouvez envisager d’effectuer une formation professionnelle, mais vous pouvez également reprendre vos études. Dans votre cas de figure, deux possibilités :

  • Vous souhaitez totalement changer de métier et de secteur. Dans ce cas une formation professionnelle est très adaptée.
  • Vous souhaitez rester dans le même secteur, mais évoluer professionnellement : vous pouvez opter pour une formation professionnelle, mais aussi pour reprendre vos études et obtenir un diplôme d’un niveau supérieur à celui que vous avez obtenu précédemment.

Comment changer de métier quand on est fonctionnaire

Vous travaillez dans la fonction publique et souhaitez changer de métier ? C’est également possible ! Si vous êtes fonctionnaire, les possibilités d’évolutions professionnelles sont nombreuses. Une reconversion professionnelle totale est également envisageable. Le statut de fonctionnaire peut parfois être très avantageux, mais si vous n’en voulez plus, qu’est-ce qui vous empêche de changer totalement de métier ? Il existe de nombreuses formations professionnelles qui vous permettront de changer de voie et de faire de votre vie professionnelle ce que vous avez toujours voulu qu’elle soit !

Quand changer de métier ?

Changer de métier après 30 ans, 40 ans, 50 ans, 60 ans ? Non, il n’est jamais trop tard pour une reconversion professionnelle ! À tout âge, vous pouvez décider de donner un nouveau tournant à votre vie professionnelle. « Il a des mesures et des aides à l'emploi pour les seniors.  Mais il n'y a pas d'âge pour changer de métier et se reconvertir. L'accès à la reconversion dépend surtout du parcours, de la situation, du contexte dans laquelle se trouve la personne. Il repose sur un diagnostic social et professionnel prenant en compte tous les leviers et freins périphériques », expose Nadia Peoc'h.

Changer de métier après 30 ans

Vous n’avez commencé votre vie professionnelle que depuis quelques années, mais avez déjà envie de changer de métier ! De nombreuses possibilités existent pour évoluer professionnellement ou pour changer complètement de métier après 30 ans. Communication, graphisme, commerce, informatique : de multiples opportunités existent en formations qualifiantes, mais aussi, en formations diplômantes.

Changer de métier après 40 ans

Après 40 ans, vous pouvez également changer de métier. Vous avez la possibilité de reprendre vos études ou d’acquérir de nouvelles compétences dans des domaines variés.

Changer de métier après 50 ans

Et puisqu’il n’est jamais trop tard pour une reconversion professionnelle, vous pouvez aussi changer de métier après 50 ans. Reprendre vos études peut vous donner la possibilité de nouveaux horizons ou même d’évoluer professionnellement. Vous pouvez également opter pour une formation professionnelle pour obtenir de nouvelles qualifications.

Changer de métier après 60 ans

60 ans, l’âge de la retraite ? Pas pour tout le monde ! Si vous voulez continuer votre formation après 60 ans, il existe également de belles opportunités dans des secteurs très variés.

Où s’adresser pour changer de métier ?

Pour changer de métier, vous pouvez vous adresser à différents organismes. Voici une liste non exhaustive :

  • Votre entreprise : pour commencer, si vous souhaitez effectuer une formation professionnelle, vous pouvez en faire la demande auprès de votre entreprise. Celle-ci pourra même financer votre formation si elle souhaite vous faire évoluer professionnellement.
  • Un organisme paritaire collecteur agréé : les OPCA peuvent vous renseigner si vous souhaitez effectuer une reconversion professionnelle. Ces organismes ont pour mission de financer la formation des salariés hors temps de travail.
  • Pôle emploi : si vous êtes demandeur d’emploi et que vous souhaitez changer de métier, adressez vous directement à Pôle emploi. L’organisme pourra vous aider dans vos recherches et vous aiguiller en fonction de vos aspirations professionnelles.

Ils ont changé de métier, ils témoignent

Géraud, 37 ans : 

« Jusqu’en 2009, suite à mes études d'ingénieur, j'ai travaillé pour des collectivités dans la gestion des ressources en eau. Puis j'ai eu envie de me lancer dans une activité de cœur et de sortir du salariat en me reconvertissant dans le dessin, l'illustration, le graphisme et la création. Je n’ai effectué aucune démarche particulière pour changer de métier. Je me suis lancé de façon entière, en autodidacte, en suivant mon intuition et, bien entendu, les conseils de certains proches. Je me suis inscrit à plusieurs cours de dessin pour acquérir les bases académiques et confronter mes productions au regard de professionnels qui m'ont tous encouragé. Le travail est venu rapidement, j'avais à peine quitté mon poste qu'on me proposait divers travaux de commande. Cette reconversion, je l'ai faite à 30 ans et je ne la regrette pas. C'était le bon moment pour moi, ni trop vieux, ni trop jeune, avec suffisamment d'énergie pour y croire et déjà un joli bout de parcours professionnel derrière moi. Après quelques années dans l'illustration et le graphisme, étant toujours en quête d'évolution et persévérant, je suis devenu, depuis 2013 tour à tour, auteur, coordinateur de publication puis éditeur. La publication de l'essai graphique Franckushima, en mars 2016, m'a permis de franchir un cap, en aboutissant une enquête journalistique de 3 ans sous la forme d'un essai graphique qui marche bien et m'ouvre de nouvelles portes. Actuellement, vu ma situation familiale (enfants en bas âge), j'envisage de peut-être revenir au salariat, en visant un poste de chargé de communication dans le milieu associatif / ONG pour revenir à plus de stabilité, car les professions indépendantes ont aussi leur revers de médaille... Tout est une question d'équilibre ! »

