Quels sont les métiers qui recrutent dans le paramédical ?

Dans la fonction publique, le secteur privé ou associatif, les métiers du paramédical recrutent de nombreux candidats chaque année. Zoom sur 6 de ces métiers précieux qui ont de l'avenir !

Crédit Diplomeo

Trouvez la bonne formation dans le Paramédical

Le secteur du paramédical manque de bras. En effet, avec une population vieillissante, le besoin de personnel spécialisé dans la santé et l’accompagnement grandissent. En France, plus d’un million de personnes travaillent dans les différents métiers du soin, de la rééducation, de l’appareillage... Nous avons choisi de mettre en avant les 6 métiers qui recruteront le plus dans les années à venir et vers lesquels il est bon de s’orienter !

Aide-soignant

Le métier

L’aide-soignant est l’une des personnes qui est très fréquemment au contact des patients. En effet, il accompagne les personnes vers la guérison dans des missions quotidiennes comme :

  • l’entretien des locaux et du matériel
  • l’aide à la toilette et au confort des patients
  • le service des repas
  • le recueil de données de santé (température, tension, poids...)
  • soutien psychologique et écoute
  • aide aux infirmiers

Très important dans le processus d’accompagnement des personnes soignées, l’aide-soignant est une personne qui sait jongler entre des techniques de soin et des missions de bureautique ou d’hygiène. Il doit également avoir un très grand sens de l’écoute pour ses patients et de l’accompagnement pour les stagiaires qu’il peut être amené à former. Les aides-soignants savent parfaitement s’intégrer à une équipe médicale et connaissent les gestes adaptés aux pathologies. L’aide-soignant peut être amené à travailler dans différents services : psychiatrie, maternité, gérontologie, rééducation, urgences...

La formation et le recrutement

Selon l'enquête 2018 de Pôle Emploi "Besoins en main d'oeuvre", le métier d'aide-soignant fait partie des métiers aux plus fortes demandes de recrutement. Pour accéder au métier, il faut obtenir un diplôme professionnel ou un diplôme d’État (DE) d’aide-soignant.

Le diplôme se valide après une formation d’un an en IFAS (institut de formation des aides-soignants). Elle dure une année et est réservée aux personnes d’au moins 17 ans, sans diplôme requis, qui ont réussi le concours d’entrée dans le centre de formation. Ce concours d’entrée est composé d’épreuves écrites et orales dont certains candidats possédant déjà un diplôme peuvent être dispensés.

Une fois le diplôme obtenu, vous aurez le choix entre l’exercice dans la fonction publique hospitalière ou de l’État et l’exercice dans le secteur privé, en établissement de santé ou en libéral. Vous pourrez, au bout de 3 ans d’expérience, vous orienter vers le métier d’infirmier en passant un concours spécial.

Trouvez le bon établissement pour devenir Aide-Soignant

Auxiliaire de puériculture

Le métier

L’auxiliaire de puériculture est spécialiste des soins sur des personnes particulières : les tout-petits, de la naissance jusqu’à trois ou quatre ans. Il s’occupe d’apporter soins et confort aux enfants, mais également de former la jeune mère sur tout ce qu’elle pourrait avoir besoin de savoir. L’auxiliaire de puériculture exerce dans des centres hospitaliers ou dans une maternité. Ses missions pourront donc être : 

  • donner le bain à l’enfant
  • lui donner à manger
  • former les parents aux gestes envers leur enfant
  • assurer le bon contact entre les parents et l’enfant
  • organisation de jeux et d’activités d’éveil
  • intégrer un enfant présentant un handicap, une maladie chronique...

L’auxiliaire apporte un soutien et des conseils aux parents. C’est une personne très à l’écoute et très observatrice, afin de pouvoir détecter un mal-être ou autre chez l’enfant, comme chez les parents. 

La formation et le recrutement

La France est le pays d’Europe où les naissances sont nombreuses, pourtant le pays manque de structures d’accueil et de personnes qualifiées pour s’occuper des enfants. Elles sont en effet saturées, malgré les efforts des collectivités locales pour développer différents modes de garde. Ainsi, la demande d’auxiliaires de puériculture est constante, autant dans les structures d’accueil que dans les services pédiatrie des hôpitaux. 

