Reprendre ses études à 30 ans, 40 ans, 50 ans ou 60 ans, c’est possible !

Reprendre ses études à 30, 40, 50 ou 60 ans, c’est possible ! Formation à distance, cours du soir, CIF, DIF… Il existe en effet de nombreuses possibilités qui s’offrent aux trentenaires et plus souhaitant décrocher un diplôme.

Il n’y a pas d’âge pour étudier ! S’ils ne représentent encore que 9 % d’inscrits dans l’enseignement supérieur, les plus de 30 ans sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à souhaiter acquérir de nouvelles compétences professionnelles et décrocher un diplôme. Formation continue, formation par correspondance, cours du soir, DIF… Les solutions ne manquent pas, encore faut-il les connaitre ! Alors, comment reprendre ses études à 30 ans, 40 ans, 50 ans et même 60 ans ?

Se former au cours de vie professionnelle peut s’avérer être un bon accélérateur de carrière. Mais attention, il implique souvent de faire des sacrifices, et notamment une baisse de revenus. 

Il existe aujourd’hui de nombreuses possibilités vous permettant d’envisager une reprise d’étude passé 30 ans, en voici les principales : 

Les différents types de scolarité pour les adultes

Étudier par correspondance sans contraintes

La formation par correspondance séduit un public très large. Étudiants, salariés ou encore sans-emplois, les formations à distance s’adaptent à chaque profil et disposent de nombreux avantages. Elles permettent en effet de se former tout en conservant un emploi, en travaillant à son rythme et sans obligation de déplacement dans un institut de formation. 

ÉducatelCNEDDistanciaComptaliaEnaco OnlineÉcole Chez SoiEDNB… Il existe aujourd’hui de nombreuxorganismes de formation à distance qui dispensent des diplômes reconnus par l’État, délivrés par la Fédé ou encore des certifications. 

Si toutes les formations ne peuvent pas être suivies à distance, de plus en plus d’écoles élargissent leur panel. Il est notamment possible de reprendre ses études par correspondance en préparant : 

Si le principe de correspondance peut séduire, il faut néanmoins bien être conscient qu’il n’est pas adapté à tout le monde. Cela requiert en effet beaucoup de rigueur, d’organisation et une grande motivation. En recevant les cours chez vous, par voie postale ou par E.-learnig, vous pourrez décider de travailler quand vous le souhaitez. Des professeurs restent disponibles et vous pouvez généralement les joindre par mail, par téléphone ou par Skype. Selon les matières, différents types d’exercices ou de devoirs vous seront proposés ainsi qu’une correction individualisée. 

Retrouver les bancs de l’école en cours du soir

Pour apprendre un nouveau métieracquérir de nouvelles compétences ou se remettre à niveaules cours du soir proposent aux adultes, salariés ou non, de suivre une formation qui les préparera à un diplôme. Ces cours ont lieu en fin de journée, généralement à partir de 19 h. Certains cours municipaux d’aldutes peuvent être gratuits, il est nécessaire de se renseigner auprès de la mairie. Il est par ailleurs possible de suivre le programme du baccalauréat en cours du soir afin de se présenter à l’examen en candidat libre.  

Il existe également des organismes de référence comme l’AFPA (Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes) qui proposent de nombreuses formations qualifiantes, mais également des conseils en transition professionnelle. Des personnes sans-emploi depuis un certain temps peuvent se voir proposer ce type de formation par le Pôle Emploi afin de se remettre à niveau et faciliter leur réinsertion sur le marché du travail. 

