Comment réussir sa candidature spontanée ? Nos conseils !

La recherche d’emploi ou de stage amène son lot de difficultés. Job boards, annonces, réseau professionnel… Les techniques sont nombreuses, mais peu sont ceux qui pensent aux candidatures spontanées. Diplomeo vous présente ses astuces pour bien réussir une candidature spontanée.

Réussir sa candidature spontanée !

Être acteur de sa candidature. Telle pourrait être la devise de la candidature spontanée. C’est l’étudiant ou le jeune diplômé qui a les cartes en main, en proposant lui-même ses services. Il cible l’entreprise, bien souvent une qui le motive, et postule. Mais même si la candidature spontanée reste un acte louable, mal faite, elle peut s’avérer néfaste et demeurer sans réponses. Savoir se différencier, oser, utiliser les outils numériques ou encore bien personnaliser ses candidatures peut pallier cet éventuel problème.

Savoir se différencier

Dans tous les domaines, que ce soit pour un emploi, un stage ou une alternance, la différence est un atout majeur. À compétences égales, la personnalité peut faire basculer une candidature en votre faveur. Postuler en candidature spontanée permet déjà de marquer une différence, mais il faut continuer pour obtenir une réussite. Ulrike Braun, responsable de l’insertion et de l’orientation professionnelle des Mines Nancy, l’assure « les étudiants doivent se distinguer dans un univers très concurrentiel. Ils doivent valoriser leur parcours et analyser ce que cela leur a apporté. (…) Ils doivent adopter l’attitude du win-win. » Montrer qu’on peut devenir un acteur à part entière de l’entreprise et être force de propositions sont des leçons transmises par les spécialistes de l’insertion professionnelle et de la formation : « Avant d’écrire la lettre de motivation, renseignez-vous sur l’entreprise et réfléchissez à ce que vous pourriez lui apporter. Le résultat sera tout de suite beaucoup plus positif », conseille Marc Pouly, directeur des études et de l’innovation de l’ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie). Une expérience associative, un goût prononcé pour le numérique, un projet personnel ? Valorisez-les !

Pour réussir sa candidature spontanée : oser

Pas facile, quand on a 20 ans, de démarcher des entreprises. La peur de déranger, la peur du refus ou encore la peur de se tromper… être acteur de sa réussite n’est pas simple pour tous. Néanmoins, il ne faut pas oublier que généralement, les candidatures spontanées sont bien perçues par les entreprises et qu’au contraire, elles restent une preuve supplémentaire de votre motivation. Pour maximiser vos chances, n’oubliez pas de soigner la rédaction du corps du mail et le titrage : « Il faut savoir mettre en valeur ses expériences dans un mail court. Il faut que l’attention soit captée tout de suite avec un “objet” percutant », conseille Véronique Trançon, responsable relations entreprises de l’ESG. En cas de refus, il faut persévérer et oser déranger. Une entreprise vous dit non ? Aucun problème, passez à la suivante, réitérez l’expérience jusqu’à ce que vous ayez une réponse positive.

Utiliser les réseaux sociaux

Véritables outils de vie personnelle, trop d’étudiants et de jeunes diplômés oublient l’impact professionnel des réseaux sociaux. Pour réussir une candidature spontanée, ils peuvent vous permettre de bien cibler la personne à contacter. Vous pouvez interagir directement avec votre futur employeur et proposer votre candidature. Sylvie Holic, directrice de l’école IPI le confirme : « Tout le monde fonctionne aujourd’hui sur les réseaux sociaux, même les employeurs. » Grâce aux messages privés, contacter un recruteur sur LinkedIn, Facebook ou Twitter n’a jamais été aussi simple pour réussir sa candidature spontanée.

Personnaliser et bien se renseigner

On ne le dira jamais assez : la personnalisation du CV et de la lettre de motivation sont les clefs de réussite d’une bonne candidature. En effet, « Avoir un seul CV et l’envoyer pour différents postes, généralement, cela ne marche pas, car le recruteur le voit très vite » affirme Marc Pouly, directeur des études et de l’innovation de l’ESTP. Avant de proposer ses services, l’étudiant doit s’intéresser à l’entreprise, comprendre son fonctionnement et ce qu’elle propose. Viviane Priou, directrice de l’ISCPA, assure que « si la candidature est spontanée, l’étudiant doit obligatoirement analyser toutes les activités de l’entreprise. » Pour faire la différence et bien réussir sa candidature spontanée, l’étudiant doit montrer son vif intérêt pour l’entreprise, autant dans le CV que la lettre de motivation. Pour Marc Pouly, elle « ne doit pas être standard, elle doit être adaptée à chaque candidature, et surtout, elle doit être écrite avec un maximum de sincérité. Il faut que le jeune présente vraiment son projet. »

Pour une candidature spontanée, penser au papier !

À première vue, on envoie sa une candidature via les pièces jointes du mail. Pourtant, même s’il perd peu à peu de la vitesse, le CV au format papier reste intéressant à exploiter. Une technique, que Sylvie Holic, directrice d’une école d’informatique, qualifie elle-même d’« archaïque », mais qui peut vraiment faire la différence. « À l’ère du numérique, les entreprises reçoivent beaucoup de CV qui finissent dans la corbeille de l’ordinateur. Par contre, les candidats qui ont eu plus de culot et qui ont envoyé un CV par courrier ont davantage de chances. Il atterrit forcément sur le bureau de la personne concernée », déduit-elle. Timbres et enveloppes pourraient alors devenir vos meilleurs alliés.

Faire une candidature spontanée en présentiel

Généralement, on parle de candidature spontanée par mail. Un étudiant va postuler directement via une adresse mail auprès d’une entreprise, sans passer par une annonce. Pourtant, aller directement déposer sa candidature au siège peut confirmer votre motivation. Se déplacer montre votre investissement et votre intérêt. Venez avec un exemplaire imprimé de votre CV et de votre lettre motivation, présentez-vous et demandez à voir la personne en charge du recrutement. Dans certains cas, un entretien peut vous être proposé dans l’instant ! Peu répandue, mais très efficace, une candidature spontanée en présentiel peut faire aboutir vos recherches d’emploi.

Ne pas hésiter à relancer

Bon nombre de candidatures spontanées restent sans réponses. À ce problème, diverses explications :

  • l’entreprise n’a pas vu la candidature
  • l’entreprise n’a pas reçu la candidature
  • l’entreprise est intéressée, mais a oublié
  • l’entreprise est intéressée, mais hésite
  • l’entreprise n’est pas intéressée

Relancer sa candidature spontanée apparaît alors comme le meilleur moyen de prouver sa motivation et d’obtenir une réponse. « Il faut faire acte de persévérance » pour Sylvie Holic, et ne pas « hésiter à rappeler l’entreprise après l’envoi du CV ». Pour Michel Swistek, directeur de la formation ingénieur de spécialité matériaux et gestion de production des Mines Nancy, quel que soit l’avis de l’entreprise, pour avancer et continuer dans ses recherches, l’étudiant ou le jeune diplômé ne « peut pas rester sans réponse, qu’elle soit positive ou négative ». Attention cependant à bien noter le nom des entreprises, le poste demandé et le CV envoyé : se tromper dans sa relance peut être rédhibitoire, Michel Swistek met en garde : « Il faut savoir parfaitement à qui on a envoyé ses candidatures pour correctement les suivre. » Par mail, par téléphone ou en présentiel, relancez !

Retour en haut de page