Un diplôme est nécessaire pour exercer en tant qu’auxiliaire de puériculture. Vous pouvez passer le concours d’entrée en institut de formation des auxiliaires de puériculture (IFAP) sans condition de diplôme, mais seulement si vous êtes âgé de 17 ans ou plus. Ensuite, votre formation durera dix mois, puis vous recevrez votre diplôme d’État. Au cours de votre formation, il vous faudra avoir effectué des stages afin de vous habituer aux pratiques professionnelles, en plus d’étudier la théorie. 

Trouvez le bon établissement pour devenir auxiliaire de puériculture

Infirmier

Le métier

Comme l’aide-soignant, l’infirmier est une personne très souvent au contact des patients. En effet, elle est amenée à administrer des soins et à effectuer des missions comme :

  • l’administration de traitements
  • l’évaluation d’un état de santé
  • la surveillance des patients
  • l’information des patients et de leur entourage
  • le recueil de données cliniques

L’infirmier vient en appui des médecins et prend le relais lorsqu’il s’agit de soins quotidiens. Très à l’écoute, cette personne doit également travailler en collaboration avec les aides-soignants. L’infirmier peut aussi être amené à exercer des fonctions de cadre de santé ou de maître de stage.

La formation et le recrutement

Et aussi

Découvrez notre dossier
spécial concours paramédicaux

Que ce soit dans les hôpitaux, les centres de soins privés ou en libéral, il y a actuellement un manque d’infirmiers et d’infirmières. En effet, les journées s’allongent et les missions s’accumulent pour les personnels de santé qui souhaitent vivement être appuyés par de nouvelles recrues ! De plus, on observe de nombreux départs à la retraite ces dernières années. Selon France Stratégie, 219 000 recrutements sont prévus entre 2012 et 2022 pour ce métier.

Comme pour le métier d’aide-soignant, la validation d’un diplôme est indispensable à l’exercice. Il faut également entrer en IFSI (institut de formation aux soins infirmiers) : pour vous inscrire, vous devrez passer par la plateforme Parcoursup et non par un concours. Cependant, si vous avez déjà fait une formation en puériculture ou d’aide-soignant, vous pourrez vous réorienter vers ce métier. 

Vous suivrez les cours durant 3 ans et ceux-ci sont complétés par des stages professionnels. Il vous est également possible de poursuivre la formation et de vous spécialiser dans la puériculture ou l’anesthésie par exemple.

Diplômé, l’infirmier ou l’infirmière peut ensuite travailler dans le service public et ses hôpitaux ou choisir le privé. Il peut alors travailler dans un cabinet, à domicile en libéral, employé dans une clinique...

Trouvez le bon établissement pour devenir Infirmier

Masseur-kinésithérapeute

Le métier

Acteur de la rééducation ou de l’adaptation, le kinésithérapeute est une personne qui va prendre en charge différents types de patients, jeunes et moins jeunes : personnes ayant eu un accident, personnes handicapées moteur, sportifs de haut niveau, etc. Ses missions sont différentes selon les cas et peuvent être :

  • l’étude de résultats d’examen
  • l’évaluation de pathologies et les bilans de capacités
  • le conseil en matière d’exercices et de postures
  • le massage
  • les manipulations avec ou sans machines
  • ...

Ce professionnel de la santé vient en appui des médecins et du diagnostic pour proposer des solutions de remise en forme. Capable de soulager, voire de soigner, bon nombre de problèmes liés aux muscles, le kinésithérapeute est amené à travailler dans des hôpitaux, des cabinets, à domicile, mais aussi dans des structures comme des centres de rééducation ou des cures thermales par exemple.

La formation et le recrutement

En 2015, près de 85 000 kinés étaient en exercice en France. Preuve de réelles opportunités dans cette voie, d’autant plus que nous sommes face à une population qui vieillit et qui va être amenée à avoir de plus en plus besoin d’accompagnement pour se déplacer, se sentir bien...