Dahvia, 34 ans :

« Avant, j’étais chef de projet dans une agence de communication. J’ai décidé de changer de métier à 32 ans car je me suis rendue compte que je n’aimais plus du tout la communication, un métier dans lequel je ne me sentais pas à ma place et dans lequel j’avais du mal à voir quel pourrait être mon avenir. Lorsque j’ai pris cette décision, j’ai été accompagnée par une coach spécialisée pendant un moment. J’ai donc pu réfléchir grâce à elle à ce que je voulais faire, à ce que j’aimais : l’écriture notamment. J’ai aussi beaucoup discuté avec mes proches, des collaborateurs, des amis journalistes. J’ai hésité un temps à me lancer dans une formation FLE (français langue étrangère) avant de me rendre compte que le journalisme avait toujours été un métier que je voulais faire. J’adore mon nouveau métier de journaliste. C’est la meilleure décision que j’ai prise et j’ai conscience d’être chanceuse de pouvoir l’exercer dans le monde économique actuel. Ce job me correspond et répond à mon envie d’apprendre, de comprendre. J’envisage l’avenir beaucoup plus sereinement. Je me dit que beaucoup de possibilités seront possibles à l’avenir, pourquoi pas dans d’autres secteurs comme la politique, ou d’autres médias, comme la radio. »

Olivia, 41 ans :

« Avant de changer de métier, j’étais juriste en entreprise, spécialisée dans le droit commercial et droit des contrats. Je ressentais une grande lassitude et je n’avais plus aucun intérêt pour mon métier. J'ai vécu un licenciement économique suite à une liquidation judiciaire et 2012 et depuis, plus aucun poste proposé n'était intéressant. J'avais résolument envie de faire autre chose. Mais finalement, je me rends compte que cette envie était en moi depuis très longtemps. Je crois que je me suis trompée d'orientation professionnelle dès l'après bac. Ma reconversion s'est faite dans la durée et par étapes. Comme je voulais travailler dans la communication digitale, je me suis approchée petit à petit de mon but : en 2009, j'ai été embauchée à un poste de juriste tout en étant chargée de l'e-réputation de la société, en 2012 j'ai crée mon blog, Juriste in the City devenue La fille de l'encre (changement de vie professionnelle oblige), puis en janvier 2014, j'ai pris le statut d'auto-entrepreneur en rédaction web.Ce n'est qu'en février 2015 que j'ai décidé de laisser tomber définitivement les postes juridiques. Pour réaliser cette reconversion, j’ai effectué quelques formations courtes comme des MOOCs. Mais dans le numérique, on apprend surtout en lisant et en faisant. C'est pour ça que j'ai créé un blog, qui m'a servi de cabinet d'expérience et de CV. Pour moi, le déclic s'est fait à 38/39 ans. C'est vraiment à ce moment-là que j'ai compris que je refusais de passer mes 40 ans dans une boîte qui ne me plaisait pas à faire un boulot qui m'ennuyait fermement. J'avais envie d'enfin m'éclater dans ma vie professionnelle. Aujourd’hui, je revis ! Ce n’est pas facile parce que je cumule CDD et statut d'auto-entrepreneur et que je ne sais jamais de quoi les prochains mois seront faits mais sincèrement, cette reconversion, c'est la meilleure décision de toute ma vie. Je fais des rencontres formidables, je travaille sur des missions passionnantes et je me suis rendue compte que j'étais faite pour ça ! Je veux dire, je suis une bonne professionnelle ! C'est bien le signe que ce métier était fait pour moi non ? »

Stelda, 39 ans :

