Quels métiers quand on aime les langues ?

L’apprentissage des langues constitue un élément essentiel de l’éducation des étudiants, de la primaire au lycée voire jusqu’aux études supérieures pour ceux qui le souhaitent. Les avantages de la maîtrise d’une ou plusieurs langues vivantes sont nombreux. Outre le fait de vous permettre de voyager plus facilement, les langues vous ouvrent des portes vers des professions insolites.

Vous voulez pratiquer les langues dans votre vie professionnelle, mais vous ne savez pas vers quel métier vous tourner ? Nous pouvons peut-être vous aider à trouver votre voie.

Trouvez votre formation en Langues

Commercial export

Si le commercial export n'est pas forcément le premier professionnel auquel on pense quand on parle de langues, celui-ci est pourtant un grand pratiquant des langues étrangères.

Présentation du métier

Professionnel de la vente, le commercial export vend des produits ou des services sur les marchés internationaux pour une entreprise. Avant tout, il va argumenter et négocier auprès de nouveaux clients ou d’anciens clients. Pour cela, il voyage à travers le monde et la maîtrise de l’anglais est bien souvent impérative.

Son rôle est de constituer le portefeuille de clients étrangers pour les développer et donc leur être bénéfique.
De la prospection à la fidélisation, il doit donc assurer la relation client dans son ensemble. Il s’assure de leur satisfaction et peut avoir à suivre les commandes du début à la fin. Il va alors encadrer l’exportation, le passage aux douanes, le transport et l’assurance du bien.

Son travail peut l’amener à participer à des salons internationaux pour prospecter auprès de nouveaux clients. Face à la concurrence, il va également effectuer une veille régulière afin de se tenir au courant de ce qu’il se vend sur le marché, mais également des personnes ou entreprises qui peuvent être des clients potentiels.

L’emploi

Le commercial export doit d’abord travailler en tant que commercial. Après plusieurs années d’expérience, une zone export va lui être attribuée, dans laquelle seront concentrées ses activités. Il est généralement employé par de grandes entreprises et peut évoluer vers le métier de chef de zone export puis de directeur export.
Le salaire d’un débutant est d’à peu près de 1400 euros. Celui-ci est complété par des primes sur objectifs.

Les études

Il n’y a pas de formation spécifique pour accéder à ce métier. Cependant, le domaine du commerce international est sans doute la meilleure passerelle vers ce métier. Ainsi, les étudiants voulant devenir commercial export peuvent suivre un BTS Commerce international ou un bachelor du même intitulé. Ces diplômes sont souvent proposés par les écoles de commerce. Elles proposent d’ailleurs des cursus de niveau bac + 5 permettant également de développer des compétences commerciales.

Trouvez la bonne formation pour travailler dans le Commerce international

Hôtesse de l’air/steward

Relativement facile d'accès, le métier d’hôtesse de l’air s’apparente plus au domaine de la sécurité.

Présentation du métier

Aussi appelés Personnels Navigants Commerciaux (PNC), les hôtesses/steward assurent la sécurité des passagers et le respect des règles qui régissent un vol, de l’embarquement à l’atterrissage de l’avion. Le PNC est placé sous la responsabilité du commandant de bord.

Le travail du PNC commence lors du briefing qui a lieu avant chaque vol. Chaque membre de l'équipage découvre les personnes qui vont l’accompagner lors du voyage. Cet équipage est bien souvent composé de personnes de nationalités diverses. Les hôtesses et stewards font connaissance et le commandant de bord distribue les missions à chacun. Par exemple : certains membres d’équipage sont en charge de l’arrière de l’avion, d’autres de l’avant, etc.

Avant le vol, leur mission est de vérifier le bon fonctionnement des équipements de sécurité. Ainsi, le PNC s’assure que tout est bien fixé et que l’interphone marche. Les stocks de produits destinés à être vendus sont également inspectés tout comme ceux de restauration. Le personnel navigant s’occupe également de préparer la cabine avant la réception des passagers, la nettoie, récupère les objets oubliés, etc.

Une fois prêts à recevoir les clients, ils les accueillent et les aiguillent jusqu’à leur place dans l’avion. Avant le décollage, les hôtesses/stewards informent les passagers des procédures à suivre en cas d’urgence et sur l’utilisation des équipements de sécurité.