La formation au métier de kinésithérapeute dure quatre ans dans un centre de formation spécialisé (IFMK) public ou privé, après le passage par une année universitaire dans une filière comme la PACES ou STAPS. Les étudiants valident donc un niveau bac+5 et obtiennent un diplôme d’État (DE) qui leur permet d’exercer dans le secteur public ou privé. Le kinésithérapeute peut ensuite trouver un poste dans un établissement de santé ou ouvrir son propre cabinet en libéral. La demande est forte, il y a peu de chances qu’il manque de patients...

Trouvez le bon établissement pour devenir Kiné

Pédicure-podologue

Le métier

Autre métier du paramédical qui n’a pas de souci à se faire : celui de pédicure-podologue. Autrement dit, le professionnel du soin des pieds. Ses missions peuvent être :

  • l’identification d’affections du pied ou de l’ongle
  • l’orientation vers des professionnels pour corriger une démarche ou une déformation
  • le soin des ongles et pieds
  • l’identification de problèmes d’équilibre ou de marche
  • ...

Avec ses missions très centrées autour d’une partie précise du corps, le pédicure-podologue peut corriger des problèmes plus profonds comme des maux de dos liés à l’équilibre par exemple. Il est également amené à effectuer des soins aux personnes ne pouvant le faire seul. Il n’est pas rare que le podologue travaille avec un kinésithérapeute, un rhumatologue ou un prothésiste orthesiste. En effet, cet autre métier de l’appareillage vise à corriger, souvent grâce à des semelles, des problèmes de pieds et ainsi d’éviter la chirurgie !

La formation et le recrutement

Pour devenir pédicure-podologue, il faut suivre une formation de 3 ans dans l’un des onze instituts de formation de France. Pour entrer dans ces centres, vous allez devoir passer par un concours composé d’épreuves écrites et, selon les établissements, orales. Une fois la formation et les stages qui l’accompagnent terminés, vous obtenez un diplôme d’État qui vous permet d’exercer ce métier de la rééducation.

Généralement, les pédicures-podologues ont leurs propres cabinets libéraux. Quelques-uns travaillent dans des établissements de santé ou des centres de soins. Côté opportunités, attention cependant à ne pas vouloir trop vous installer dans une grande agglomération. En effet, les villes sont assez occupées par cette profession, contrairement aux zones plus rurales qui sont en manque de podologues !

Trouvez le bon établissement pour devenir Podologue

Professionnels de l’appareillage

Le métier

Plusieurs spécialités existent dans le métier de l’appareillage. Et, globalement, toutes les activités liées à l’appareillage recrutent ! En effet, les avancées de la technologie et de la recherche permettent de trouver de plus en plus de solutions matérielles aux problèmes de l’homme. Là où une personne perdant l’audition devait se faire une raison, il est désormais possible de corriger ce souci par des appareils auditifs par exemple ! Il est donc possible de trouver des professionnels de l’appareillage dans :

  • la vue avec le métier d’opticien
  • l’audition avec le métier d’audioprothésiste
  • les déplacements avec le métier de podo-orthésiste
  • le dentaire avec le métier de prothésiste dentaire
  • etc.

Si certains métiers sont tournés autour de la correction d’un problème de santé, il est important de noter qu’il n’est pas rare d’y trouver des missions de vente. En effet, les spécialistes de l’audition ou de la voix par exemple, sont généralement amenés à accompagner le client vers l’achat.

En collaboration avec les médecins et à l’écoute de leurs conseils, les professionnels des appareils paramédicaux sont un appui matériel pour améliorer le quotidien et soulager les patients.

La formation et le recrutement

Avec la diversité des spécialisations des pros de l’appareillage, il existe de nombreuses formations. La plupart des métiers s’apprennent via des formations spécifiques. C’est notamment le cas pour les opticiens qui doivent valider un BTS optique ou les prothésistes dentaires qui peuvent se former avec un bac pro, un BTM (brevet technique des métiers) ou un BTS notamment. Le BTS est également la formation la plus répandue pour les podo-orthésistes. Les audioprothésistes sont titulaires d’un diplôme d’État qui se prépare en trois ans après un concours.

Trouvez la bonne formation dans le Paramédical

Soizic Meur