Définition : la FAGE, l’UNEF, que signifient ces sigles ?

Lecture

UNEF, FAGE ou UNI. Ces sigles sont des organisations de représentation étudiante qui se battent pour protéger les droits des étudiants et améliorer leurs conditions de vie. Peu connues auprès des étudiants, ces organisations peuvent être difficiles à différencier et à comprendre. Diplomeo fait le point pour vous !

etudiants masqués parlant ensemble
Crédits : Xingyue Huang via Unsplash

Être étudiant, ne signifie pas seulement aller en cours. C'est avoir des droits et des devoirs. Alors que les difficultés liées à la condition étudiante sont de plus en plus visibles, les organisations de représentation étudiante sont toujours sur le devant de la scène pour le rappeler. Appelés syndicat, association ou mouvement étudiant, les organisations de représentation étudiante restent pourtant peu comprises par les étudiants eux-mêmes.

Qu’est-ce qu’une organisation de représentation étudiante ?

Ces organisations sont des associations étudiantes, qui ont pour but principal de défendre les intérêts et les droits des étudiants. Au même titre que les associations étudiantes, les organisations étudiantes possèdent leur propre local et sont présentes lors de la journée des associations à la rentrée. Les étudiants peuvent, donc, faire appel à ces organisations afin de les aider face à des problèmes liés à leur statut ou leurs études : les papiers administratifs, les politiques des établissements, les programmes et la recherche, l'organisation... Elles interviennent aussi lors de débats sur les réformes de l’enseignement supérieur au niveau national. 

Certaines organisations sont également qualifiées de syndicats étudiants, au vu de leurs actions. Mais leurs droits et devoirs diffèrent complètement d’un syndicat professionnel. Elles ont généralement le statut d’association de la loi de 1901. 

Les organisations étudiantes peuvent être représentées au niveau national, comme l’UNEF, qui possède une succursale dans chaque campus ou avoir un ancrage plus local comme la FAGE, qui regroupe plusieurs associations locales.  

Lorsque l’on parle de représentation étudiante, on fait référence aux établissements publics d’enseignement supérieur, c’est-à-dire les universités, les facultés, les instituts universitaires de technologie (IUT), les grandes écoles d’ingénieurs publiques. Elles ne sont pas réellement présentes dans les écoles privées, qui peuvent toutefois avoir leur propre association de défense des droits des étudiants.

Les 2 principales organisations étudiantes sont :

  • La FAGE - Fédération des associations générales étudiantes 
  • L’UNEF - Union nationale des étudiants de France

Où siègent les organisations de représentation étudiante ?

Depuis la loi d’orientation sur l’éducation de 1989 (ou la loi Jospin), ces organisations étudiantes sont reconnues par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Les étudiants doivent notamment être représentés au sein des conseils centraux des universités : 8 élus au Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) et 11 élus au Conseil national de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (CNESER). Tous les deux ans, les membres de chaque conseil sont renouvelés.

À noter : le CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) fait partie intégrante du CNOUS et officie en tant qu’intermédiaire. Il gère notamment la partie administrative au niveau de chaque académie. On retrouve un CROUS pour chaque académie lorsque l’on souhaite effectuer une demande de bourse ou de logement, par exemple. Dans la même lignée, le CLOUS (Centre local des œuvres universitaires et scolaires) se situe au niveau local, notamment dans les petites villes universitaires qui sont rattachées à une académie principale (exemple du CLOUS de Mulhouse, qui est rattaché au CROUS de Strasbourg).

Le CNOUS fait partie des établissements publics de référence dans le monde universitaire. Il comprend notamment la gestion de logements étudiants, la bourse sur critères sociaux, les restaurants universitaires ou encore les aides à la mobilité.

Alors que le CNOUS agit directement au quotidien auprès des étudiants, le CNESER est un conseil consultatif rattaché au ministère. Composé de membres issus du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, le CNESER donne notamment un avis sur la stratégie nationale sur ce domaine.

2 mouvements étudiants dominent les universités françaises

Le taux d’adhésion des étudiants reste, aujourd’hui, très bas. On estime que seuls 2-3% des étudiants font partie d’un syndicat étudiant. Par ailleurs, le fait que les organisations ne soient présentes que dans les établissements publics, elle exclut de facto la représentation des étudiants issus d’un établissement privé. Pour autant, l’objectif de ces associations reste les intérêts de tous les étudiants.

En France, 2 mouvements estudiantins occupent principalement le paysage au sein des établissements : la FAGE et l’UNEF. Mais, de nouvelles factions alternatives arrivent à se positionner dans l’univers des mouvements étudiants. Longtemps, l’organisation majoritaire au sein des instances de l’enseignement supérieur était l’UNEF. Depuis 2016, il a été détrôné par la FAGE.

