Une fois le BTS ESF validé, que faire  ?

par Soizic Meur

Vous venez d’être diplômé ou êtes en préparation de votre BTS ESF et la question se pose désormais : que faire une fois le diplôme obtenu ? Diplomeo vous aiguille vers la meilleure possibilité.

jeune femme qui aide une personne à faire ses courses
Le secteur de l'économie sociale et familiale touche plusieurs publics.

Impossible de dire que le BTS Économie sociale et familiale est une impasse ! Les possibilités sont très variées après la validation du diplôme bac+2. Que vous souhaitiez vous lancer dans une activité ou dans la poursuite de votre formation, nous allons pousser toutes les portes qui s’ouvrent à vous.

Poursuivre ses études

Le BTS est une formation qui comporte des stages et donc assez professionnalisantes. Cependant, les étudiants sont nombreux à choisir la poursuite d’études, que ce soit dans un domaine proche de l’économie ou dans un domaine plus éloigné.

Trouvez la bonne formation dans le Social

Préparer un DECESF

Le Diplôme d’État de conseiller en économie sociale familiale (DECESF) est un DE que vous allez préparer en un an après le BTS. Il permet d’être ensuite employé dans des structures comme les collectivités territoriales, la Caf ou encore la Sécurité sociale. Le conseiller en économie sociale et familiale a ensuite diverses missions auprès des publics en difficulté parmi lesquels les aider à s’organiserau quotidien et prendre en charge des événements.

Margaux a choisi de préparer ce diplôme après son BTS ESF : « J’ai choisi de suivre cette voie, car pour devenir conseillère en économie sociale et familiale, avoir le DE est inévitable ! Trouver du travail avec simplement le BTS est très difficile. L’obtention du DE ouvre beaucoup plus de portes. Et puis on ne travaille pas dans le social par hasard, mais par vocation ! Donc pour moi c’était une suite logique. »

« Cette année permet une vraie remise en question sur toi-même, tes pratiques professionnelles, ton avenir, tes valeurs et convictions…»

La jeune Languedocienne explique son année : « La formation n’a rien à voir avec les deux années précédentes du BTS. Le côté technique n’y est plus ! On apprend beaucoup sur le métier de CESF, mais également sur soi. C’est une année difficile, mais tellement enrichissante. Durant cette année, 4 mois de stages sont exigés. C’est le plus intéressant pour moi, car on peut mettre en avant les compétences acquises au cours des 2 années précédentes et de l’année en cours. On passe du statut de stagiaire observatrice à “collègue de travail”. Et enfin cette année permet une vraie remise en question sur toi-même, tes pratiques professionnelles, ton avenir, tes valeurs et convictions… pour ma part elle n’a fait que confirmer mon choix de devenir travailleur social ».

Se spécialiser grâce à une licence pro

C’est peut-être l’année qu’il vous manque dans votre cursus. Une année de spécialisation avant de vous lancer dans le monde du travail : la licence professionnelle. Dans le domaine de l’économie sociale et familiale, vous pourrez trouver plusieurs licences pro. Elles sont proposées dans les universités ou les IUT (instituts universitaires de technologie) qui s’y rattachent.

Trouvez la bonne formation en Licence Pro

Cette année est souvent proposée en alternance : une formule qui permet de mettre un premier pied dans le monde professionnel pendant des périodes de travail. La licence professionnelle n’a pas vocation à la poursuite d’études, mais plutôt à vous mettre le pied à l’étrier et à affiner vos connaissances dans un domaine précis pour vous lancer à la recherche d’un emploi.

Voici quelques domaines dans lesquels vous trouverez des LP en France :

  • Licence pro Intervention sociale
  • Licence pro Administration et gestion des entreprises de l’économie sociale
  • Licence pro Droit et gestion des entreprises associatives
  • Licence pro Métiers de la cohésion sociale
  • Licence pro Management des organisations de l’économie sociale et solidaire
  • Licence pro Gestion des structures de l’économie sociale
  • etc.

