Droit : quelle réorientation après un échec en première année de droit ?

Chaque année, nombre d’étudiants en première année de droit ne parviennent pas à valider leurs crédits ECTS. Que faire en cas d’échec en première année de droit ? Quelles sont les différentes alternatives. Diplomeo fait le tour des possibilités existantes.

Se réorienter après un échec en première année ?

Le droit est l’un des cursus universitaires où la première année est la plus difficile. Que faire si vous venez delouper votre première année de droit ? Comment rebondir et trouver un moyen de réussir vos études ? Faut-il se réorienter ou redoubler ? Diplomeo vous donne toutes les clés pour trouver votre voie après un échec en première année de droit.

Découvrez la liste de toutes les formations pour vous réorienter après un échec en première année

Redoubler sa première année de droit

Première possibilité si vous avez raté votre première année de droit : le redoublement. Si vous avez obtenu des notes insuffisantes lors des deux semestres, que vous avez eu des difficultés à réviser pendant les partiels, cette solution peut probablement être la bonne. Vous recommencerez ainsi la prochaine année universitaire en ayant conscience des difficultés, du programme et des efforts à faire pour réussir.

Mieux se préparer en révisant toute l’année

Réussir en première année de droit n’est pas chose aisée. Il faut travailler toute l’année pour obtenir de bons résultats, car la sélection est dure. Si vous n’y êtes pas parvenu, il est important de commencer par réfléchir aux raisons qui ont causé votre échec en première année de droit. Avez-vous suffisamment suivi les cours durant l’année ? Vos révisions ont-elles été satisfaisantes ? N’avez-vous pas eu trop de pression lors des épreuves de rattrapages ?

Si vous n’avez pas réussi votre année, c’est peut-être parce que votre méthode de travail n’est pas bonne. Vous devez être efficace dans votre travail et réviser de manière régulière tout au long de l’année de cours. L’idéal en première année de droit : faire des fiches de révisions. Cela vous permettra de reprendre votre cours de manière régulière en structurant vos idées, et de le revoir lorsque sera venu le temps des révisions intensives.

Surtout, ne perdez pas espoir : rien n’est perdu. Échouer en première année ne veut pas forcément dire que vous n’êtes pas fait pour les études de droit. D’ailleurs, une grande partie des élèves échouent lors de cette année difficile. En France, seuls 4 étudiants de première année sur 10 réussissent à passer en deuxième année de droit.

Mais sachez que si vous persévérez, que vous révisez de manière plus intensive et que vous êtes rigoureux dans votre travail : il n’y a aucune raison pour que vous ne réussissiez pas à valider votre première année de droit.

Mieux se préparer en suivant une mise à niveau en droit ou un stage intensif

Autre possibilité en plus du redoublement : suivre une mise à niveau ou un stage intensif en droit, en parallèle de vos cours, ou pendant les vacances universitaires. Formation intensive sur les différentes matières (introduction au droit, droit civil, droit constitutionnel…), partiels blancs, conseils de spécialistes sur la manière de réviser, corrections et devoirs supplémentaires, accès à des vidéos de révision tournées par des professeurs : ces stages ou ces mises à niveau sont un excellent moyen de rattraper votre retard et de progresser rapidement.

Certains étudiants décident de suivre des stages durant une courte période, pendant les vacances pour se remettre à niveau, ou avant les examens pour se préparer. D’autres, décident d’opter pour une formule annuelle, avec un coaching hebdomadaire, un accompagnement. En fonction de vos besoins, choisissez la formule qui vous convient le mieux. Dans tous les cas, ces stages et remises à niveau ne peuvent que vous apporter un plus et vous permettre de réussir votre première année de droit plus facilement.

Se réorienter dans le domaine du droit

Si vous n’avez pas réussi votre première année de droit et que vous estimez que la marche est trop haute à franchir, alors mieux vaut peut-être mieux vous réorienter. Il existe d’autres possibilités qui vous permettront de travailler dans le domaine juridique.

Se réorienter en BTS Notariat

Première opportunité intéressante : le BTS Notariat. Ce diplôme de niveau bac+2 vous permettra d’assister un notaire dans l’accomplissement de certaines tâches (rédaction des actes simples, suivi des dossiers, négociation des biens à vendre ou à louer…). Vous pourrez ensuite continuer vos études en licence professionnelle activités juridiques et obtenir un diplôme de niveau bac+3.

Découvrez la liste des BTS Notariat

Se réorienter en DUT Carrières juridiques

Autre possibilité pour une réorientation après un échec en première année de droit : le DUT Carrières juridiques. Ce diplôme forme des techniciens supérieurs qui travailleront :

  • en secrétariat juridique auprès d’avocats
  • au sein de collectivités territoriales
  • dans un service juridique
  • dans les ressources humaines ou relations internes des entreprises
  • dans la gestion de dossiers contentieux au sein de banques ou organismes de prêts
  • dans le conseil à la clientèle dans des banques ou organismes de crédit

Après un DUT Carrières juridiques, vous pouvez poursuivre vos études en droit à l’université ! Il existe donc des passerelles qui permettent d’intégrer la fac de droit en cours de cursus. Le DUT est donc un moyen pour vous de contourner les difficultés de la première année de droit à l’université en y revenant après avoir obtenu un bac+2.