« Pendant 5 ans, j'étais chargée d'assistance pour un grand groupe d'assurance. Un métier que j'ai appris sur le tas, via une formation interne, car c'est un métier assez récent et il y a très peu de formations initiales. Pour changer de métier, j'ai fait un bilan de compétences, c'est très important. Je n'ai pas appris grand chose, par contre, ça m'a rassuré sur mon niveau scolaire/universitaire, ça m'a conforté dans mes projets (mon idée n'était pas délirante, les métiers qui ressortaient étaient ceux auxquels je m'intéressais ou que j'avais déjà pratiqué). Enfin, le bilan est un argument fort pour demander une formation, postuler dans une école, convaincre un employeur pour un CIF, etc. Je savais que le journalisme était un métier difficile (stress, difficultés de trouver un CDI, horaires, déplacements, etc). Pendant que j'étais encore chargée d'assistance, j'ai donc ouvert un blog, pour voir si je maîtrisais encore l'écriture et pour m'approprier les réseaux sociaux, l'iconographie, tout ce qui me semblait indispensable à l'exercice du métier aujourd'hui, et voir si je me sentais à l'aise avec ça (j'ai 3 enfants, je ne voulais pas non plus partir la fleur au fusil). Ensuite, j'ai fait des piges pour un hebdomadaire local. Cela m'a permis d'aller sur le terrain, de connaître les exigences du métier et les bases du journalisme. J'ai vite vu mes limites. Au bout d'un an, j'ai passé le concours de l'EPJ à Tours, pour intégrer l'année spéciale : un DUT de journalisme, réservé à ceux qui ont déjà une expérience dans le métier ou une licence. Cette formation est gratuite, donc je n'ai pas eu besoin de trouver de financement. Mon employeur ayant refusé une rupture conventionnelle, j'ai démissionné et j'ai vécu sur mes économies et grâce au salaire de mon gentil mari. J'avais 36 ans. J'étais quasiment la plus âgée du groupe (nous étions 14, le doyen avait 50 ans, les autres de 20 à 29 ans). J'avais déjà changé 3 fois de métier : d'abord assistante de direction, je me suis lancée comme styliste, puis je suis devenue chargée d'assistance. On passe les 2/3 de sa vie au travail. Je crois qu'il doit nous convenir, on doit se sentir à l'aise avec l'environnement, se sentir utile et bien sûr, pouvoir en vivre. Mes changements d'orientation ont été déclenchés par ces critères-là. Changer de métier n'est pas facile mais c'est tout à fait possible, quel que soit l'âge et la situation. Il faut se faire confiance, bien connaître ses limites et avoir conscience des difficultés. une fois que le terrain est balisé, il faut foncer ! Aujourd'hui, je suis journaliste dans un groupe de PQR (la Nouvelle République du Centre Ouest), au service magazines. Mes autres expériences (secrétariat, assistance, stylisme) me sont toujours utiles, elles enrichissent ma formation de journaliste. Pour finir, je crois que le journalisme est vraiment le métier qui regroupe tous mes centres d'intérêts et mes points forts : curiosité, empathie, créativité... et c'est un métier où je ne m'ennuierai jamais, je pense ! »

Delphine, 38 ans : 

« J’étais aide médico-psychologique auprès de personnes âgées atteintes de démence. J’ai eu un problème de santé qui m’a obligé à envisager une reconversion : je ne pouvais plus être sur le terrain (interdiction de porter). J’ai donc effectué un bilan de compétences : la voie sociale revenait toujours mais avec des métiers qui nécessitaient trop d’études. J’ai pris connaissance lors de ce bilan du BTS SP3S (service et prestations du secteur sanitaire et social). Un centre de formation près de chez moi le proposait en un an. J’ai eu des difficultés pour obtenir le financement de la formation : il me fallait l’accord de mon employeur qui s’opposait alors que 2 OPCA couvraient tous les frais. Un délégué syndicat m’a énormément aidé dans mes démarches. J’ai donc préparé ce BTS de mai 2015 à mai 2016. J’ai l’ai obtenu début juillet. Deux stages ont rythmé mon année de formation. Depuis le 1er septembre, j’ai intégré l’équipe du centre social où j’avais passé 7 semaines de stage en début d’année pour renforcer le secteur « adultes ». Je suis bien dans ce nouveau métier car je n’ai pas perdu le lien avec le public qui était primordial pour moi. Je travaille avec des personnes engagées et je me retrouve dans ces actions menées au quotidien. »

Quels métiers choisir ?

Il existe de nombreuses professions accessibles si vous souhaitez changer de métier. Voici une liste non exhaustives des métiers auxquels vous pouvez accéder via une formation professionnelle :

Quels secteurs pour changer de métier ?

Malgré les discours alarmistes, certains secteurs sont très en vogue, en France. Par exemple, si vous souhaitez créer votre entreprises, il existe plusieurs secteurs qui ont la cote. Selon le baromètre Le Figari/IdInvest de novembre 2015, les secteurs porteurs pour monter son entreprise en 2016 sont :

  • La restauration rapide haut de gamme
  • La sécurité domestique
  • Le microfinancement des PME
  • Les vêtements d'occasion
  • Les drones
  • La dermocosmétique
  • L'économie collaborative
  • L'énergie solaire
  • Les chaussures de sport
  • Les objets connectés
  • Les objets personnalisés en 3D
  • La mobilité urbaine
  • La livraison de repas
  • Les services à la personne 2.0
  • Les bagages

Quelles formations pour changer de métier ?

Les formations sont également très nombreuses pour changer de métier. Voici une liste non exhaustive des formations professionnelles pouvant mener à une reconversion professionnelle :

Mais il existe également d’autres formations qualifiantes et diplômantes pour changer de métier. Elles vous permettront de réussir une parfaite reconversion professionnelle.

Découvrez la liste des formations pour changer de métier

Retour en haut de page