Le rythme de travail de cette profession est très fatigant et bien souvent, les rythmes sont totalement décalés de ceux des métiers “ordinaires”. Les décalages horaires et les voyages sont bien souvent inadaptés à une bonne vie de famille.

L’emploi

Ces professionnels sont employés par les compagnies aériennes. Chacune d’elles organise des sélections à différentes périodes donnant ainsi une chance à de nombreux candidats. Ces derniers doivent passer plusieurs tests écrits : certains psychotechniques, d’autres sur les règles de sécurité, etc. Après plusieurs années d’expérience, les membres du PNC peuvent évoluer vers le métier de chef de cabine. Le salaire d’une hôtesse de l’air ou d’un steward varie selon la compagnie dans laquelle ils travaillent. Généralement, il varie entre 2000 euros brut en début de carrière jusqu’à 3000 euros en fin de carrière.

Les études

De nombreuses écoles de tourisme permettent d’accéder au métier d’hôtesse de l’air. Le BTS Tourisme est par exemple un diplôme qui permet d’accéder à la formation. Généralement, les compagnies apprécient une première expérience dans les secteurs hôteliers ou commerciaux.

Une formation est cependant indispensable avant d’envisager exercer ce métier : le CCA (Cabin Crew Attestation). Ce certificat permet d’exercer dans toutes les compagnies aériennes européennes et internationales. Les étudiants doivent également parler un anglais courant et donc passer le TOEIC.

Trouvez la bonne formation pour travailler dans le tourisme

Ambassadeur

L’ambassadeur est un professionnel qui voyage. Nommé par le président de la République (rien que ça), il est en poste dans un pays étranger souvent accompagné de sa famille.

Présentation du métier

Haut fonctionnaire, l’ambassadeur peut travailler dans un consulat aussi bien que dans une ambassade ou ses fonctions sont différentes. Il assure la gestion de ces structures et de leur personnel. Interlocuteur privilégié des ressortissants français à l’étranger, à travers toutes les personnes dont il a la charge, il est surtout un éminent représentant du Ministère des Affaires étrangères français.

En ambassade, il intervient sur les affaires diplomatiques, politiques et économiques alors qu’au sein d’un consulat, son travail est plus administratif. Ses missions de gestionnaire l’amènent par exemple à distribuer les passeports et les visas aux personnes autorisées. Il organise également les mariages et les élections à l’étranger.
Loin des cocktails et des petits fours auxquels on peut l’associer, il exerce en quelque sorte le rôle d’un maire à l’étranger.

En tant que diplomate, les questions politiques le concernent grandement. En plus de représenter son pays à l’étranger, il exerce des fonctions commerciales et appuie les décisions de l’État français directement dans le pays auquel il est affilié. L’ambassadeur défend les intérêts commerciaux de son pays et peut être amené à intervenir durant des négociations. Il informe son gouvernement sur l’état du pays dans lequel il est résident tout comme l’inverse. Il entretient des relations avec l’administration de ce même pays afin de relayer le positionnement de l’état français sur différents sujets.

Son métier implique également qu’il assure le rayonnement culturel de son pays d’origine, ainsi, il peut être amené à inaugurer des centres culturels français à l’étranger, etc.

L’emploi

Profession prestigieuse, l’ambassadeur évolue au sein d’une ambassade et d'un consulat, mais travaille également pour des organismes internationaux tels que l’ONU, l’Union européenne ou l’OTAN. Le seul employeur des ambassadeurs est l’État français. Le métier assure un salaire d’environ 7500 euros par mois pour un ambassadeur expérimenté.

Les études

Ce professionnel de l’administration publique doit bien souvent passer par le temple de cette même discipline : l’École Nationale de l’Administration (ENA). Accessible avec un bac + 3, les étudiants doivent généralement être titulaires d’un diplôme d’un institut d’études politiques pour postuler

Trouvez la bonne formation pour devenir Ambassadeur

Traducteur

Amoureux des langues par excellence, le traducteur est chargé de traduire différents types de textes.