Les écoles privées de droit

Dernière possibilité si vous souhaitez rester dans le domaine du droit : les écoles spécialisées (et privées) dans le domaine. Celles-ci sont peu nombreuses, mais elles sont une alternative intéressante pour effectuer un cursus dans le domaine de la justice. Certaines de ces écoles sont accessibles après le bac et permettent donc à ceux qui ont échoué en première année de droit à l’université de rebondir.

La plupart du temps, ces établissements privés proposent des formations allant de deux à cinq ans. Ils dispensent un enseignement de qualité et font intervenir de nombreux intervenants professionnels. Cependant, la formation est plus coûteuse qu’à l’université puisque ces établissements sont privés.

Se réorienter dans un autre domaine

Autre possibilité : après une première année loupée dans le domaine du droit, vous souhaitez totalement vous réorienter. Quelles possibilités s’offrent à vous ? Vers quelles formations pouvez-vous vous orienter ? Voici quelques éléments de réponse.

Partir en école de commerce

Après un échec en première année de droit, vous pouvez décider de vous inscrire en école de commerce. Les premières années d’études de commerce sont généralistes et vous permettront de réfléchir encore un ou deux ans à l’orientation précise que vous souhaitez prendre. Pour intégrer une école de commerce, vous pouvez vous inscrire aux concours communs via la plateforme APB. Ces concours vous donneront la possibilité de candidater pour plusieurs écoles en même temps. Certains concours propres aux écoles sont également disponibles sur leportail APB.

En revanche, ne vous étonnez pas si certains concours communs ou propres post-bac ne figurent pas sur APB. Certaines écoles de commerce recrutent hors APB. La plupart du temps, vous devrez passer au moins une épreuve écrite et/ou orale. Toutefois, certains établissements sélectionnent sur dossier. N’hésitez pas à vous renseigner au préalable auprès des écoles de commerce qui vous intéressent pour connaître les modalités d’admission.

Découvrez la liste des écoles de commerce pour vous réorienter

Partir en école spécialisée

Outre les écoles de commerce, d’autres écoles spécialisées peuvent vous accueillir après le bac. C’est par exemple le cas des écoles de gestion, des écoles du web et de l’internet, des établissements spécialisés dans le secteur social et le secteur paramédical, mais également, des écoles d’arts et d’architecture.

Ces établissements vous donneront la possibilité d’intégrer une formation et de vous spécialiser rapidement dans un domaine qui vous intéresse. Pour candidater dans ces écoles spécialisées, vous devez envoyer votre dossier de candidature à l’établissement en question. La plupart du temps, après une sélection sur dossier, l’école vous contactera pour un concours écrit et/ou un entretien de motivation. Le plus important pour intégrer ces établissements est d’avoir une idée de votre projet professionnel et de faire preuve de beaucoup de motivation.

Intégrer une autre licence

Si vous n’avez pas réussi en première année de droit, rien ne dit que vous ne réussirez pas dans une autre licence, à l’université. La faculté peut également être un très bon moyen de vous réorienter si vous souhaitez abandonner les études de droit. De nombreuses possibilités s’offrent à vous :

C'est le choix qu'a décidé de faire Anne-Claire, 23 ans. Elle raconte son expérience : « Je me suis orientée vers des études de droit mais je me suis vite rendue compte que les seuls cours qui m'intéressaient étaient les cours d'histoire. J'ai donc arrêté de suivre mon cursus en droit et suis allée, en auditeur libre, écouter des cours d'histoire et m'assurer de mon choix de réorientation. L'année qui a suivi, j'ai intégré une licence d'histoire et tout s'est bien passé. La deuxième année, la charge de travail était importante et le rythme assez dense, mais c'est toujours faisable », témoigne-t-elle.

Charlotte, 22 ans, elle aussi, a pris la décision de se réorienter en licence, après une première année de droit ratée. Elle détaille : « J'ai intégré une première année de droit après un bac L. C'est un domaine qui m'intéressait beaucoup. Mes parents étaient tous les deux des travailleurs sociaux, j'ai donc été en contact très tôt avec beaucoup de professionnels dans le milieu social, mais aussi, juridique. En faisant du droit, je voulais mettre ma pierre à l'édifice, aider, comprendre, faire avancer les choses ! Mais avec du recul, je me considère comme étant profondément inadaptée à l'université. Au cours de ma scolarité, j'ai eu beaucoup de facilités. Mais l'autonomie et le travail personnel sont des choses qui m'étaient inconnues. Mais en première année de droit, ce que j'étudiais m'intéressait et je m'en sortais. Le vrai problème, c'est qu'au fond, je ne suis pas juriste, je n'en ai pas l'esprit. Je suis littéraire dans l'âme. Je ne me voyais donc pas continuer dans cette voie, ne m'y sentant pas à ma place. Je me suis finalement réorientée en licence d'histoire pour rester à l'université, mais j'ai également abandonné car la fac ne me convenait pas. Aujourd'hui, je travaille dans le community management », précise-t-elle.

Découvrez la liste de toutes les formations pour vous réorienter après un échec en première année

Retour en haut de page