Liste des formations pour devenir commissaire-priseur

 

Comment devenir commissaire priseur ?

Vous connaissez la valeur des objets et êtes intrigué par l’univers des ventes aux enchères ? Le métier de commissaire priseur est fait pour vous !

Qu’est-ce qu’un commissaire priseur ?

Le commissaire priseur est celui qui organise et dirige une vente aux enchères publique de biens tels que des objets d’art, des antiquités ou encore du mobilier. Il s’agit d’un acte civil, c’est-à-dire qu’il ne revend pas pour son compte, mais celui d’un client. Afin de mener à bien cette mission, le commissaire priseur doit prendre en charge diverses activités en amont.

Tout d’abord, le commissaire priseur doit trouver le lieu de la mise aux enchères : en général, cette dernière s’organise dans un hôtel des ventes ou dans l’hôtel de ville du lieu choisi.

Il doit ensuite expertiser la valeur de l’ensemble des biens qui seront mis en vente : le commissaire priseur a pour mission d’évaluer le prix des objets d’après les connaissances qu’il a du marché, de la période historique de laquelle il provient, du public intéressé etc. Après cela, il faut constituer un catalogue dans lequel seront répertoriés tous les éléments de la mise aux enchères, avec leurs caractéristiques : ce document sera consulté par les potentiels acheteurs, qui en sauront ainsi davantage sur ce qu’ils seront susceptibles de trouver.

Le commissaire priseur est également chargé de faire la promotion de la vente aux enchères, communiquer autour de l’événement pour que le public soit nombreux à s’y rendre : pour ce faire, il peut organiser des expositions pour faire connaître les objets à vendre, ou utiliser des recours médiatiques via de la publicité.

Caractéristiques, rémunération et perspectives d’évolution

Il existe deux types de commissaires priseurs : les commissaires priseurs judiciaires, nommés par le ministre de la Justice, qui prennent en charge des ventes provenant de saisies, faillites ou liquidations judiciaires. Et le commissaire priseur travaillant au sein d’une société commerciale, qui s’occupe de revendre des objets appartenant à des particuliers.

Le salaire d’un commissaire priseur provient d’une commission perçue sur les ventes : 7 % cédés par le vendeur et 9 % par l’acheteur. Au total, on estime que cette profession rapporte de 56 000 € à 80 000 € par an à ceux qui l’exercent.

Après plusieurs années d’expérience, un commissaire priseur peut exercer d’autres fonctions conjointes à son domaine d’activité, telles que celle d’expert d’art.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Pour être commissaire priseur, il est nécessaire d’avoir de grandes qualités oratoires pour parvenir à animer la vente aux enchères, mais aussi à séduire les acheteurs, une clientèle composée généralement de marchands et autres collectionneurs.

Le commissaire priseur doit également avoir de grandes connaissances du secteur de l’art, mais aussi du milieu juridique. Il faut qu’il ait du goût et du flair pour parvenir à dénicher les objets qui sauront plaire aux potentiels acheteurs.

Quelles formations conduisent à cette profession ?

Pour être commissaire priseur, il est nécessaire d’avoir un double cursus en droit et en histoire de l’art (ou arts plastiques, arts appliqués) : soit un diplôme dans chaque domaine, l’un de niveau bac+2 et l’autre de niveau bac+3, pour obtenir au final un niveau minimum de bac+5. Voici les diplômes types qui préparent à cette profession :

Suite à cela, il vous faudra passer un examen d’accès au stage de commissaire-priseur.

Consultez la liste des formations pour devenir commissaire-priseur

Les types d’école pour devenir commissaire-priseur

Les filières du métier commissaire-priseur