TOEIC : 5 conseils pour bien vous préparer à l'examen !

Lecture

Pour beaucoup d’entreprises, le TOEIC est devenu un pré-requis pour obtenir un poste à responsabilités internationales ou à l’étranger. Le TOEIC est également utilisé dans certaines universités ou écoles pour permettre aux étudiants de valider une année d’étude ou un diplôme.


etudiants révision toeic

Le TOEIC est un test d’anglais standardisé composé de 200 questions visant à mesurer votre compréhension en anglais dans un milieu professionnel. Il prend la forme d’un QCM et se divise en deux parties de 100 questions : La partie « Listening » pour la compréhension orale et la partie « Reading » pour la compréhension écrite.

En plus d’un bon niveau d’anglais, il vous est indispensable d’effectuer une préparation de bonne qualité pour vous permettre d’arriver le jour du passage du TOEIC dans les meilleures conditions.

Conseil n° 1 : Bien prendre connaissance du TOEIC

Le TOEIC est un test de langue standardisé qui reprend toujours les mêmes spécificités : structure, types de questions, thématiques, notation, etc. Grâce à cette uniformité, les créateurs du TOEIC s’assurent de conserver une cohérence dans la notation et la reconnaissance à l’international du score obtenu. Cette standardisation est une chance pour vous, car elle vous permet de préparer le test en amont et de combler certaines difficultés avec une bonne préparation.

Dans un premier temps, prenez connaissance de l’enchaînement de l’examen. Le TOEIC commence toujours par la partie « Listening » avec des extraits audio à écouter puis la partie « Reading » avec des textes à compléter. Attention, dans la partie « Listening », vous avez la possibilité d'écouter une seule fois chaque audio. Vous devrez donc être très attentifs le jour de l’examen. Vous remarquerez également que le vocabulaire associé au TOEIC est celui du monde des affaires. Vous pouvez donc vous préparer en conséquence et réviser le vocabulaire spécifique.

Bien préparer l’examen et connaître sa structure, c’est vous assurer d’arriver le jour de l’examen dans les meilleures conditions, sans mauvaise surprise. Vous serez également plus confiant sans craindre de perdre du temps ou d’être bloqué.

Conseil n° 2 : Faites un test TOEIC blanc pour vous évaluer

Une fois la structure du TOEIC analysée, nous vous conseillons de passer un test TOEIC blanc pour vous confronter aux conditions de l’examen. Ainsi, vous allez mettre en avant vos points forts sur lesquels miser et vos points faibles sur lesquels vous devez appuyer pour gagner des points. Il existe sur internet des plateformes qui vous propose de vous confronter au TOEIC dans des conditions similaires. Cette auto-évaluation vous permet de fixer des objectifs et un planning de révision.

Conseils n° 3 : Définissez des objectifs pour vous motiver

Les motivations pour passer le TOEIC sont propres à chacun : valider une année d’étude, trouver un nouveau job ou encore par satisfaction personnelle… Dans tous ces cas, le score TOEIC attendu ne sera pas le même. Les entreprises, les établissements universitaires et les écoles sont libres de fixer leurs propres exigences de score. Votre objectif final est donc facilement défini : atteindre le score minimum demandé.
Pour atteindre cet objectif final, vous aurez besoin de définir des objectifs « palier » afin de jalonner votre préparation et mesurer votre progression.

Une fois votre test blanc passé, vous avez une idée plus précise de votre niveau actuel et de votre capacité à réussir le TOEIC. Vous pouvez maintenant vous fixer des objectifs réalistes qui correspondent à vos besoins. En fonction de vos motivations (partir à l’étranger, postuler à une entreprise, valider une année d’étude, booster votre CV…), votre besoin de score ne sera pas le même. Comme pour le TOEFL, chaque établissement et chaque entreprise est libre d’exiger le score qu’elle souhaite. Dans ce cas, votre objectif de score final est automatiquement défini. Cependant, pour l’atteindre, vous aurez besoin de vous fixer des objectifs intermédiaires : Quel score sur cet exercice ? Quel score sur cette partie ? Combien de points puis-je gagner sur mes points faibles ? Combien de points supplémentaires je peux récupérer sur mes points forts ? Ces objectifs intermédiaires vous permettront de suivre votre progression et de mieux avancer vers l’objectif final.

Conseil n° 4 : Préparez vous activement et… passivement

Pour bien vous préparer au TOEIC vous devez prendre en considération la partie active et la partie passive.

Dans la partie active vous travaillez tous les éléments propres au TOEIC :

  • les exercices
  • la grammaire
  • les types de questions
  • la gestion du temps
  • etc.

Vous devez travailler le contenu de l’examen pour arriver dans les meilleures conditions le Jour-J. Nous vous conseillons de vous fixer un planning de révisions et d’entrainement TOEIC. Découpez ce planning en blocs de révisions, ponctués par un test TOEIC blanc. Vous suivrez ainsi votre progression facilement.

La partie passive vient en complément de la partie active mais ne doit pas être négligée. Elle vous permet en effet de bien vous préparer pour la partie « Listening » du test. La partie active consiste à utiliser toutes les opportunités du quotidien pour vous familiariser avec la langue, améliorer votre compréhension orale et vous entraîner à tirer les informations importantes. Pour cela, vous pouvez par exemple écouter la radio en anglais, regarder des séries en VO ou encore lire la presse étrangères. Les occasions ne manquent pas. Vous serez ainsi plus à l’aise pour la partie compréhension orale (listening).

Conseil n° 5 : Préparez-vous à bien gérer votre temps

Votre temps est l’élément le plus important dans la réussite du TOEIC. En effet, le timing est serré, vous avez 2 heures pour répondre à 200 questions. Vous n’avez pas la possibilité d’hésiter trop longuement sur chaque question. Si vous ne connaissez pas la réponse, n’hésitez pas, répondez au hasard. En effet, au TOEIC, les mauvaises réponses n’enlèvent pas de points. La règle d’or est donc de ne jamais laisser une question sans réponse même si vous bloquez sur le bon choix à faire.

Un conseil simple mais primordial : emmenez une montre le jour de l’examen. Vous pourrez ainsi vérifier fréquemment le temps qu’il vous reste et éviter ainsi toute déconvenue.

La rédaction

Partager