Entrer en troisième année de licence

Après la validation des compétences d’un BTS ESF, il est également possible de rejoindre l’université. Que ce soit dans le domaine de l’économie et notamment vers la licence AES (Administration économique et sociale), mais aussi vers d’autres domaines. C’est le cas de Salomé qui, après son BTS ESF, a choisi d’intégrer l’université de Toulouse pour une licence 3. « Le BTS ESF m’a permis de me rendre compte de la réalité du travail social. Chose qui m’avait toujours intéressé et passionné. Cependant lors de mes stages je me suis remise en question en essayant de voir si j’avais vraiment la carrure pour travailler dans ce milieu toute ma vie. Après l’obtention de mon BTS, deux options m’ont été proposées : continuer vers le Diplôme d’État de Conseillère en Économie Sociale et Familiale (DECESF) ou bifurquer vers une autre filière. »

« J’intègre un bac+5 et je trouve ça merveilleux. Je ne pensais vraiment jamais réussir à faire des études longues.»

C’est cette deuxième option qu’a choisi la jeune femme : « Depuis toute petite le domaine de l’enfance et plus particulièrement celui de l’éducation me plaisait, mais j’étais sûre de ne pas avoir le niveau scolaire suffisant. J’avais donc abandonné l’idée jusqu’à ce que j’apprenne qu’avec mon BTS ESF, j’avais assez de connaissances et de compétences pour intégrer une Licence 3 en Sciences de l’éducation ! Mon rêve de petite fille pouvait peut-être avoir lieu. Voilà pourquoi j’ai décidé d’intégrer une L3 à la suite du BTS : pour tenter de donner vie à mes rêves, moi qui pensais que j’arrêterais après un bac+2, me voilà lancée pour encore quelques belles années d’études. »

Avant d’entrer en L3, Salomé à monter un dossier comprenant ses bulletins scolaires et les UE validées lors du BTS. « Si certaines UE coïncident alors c’est bon, tu peux y aller ! Le BTS m’a donc apporté les UE communes pour intégrer la licence. Cependant, il m’a aussi apporté des connaissances détaillées dans certaines matières notamment en psychologie de l’enfance. J’avais donc certaines facilités de par mon ancien parcours. »

En septembre, Salomé va entrer en deuxième année de Master MEEF (métiers de l’enseignement) pour devenir professeur des écoles. « J’intègre un bac+5 et je trouve ça merveilleux. Je ne pensais vraiment jamais réussir à faire des études longues. Pourtant, c’est le cas. Comme quoi, il ne faut jamais laisser la longueur des études nous faire peur, mon niveau scolaire est devenu plus solide avec les années. Mon rêve d’être un jour maîtresse est tout proche ! »

Intégrer une formation professionnalisante : le bachelor

Trouvez la bonne formation dans le social

Liste des
Bachelor Social

Autre formation qu’il est possible d’intégrer en troisième année : le bachelor. Cette formation est dispensée par des écoles privées et propose généralement des admissions parallèles qui permettent aux titulaires de BTS ou DUT d’entrer directement en troisième année de ce programme généralement suivi en trois ans après le bac. Ce programme se compose de cours dans un domaine précis et d’un stage assez long généralement (environ 6 mois). Cette année à vocation à vous permettre d’intégrer une entreprise directement après le bachelor ou à vous préparer à une formation de niveau supérieur comme le master par exemple.

Vous pourrez trouver des bachelors dans le domaine de l’économie sociale et familiale dans certaines écoles de commerce ou de management.

Entrer dans le monde du travail

Si, après vos deux années d’études, vous ne voulez pas vous lancer dans une formation autre, vous pourrez totalement choisir d’arrêter là vos études. Avec un niveau bac+2, vous pouvez tout à fait occuper des postes dans le domaine de l’économie sociale et familiale. Il est notamment possible d’exercer des métiers comme :

  • animateur en collectivité territoriale
  • assistant-éducateur
  • technicien de l’intervention sociale
  • responsable d’équipement
  • conseiller technique
  • chargé de projet
  • médiateur culturel
  • éducateur sportif
  • accompagnateur
  • responsable de planning
  • etc.

Certains métiers sont également accessibles via des concours comme celui d’éducateur de jeunes enfants, d’éducateur spécialisé ou encore d’assistant social par exemple.

Retour en haut de page