Il existe de nombreuses formations en cours du soir. Parmi elles :

La formation professionnelle, un droit

Durant leur vie professionnelle, les salariés ont accès à un certain nombre de dispositifs leur permettant d’accéder à un niveau supérieur de qualification, de se perfectionner ou encore de se reconvertir. Qu’elle soit financée par votre employeur ou par un organisme privé, la formation professionnelle est un droit qui s’adresse à l’ensemble des salariés au cours de leur carrière. Dans un monde professionnel qui ne cesse d’évoluer, elle s’impose comme un levier d’accès, de maintien, mais également de retour à l’emploi. La formation professionnelle permet donc dereprendre ses études tout en travaillant. La participation des salariés à la formation pro est de plus importante. De nombreuses réformes ont d’ailleurs permis d’adapter l’offre de formation réservée aux adultes aux différentes évolutions économiques et sociales et aux entreprises. La ministre de l’emploi, Myriam El Khomri, mène d’ailleurs en ce moment même une réflexion sur le Compte Personnel d’Activité (CPA) : l’objectif de la réforme est de créer une sorte de sécurité sociale professionnelle afin de sécuriser les parcours professionnels.

La formation continue des salariés

De plus en plus d’universités ou de grandes écoles comme les écoles de commerce dispensent des programmes spécifiques pour les salariés. Ils développent ainsi des programmes courts, créent des stages sur mesure pour les entreprises, intègrent les salariés à leurs programmes de formation MBA ou MS par exemple. En 2010, 10 % des diplômes obtenus dans l’année concernaient la formation continue.

Comment financer sa reprise d'études ?

La formation financée par CPF

Le compte personnel de formation (CPF), a remplacé depuis 2015 le Droit Individuel de Formation (DIF). Ce compte personnel est alimenté en heures de formation. Il est utilisable par tous les salariés, tout au long de leur vie active, pour suivre une formation qualifiante. Il contient toutes les heures de formations qui ont été acquises par le salarié au cours de sa vie active et jusqu’à son départ à la retraite. Il recense également les différentes offres de formations dont le salarié peut bénéficier : qu’elles soient qualifiantes (diplôme ou titre professionnel), qu’elle lui permette d’acquérir des connaissances de base, ou d’obtenir un accompagnement pour une validation des acquis de l’expérience (VAE).

Le Congé Individel pour se former

Le Congé Individuel de Formation permet à tout salarié, au cours de sa vie professionnelle, de profiter d’un congé lui permettant d’acquérir une nouvelle qualification ou de préparer un diplôme. Le salarié peut ainsi s’absenter de son poste afin d’effectuer une formation pour se qualifier, connaître une évolution professionnelle ou se reconvertir. Cette période de formation doit être acceptée par l’employeur, mais n’est pas financée par l’entreprise. En effet, il est nécessaire de formuler une demande auprès d’un organisme paritaire agréé par l’État comme leFongécif ou l’Opacif. Le salarié bénéficiera ainsi de la prise en charge d’au moins 80 % de sa rémunération et d’une prise en charge partielle de sa formation. Pour pouvoir bénéficier d’un congé de formation, il est nécessaire de justifier d’une activité d’au moins deux ans, dont un an dans l’entreprise actuelle. Les salariés disposeront d’un an pour préparer un diplôme comme un BTS ou un Master à l’issue duquel ils réintégreront l’entreprise. 

Valider son expérience par la VAE

La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) permet de valider tout ou une partie d’une certification grâce à une expérience professionnelle salariée, non-salariée, bénévole ou volontaire. La VAE est accessible à n’importe quel âge, pour peu que la personne puisse justifier d’au moins trois années d’expérience dans son domaine. Le VAE peut être un diplôme, un titre ou encore un certificat de qualification professionnelle. De nombreuses écoles proposent actuellement de décrocher leur diplôme via la validation des acquis. Il est donc possible d’obtenir unBTS, mais il faut avant tout adresser un dossier au DAVA (Dispositif Académique de Validation des Acquis). 

