Peut-on intégrer une grande école après un BTS ?

Après un bac+2, les étudiants en BTS et en DUT ont la possibilité de poursuivre leur niveau pour affiner leur profil. Quelles sont leurs possibilités d'entrer dans une école de commerce ou d'ingénieurs ?

Grandes écoles : 45% d'admissions parallèles !

Le BTS a pour objectif principal de permettre une insertion professionnelle facile à ses jeunes diplômés. Mais à la fin des deux ans, les titulaires du titre de technicien supérieur sont majoritairement tentés de poursuivre leur cursus en intégrant une grande école. Quelles sont leurs chances d’être recrutés ?

Les BTS sont réputés pour être des formations professionnalisantes et diplômantes. Grâce à un bac+2 et un enseignement qualifiant, il est possible pour les jeunes diplômés d’intégrer la vie active dès la fin de leur cursus. Il y a en effet une réelle volonté du gouvernement français d’améliorer la filière professionnelle dans l’enseignement supérieur, afin de répondre aux besoins des entreprises de commerce, de services et des industries françaises. Ceux qui souhaitent se spécialiser davantage dans leur domaine peuvent tout à fait envisager de poursuivre un cursus, avec une licence professionnelle par exemple. Intégrer une prestigieuse école permet de suivre une haute formation tournée vers l’international et l’entreprise, grâce à de nombreux partenariats. Les étudiants peuvent valoriser leur profil par la marque de l’établissement et un diplôme de niveau supérieur, de bac+3 à bac+5.

Après le bac, on rencontre désormais des étudiants qui se lancent directement dans la course aux grandes écoles, et d’autres qui font le choix de préparer d’abord un BTS. C’est notamment un moyen de se donner de meilleures chances aux concours, tout en s’assurant un diplôme d’État de premier cycle universitaire. Les écoles supérieures de commerce et d’ingénieurs ont de leur côté décidé de diversifier leur voie d’accès. Elles se tournent désormais davantage vers les titulaires d’un BTS ou d’un DUT, pour encourager l’hétérogénéité des profils académiques et culturels, et la recherche de jeunes talents.

Une prépa Post-BTS pour intégrer une école

Les grandes écoles de commerce et d’ingénieurs sont accessibles sur concours. Pendant longtemps, les jeunes bacheliers devaient obligatoirement passer par la phase prépa en deux ans pour intégrer l’un de ces établissements. Depuis plus de 25 ans, pour s’adapter aux prétendants titulaires d’un bac+2, les écoles d’ingénieurs proposent des classes préparatoires scientifiques post BTS, BTSA et DUT. Il s’agit de la prépa ATS (Adaptation Technicien Supérieur) qui permet d’entrer en première année du cycle ingénieur, pour un cursus de trois ans. Au programme, on retrouve les matières scientifiques fondamentales, le français, la philosophie et les langues. L’objectif est de remettre les étudiants à niveau par rapport aux étudiants issus de CPGE post-bac (Classes préparatoires aux grandes écoles). Il est difficile de chiffrer le nombre de places offert aux étudiants bac+2 tant les écarts sont importants d’un établissement à l’autre, même lorsqu’ils sont du même groupe. Par exemple, Polytech Tours offrait 22 places lorsque Polytech Grenoble n’en proposait que deux. On estime néanmoins les effectifs issus de prépa ATS à 40 % du nombre total d’apprentis ingénieurs, pour 4.8 % sortants d’un BTS.

Concernant la grande famille des écoles de commerce, les classes prépas sont aujourd’hui minoritaires. En 2012, les grandes écoles appartenant à la CGE (Conférence des Grandes Écoles) recrutaient 37 % d’élèves en classes prépa, pour 9 % de jeunes bacheliers et 7 % de titulaires du BTS. Les écoles post-bac sont désormais de plus en plus nombreuses, les DUT et BTS sont largement recrutés par les écoles post-prépas.

