Rentrée 2018 : quels changements pour les étudiants ?

Avant d’entamer sa rentrée, mieux vaut se tenir au courant des mesures concernant les étudiants. Et des mesures, il y en a eu cette année. Diplomeo vous dresse la liste de ce qui va changer... ou rester intact en septembre 2018.

Crédit Diplomeo

La fin de l’année est à peine arrivée qu’il faut déjà penser à l’année suivante. Nous vous proposons de découvrir quelques modifications apportées à votre quotidien d’étudiant.

Ce qui va changer à la rentrée 2018 

L’année 2018 est riche en changement pour l’enseignement supérieur. Entre le plan étudiant et l’arrivée de la plateforme Parcoursup, découvrez quelques modifications qui concernent directement les étudiants.

Augmentation des effectifs

Eh oui, les enfants nés en l’an 2000 sont maintenant aux portes de l’université, et ils sont beaucoup. Une note du ministère de l’Enseignement supérieur indique qu’au total, environ 65 000 nouveaux étudiants de plus qu’en 2017 seront accueillis dans l’enseignement supérieur. La raison ? Le boom démographique de l’an 2000.
Une hausse importante puisqu’elle concerne tout l’enseignement supérieur, les filières principales que sont l’université, les IUT, les classes préparatoires aux grandes écoles et les STS connaissent, elles, une augmentation de 28 000 élèves.

Ces chiffres sont issus des prévisions des résultats du bac et des choix d’orientation des années passées et ne sont donc pas fiables à 100 %. Cependant, selon ces paramètres, le ministère estime qu’a ce rythme-là, ce sont 216 000 étudiants en plus qui devront être accueillis d’ici 2021.

Plus de sécurité sociale étudiante

Plus de sécurité sociale étudiante pour ceux commençant leurs études supérieures cette année ! Dès le 1er septembre 2018, les étudiants n’auront plus affaire aux mutuelles étudiantes comme la LMDE ou autre mutuelle régionale. L’inscription ne sera plus obligatoire ce qui représente une économie de 217 euros pour chaque étudiant. Ils seront maintenant inscrits au régime d’assurance maladie général qui est souvent le même que celui de leurs parents.

10 000 nouvelles places annoncées pour la rentrée 2018

Les mesures annoncées par la ministre de l’Enseignement supérieur 

31 000 nouvelles places 

Annoncées par le Premier ministre Édouard Phillipe le 25 avril dernier et par la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal début juillet, ces nouvelles places concernent les licences les plus demandées ainsi que certaines filières technologiques. 
Les licences STAPS, économie et gestion, droit et l’année de PACES représentent la majorité des places concernées avec 17 000 élèves acceptés en plus par rapport à l’année 2017. Les autres places seront reparties dans les cursus les plus demandés sur Parcoursup. La création de ces places répond au mécontentement des universités qui affirmaient, plus tôt dans l’année, ne pas avoir les capacités d’accueillir plus d’élèves face aux 28 000 à 30 000 étudiants supplémentaires qui rejoindront l’enseignement supérieur à la rentrée 2018. Le gouvernement assure désormais qu’il pourra les aider à hauteur de 13 millions d’euros

Les changements pédagogiques en licence  

Le gouvernement a dévoilé les premiers contours de son plan Etudiants qui prévoit plusieurs modifications pour les licences, qui se mettront en place entre la rentrée 2018 et 2019. Tout d’abord, les étudiants ayant reçu un « oui si » sur Parcoursup, signeront un contrat pédagogique avec l’université et suivront un cursus personnalisé en 3 ou 4 ans avec des cours de remise à niveau selon leur profil et leur projet professionnel. Le système d’évaluation serait aussi concerné par ces nouvelles mesures. Il est question dans ce projet de la fin de la compensation des notes et de l’apparition du contrôle continu intégral ou de la répartition des examens partiels tout au long de l’année. Enfin les universités devraient proposer de plus en plus de formules d’apprentissage alternatives telles que les formations à distance pour les rentrées prochaines

Droits d’inscription en légère baisse 

Les changements de la sécurité sociale étudiante en 2018

Plus de cotisation sociale pour les étudiants

Le ministère vient d’annoncer une très légère baisse des frais de scolarité universitaire pour la rentrée. Il faudra donc, cette année débourser 170 euros contre 184 euros pour une inscription en licence, 243 contre 256 euros pour une inscription en master. Seul le montant des frais de scolarité en doctorat ne devrait pas subir de variation et stagne à 391 euros. Pas de changement non plus du côté de l’assiette quotidienne des étudiants. Le tarif d’un repas en restaurant universitaire reste égal à 3,25 euros. Votre paye de votre job d’été ne sera donc pas entièrement consacrée au paiement de votre inscription à la fac ! De plus, la cotisation de Sécurité Sociale étudiante sera supprimée à la rentrée 2018, à la place les étudiants non boursiers et nouveaux arrivants à l’université devront verser 90 euros pour la « contribution à la vie étudiante » au lieu des 217 euros précédemment. Une bonne nouvelle pour les étudiants, moins bonne pour les directeurs d’établissements qui se désolent de cette baisse dans un contexte de manque de moyen dans les universités françaises.

Ce qui va rester inchangé en septembre 


Ne vous inquiétez pas, tout ne va pas radicalement changer d’ici septembre. Vos avantages principaux ne subiront pas de modification ! Bourses ou autres aides ne feront pas partie des restrictions du gouvernement.  

Presque pas de mouvement du côté des bourses

Vous êtes boursier ? Vous n’aurez pas non plus à payer de frais d’inscription ! La demande de bourse se réalise en ligne, et est à remplir en amont de l’inscription à l’université ! Consultez le montant de votre aide en fonction de votre échelon.

Échelon  Montant annuel  Montant mensuel 
0 bis 1 009 euros 100, 90 euros
1 1 669 euros 166, 90 euros 
2 2 513 euros  251,30 euros
3 3 218 euros 321, 80 euros 
4 3 924 euros 392, 40 euros
5 4 505 euros 450, 50 euros 
6 4 778 euros 477, 80 euros
7 5 551 euros 555, 10 euros 


Le seul petit changement que connaîtront les bourses sera la date de paiement. Aujourd’hui, les dates de réception des bourses varient selon les académies auxquelles sont rattachés les étudiants. À partir du 1er septembre 2018, les boursiers les recevront leur dû tous les 5 du mois.

L’ARPE prolongée

L’ARPE n’est pas connue de tous les jeunes. Et pourtant, elle peut vous être d’une grande aide si vous êtes à la recherche d’un premier emploi. Vous pouvez bénéficier de cette aide si vous êtes âgé de moins de 28 ans et que vous avez perçu une bourse au cours de votre dernière année d’étude. Son but ? Vous donner un petit coup de pouce à l’issue de votre cursus pendant quatre mois au maximum. Plus votre échelon de bourse au cours de vos études était élevé, plus l’ARPE s’en trouvera importante. À noter que cette aide varie de 100 à 550 euros par mois. Pour effectuer une demande, rien de très original : un formulaire est à remplir en ligne !

À présent, vous voilà plus éclairé sur ce qui vous attend à la rentrée. Bon, il vous reste quand même à découvrir votre emploi du temps, trouver votre appart, voire votre job étudiant...

Alice Meyer et Valentin Agbo Aclozo