Le Fonds National d’Aide d’Urgence pour aider au financement

Trop âgé pour bénéficier d’une bourse ? Il vous reste le FNAU (Fonds National d’Aide d’Urgence). Aide financière accordée aux étudiants, le Fonds National d’Aide d’Urgence s’adresse aux personnes de moins de 35 ans (sauf en cas de situation de handicap reconnue) dont les ressources sont inférieures au plafond prévu par le barème d’attribution des bourses. Elle peut prendre la forme d’une aide ponctuelle ou d’une aide annuelle, versée sur 9 mois. La demande devra se faire auprès du Crous. Il est possible de bénéficier d’une aide d’urgence annuelle ou bien d’une aide d’urgence ponctuelle.

Le financement personnel

Les salariés ne disposant pas d’assez d’heures au titre du DIF ou ne souhaitant pas avoir recourt à un Congé Individuel de Formation peuvent également financer leur formation seul. Dans ce cas, ils ne sont pas obligés d’en faire part à leur employeur, si celle-ci s’effectue en dehors du temps de travail. Pour ce genre de formation, les cours du soir sont particulièrement adaptés.

Le Pôle Emploi et la Région

Avant de débuter vos démarches de demande de formation, n’hésitez pas à consulter votre conseiller Pôle Emploi. Il pourra vous aider à valider votre dossier de formation. En effet, une récente étude a démontré l’importance de la formation en matière de retour à l’emploi : 50,8 % des chômeurs ayant suivi une formation prescrite par Pôle Emploi ont retrouvé un emploi au cours des six mois suivants. Dans certains cas, vous pouvez également faire des demandes de prise en charge des frais de formation auprès d’autres structures : le Conseil Régional, le Conseil Général, la Mairie …

Formation diplomante ou qualifiante ?

Les formations diplomantes sont différentes des qualifiantes. Elles n’ont en effet pas les mêmes objectifs. Si la formation diplomante est, comme son nom l’indique, une formation validée par un titre homologué ou un diplômé délivré par un Ministère. Certaines professions ou concours ne sont d’ailleurs accessibles que sous condition de diplôme. À l’inverse, une formation qualifiante délivre une qualification et un savoir-faire reconnus par un secteur d’activité ou une branche. 

Reprendre ses études

à 30 ans

Très tôt vous êtes entré sur le marché du travail, mais aujourd’hui vous souhaitez reprendre vos études pour vous orienter vers un métier qui vous plait réellement ? Vous pouvez consulter nos 5 conseils pour mettre toutes les chances de votre côté et reprendre vos études !

à 40 ans

Cela fait 15 ans que vous travaillez dans la même entreprise sans pour autant être passionné ? Il est donc peut-être temps de penser à une reconversion professionnelle ! À vous d’étudier maintenant le monde de formation qui sera le plus adapté à votre profil.

à 50 ans

Il n’est jamais trop tard pour reprendre ses études ! Même à 50 ans, il est possible de suivre une formation par exemple qualifiante pour approfondir ses connaissances dans un domaine particulier. Cela peut par exemple concerner une personne en charge de l’administratif d’une entreprise qui souhaiterait se perfectionner dans l’informatique en général ou dans un logiciel propre à sa fonction.

à 60 ans

De plus en plus de séniors souhaitent reprendre leurs études à 60 ans. À l’âge de la retraite ou un peu avant, vous êtes en effet nombreux à vous lancer dans des études que vous n’avez pas pu faire auparavant. D’ailleurs, de nombreuses formations sont aménagées et peuvent vous permettre d’étudier à 60 ans.  Cours par correspondance, université, formations professionnelles : de nombreuses opportunités existent.

Sans le bac

Si la réussite à l’examen du baccalauréat est généralement un passage obligé pour accéder à l’enseignement supérieur, certains établissements acceptent les non-bacheliers. Il est alors possible d’intégrer des cycles courts comme un BTS ou de faire valoir une expérience professionnelle. Attention tout de même car ce n’est pas la voie la plus simple. L’une des alternatives sera d’intégrer une formation diplômante qui permet également de se présenter comme candidat libre à l’examen du baccalauréat.

Retour en haut de page