Présentation du métier

Ce professionnel travaille principalement pour l’édition même si ses secteurs d’activité sont divers. Sa principale mission consiste à traduire des ouvrages et écrits destinés au grand public. Il peut traduire du français vers une autre langue ou inversement. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le traducteur ne retranscrit pas seulement des livres, mais également d’autres types de textes tels que des guides, des articles de presse, des interviews, etc.

Il peut se spécialiser dans un domaine qu’il apprécie (cuisine, informatique, médecine, sciences, etc.), dans ce cas-là, il doit maîtriser un vocabulaire spécifique à son sujet de prédilection. La maîtrise de l’anglais est bien souvent indispensable pour exercer ce métier, en plus d’une ou plusieurs autres langues étrangères. Ce métier peut être une activité additionnelle à une autre activité principale comme celles de professeur ou d’écrivain.

Quand il doit traduire un écrit, il procède de manière méthodique. En premier lieu, il étudie ce qu’il va traduire, identifie les spécificités et caractéristiques du style de l’auteur, analyse le vocabulaire utilisé ainsi que la syntaxe. Une fois étudié, le texte fait l’objet d’une traduction que le traducteur retravaillera une fois terminée.

Ce professionnel des langues peut être recruté pour travailler dans d’autres milieux professionnels comme le cinéma. Il va alors avoir des missions différentes et être en charge de la rédaction des sous-titres ou de doubler les voix des acteurs. Il peut également s’occuper de la préparation d’une émission de télévision.

L’emploi

Souvent indépendant, le traducteur peut travailler pour une agence spécialisée. Il est très rare que cette organisation les embauche en tant que salariés préférant faire appel aux professionnels libéraux. Certaines grandes institutions comme les ministères et les grandes entreprises font appel à des traducteurs. Dans ce cas-là, il y a plus de chances d’être salarié.

Les sociétés de production audiovisuelle et les maisons d’édition font également appel aux services des traducteurs.
Le salaire moyen d’un traducteur est d’à peu près 2700 euros.

Trouvez la bonne formation pour devenir Traducteur 

Les études

Il existe quelques écoles et instituts spécialisés dans la traduction. Elles proposent des formations de niveau bac + 5 donnant accès à la profession. Certains masters de traduction sont également proposés par plusieurs universités.

Linguiste

Voici un professionnel qui pousse l’étude de la langue à un autre niveau. Mécanismes, histoire, étymologie, rien ne lui échappe.

Présentation du métier

La linguistique, c’est l’approche scientifique des langues. Ainsi, ce professionnel étudie les langues, mais aussi les langages. Son travail intervient sur la structure des mots, mais pas seulement. Il décrit les différentes langues, leur trouve des spécificités ou au contraire, des similarités. De manière générale, le linguiste étudie la phonétique et la phonologie des langues, la place des mots dans les phrases ou contextes ainsi que leur signification.

Son travail permet de définir ce qu’est le langage humain et souvent, il permet de mettre en relation la linguistique avec d’autres domaines comme la philosophie, la sociologie ou encore la psychologie. Ainsi, il met en lumière le rôle des langues dans les différentes sociétés du monde et de l’histoire.

Il se peut également qu’on fasse appel à lui dans le cadre du développement d’outils informatiques. Il va alors être responsable de développer la communication entre l’homme et la machine. À l’écrit comme à l’oral avec la conception d’outils de correction orthographique ou de traduction.

L’emploi

Souvent, l’informatique représente le plus grand employeur de linguistes dans le cadre du développement de nouvelles technologies. On parlera alors d’ingénierie informatique. Les linguistes peuvent également être recrutés par les sociétés d’édition. Le salaire d’un linguiste débutant est d’environ 1500 euros bruts.

Les études

Le bac + 5 est le niveau minimum pour accéder à ce métier. Les étudiants peuvent en premier lieu suivre une licence langues et civilisations étrangères ou langues étrangères appliquées. Une fois titulaires d’un diplôme de niveau bac + 3, ils peuvent s’orienter vers un master sciences du langage ou encore en traitement automatique des langues. De nombreux masters de linguistique sont proposés à travers la France et l’offre est différente d’un établissement à l’autre.

Trouvez la bonne formation pour devenir Linguiste

Valentin Agbo Aclozo