La multiplication des admissions parallèles

En 2012, 45 % des étudiants auraient intégré une grande école par la voie des admissions parallèles, sans passer par la case prépa. 5,5 % étaient diplômés d’un BTS. 38 % des effectifs seulement étaient recrutés post-prépa et 17 % étaient jeunes bacheliers. En moyenne, près des 2/3 des diplômés en écoles de commerce proviennent d’admission parallèle, pour 20 % en écoles d’ingénieurs. Pour cause, les places offertes sont de plus en plus nombreuses et les concours réputés plus accessibles. Pour être certains que ces étudiants aient le même niveau que les admis en première année initiale, des cours supplémentaires et des prérentrées sont prévus. Les admissions parallèles permettent d’éviter le passage par les classes préparatoires où le rythme est très intensif, la concurrence rude. Les écoles peuvent ainsi recruter des profils moins scolaires et davantage tournés vers le monde du travail.

Un grand nombre d’écoles d’ingénieurs recrutent aujourd’hui en admission sur titre. On peut citer les écoles supérieures d'agronomie, l’école centrale, l’école des mines, l’ESIEE Paris et 3IL. Le concours commun ATS est proposé par l’ENSEA (école nationale supérieure de l’électronique et de ses applications) et offre 700 places annuelles dans 21 écoles d’ingénieurs. Pour passer le concours, les étudiants doivent avant tout choisir une option (génie mécanique, électrique, informatique ou civil). D’autres écoles comme dans le groupe INSA ont leur propre processus de recrutement. De manière générale, les DUT sont plus recherchés que les BTS, car l’enseignement universitaire y est plus scientifique et théorique, lorsque les cursus de technicien supérieur sont jugés plus pratiques et spécifiques à la filière.

La plupart des diplômés d’écoles de management proviennent dorénavant d’admission parallèle. On retrouve de prestigieuses institutions comme HEC, qui propose un concours d’admission directe, mais aussi l’INSEEC, l’EDHEC, NEOMA, SKEMA ou encore les ESC. Les concours sont adaptés et considérés comme plus faciles pour permettre l’égalité des chances lors de l’admission. Tous les profils bac+1/bac+2 sont ainsi concernés pour intégrer la première année du programme Grande École. Les BTS représentent à eux seuls 33 % des admis. En moyenne, 95 % des candidats sont admissibles dans un établissement. Le concours Passerelle est le plus connu et concerne 17 écoles. Les étudiants peuvent aussi se tourner vers les concours ECRICOME Tremplin 1, Ambitions +, CAD et Universa pour les étrangers.

Comment réussir son admission parallèle ?

On l’a vu, intégrer une école supérieure après un bac+2 est tout à fait possible. Pour réussir les concours, il suffit de bien se préparer aux épreuves, 4 ou 5 mois à l’avance, et de bien travailler sa culture générale. Pour favoriser leur réussite, certaines écoles leur adressent des programmes d’égalité des chances, des tutorats, des e-preparations et des journées de préparation gratuites. Les épreuves du concours varient d’un établissement à l’autre. Ils peuvent se présenter sous la forme de QCM, d’oraux ou de synthèse de documents, en français, en anglais (TOEIC), en gestion et dans les matières fondamentales scientifiques pour les écoles d’ingénieurs. On peut notamment retrouver l’examen Tage-Mage dans certains concours.

Comme dans la majorité des concours, l’important est de savoir faire la différence. En plus de leur dossier de candidature, les étudiants en BTS seront jugés sur leur formation, qui doit être complémentaire avec le cursus envisagé, leur motivation et leur projet professionnel. Parmi leurs atouts, on retrouve de bonnes capacités de travail, un esprit moins théorique qu’en prépa et plus terre-à-terre. Ils font également preuve de connaissances et de compétences techniques déjà bien précises dans leur domaine et ont déjà eu un contact avec l’entreprise grâce aux stages effectués en milieu professionnel.

Trouvez la bonne école en fonction de votre profil

Retour en haut de page