Lors des dernières élections en 2019 du CNOUS, la FAGE a 5 sièges, contre 3 pour l’UNEF. Concernant le CNESER, les syndicats sont beaucoup plus représentés grâce au nombre plus important de sièges :

  • FAGE : 6 élus
  • UNEF : 2 élus
  • L'Alternative : 2 élus
  • UNI : 1 élu

Historiquement, ces associations étudiantes sont affiliés à des partis politiques et étaient même des voies d’entrée vers le monde politique. Ainsi l’UNEF est connue pour être proche du Parti Socialiste (PS) et du Parti Communiste (PCF). Alors que l’UNI est associé au parti Les Républicains. La FAGE se démarque par sa position, car elle ne se réclame pas d’un parti politique. Pour autant, la FAGE se positionne sur des débats nationaux, comme le vote barrage contre Marine Le Pen.

Qui sont les principales organisations de représentation étudiante ?

En plus des 2 grandes organisations étudiantes, des petits associations issues d’anciens syndicats ou de scissions essayent d’intégrer les établissements publics.

La FAGE : 1ère organisation étudiante française

Devenue le principal organisme de représentation des étudiants en 2016, la FAGE existe pourtant depuis les années 80, avec l’arrivée de la loi Jospin. Elle a la particularité « de regrouper des fédérations de filières et territoriales ». La FAGE revendique donc environ 300 000 étudiants, provenant de près 2 000 associations. Son objectif principal est de « garantir l'égalité des chances de réussite dans le système éducatif » et explique « baser ses actions sur une démarche militante, humaniste et pragmatique. » Ainsi, ce mouvement étudiant est perçu comme « réformiste. » 

La FAGE est notamment le créateur des projets AGORAé, qui met en place des épiceries solidaires au sein des campus, pour lutter contre la précarité étudiante

L’UNEF : le syndicat présent dans toutes les universités

Créée en 1907, l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), qui se revendique comme un syndicat étudiant, a longtemps été la principale organisation étudiante. Présente sur presque tous les campus français, elle dénombre 30 000 adhérents. L’UNEF a pour but de « défendre les intérêts matériels et moraux des étudiant·e·s. » Il est connu pour sa tendance à gauche, voire extrême-gauche.

Sa longue place de premier syndicat étudiant français lui permet d'être active dans les débats qui touchent les jeunes. L'UNEF publie notamment de nombreux rapport sur la situation étudiante comme leur rapport annuel sur le coût de la vie étudiante (La FAGE en fait de même à travers son "Indicateur du coût de la rentrée étudiante") ou le classement des villes selon le coût de la vie

Depuis les années 70, l’UNEF a connu de nombreux rebondissements en interne : des scissions, des branches, des réunifications… En 2019, la branche « Tendance unité et action syndicale » (TUAS), proche des communistes à décider de partir, à cause notamment « des impasses dans lesquelles elle ne cesse de sombrer. » 

Et les autres organisations ?

Au sein de la CNESER, on retrouve deux autres mouvements étudiants. L’Alternative est une liste étudiante, regroupant des organisations locales, des syndicats et des associations étudiantes. Les 2 sièges obtenus sont perçus comme « une véritable percée ». Elle décrit cette réussite comme « un moyen de défendre les droits des étudiant·e·s dans un contexte où les instances nationales consultatives sont totalement méprisées et ignorées par le gouvernement. »

L’Union nationale inter-universitaire ou l’UNI, qui a obtenu 1 siège, a été créé à la suite des événements de Mai 68. Il « milite pour une société de liberté et de responsabilité. » et a pour slogan : « Par l’Éducation, pour la Nation ». Comme l’UNEF, l’UNI est étroitement lié au militantisme. Son ancrage historique à droite est souvent associé au parti Les Républicains. Ainsi, des étudiants membres de l’UNI ont, par exemple, soutenu la candidature de François Fillon aux présidentielles de 2017 et de François-Xavier Bellamy lors des européennes de 2019.

Solidaires étudiant-e-s, qui n'est pas présente au niveau des conseils universitaires, fait également partie des syndicats étudiants. Il est né à la suite de la fusion de SUD Étudiant et la Fédération syndicale étudiante (FSE). Sa création découle, donc, des différents frictions au sein de l'UNEF. Il s'inscrit dans la gauche radicale et un « syndicalisme de lutte. » Il milite notamment « pour une université gratuite, ouverte à tou­t-e­-s, de qualité,  émancipatrice et autogérée. »

Maintenant, vous savez tout sur les organisations de représentation étudiante ! 2021 est une année d’élection, mais la pandémie a décalé le renouvellement du CNOUS. De nouvelles dates n’ont pas encore été définies, mais le report a été décidé jusqu’à la date limite du 31 janvier 2022.

Lina Tran

Partager