Que faire en cas d'échec de la première année de licence ?

3 mois après votre entrée en L1, vous êtes perdu, vous ne parvenez toujours pas à surmonter vos difficultés ? Pire au bout de la 1ère année vous vous rendez compte que la fac n'est pas fait pour vous… Diplomeo vous guide pour bien vous réorienter.

La réorientation, ça fait peur...

Trois mois après votre entrée en première année de licence, vous êtes perdu, vous ne parvenez toujours pas à surmonter vos difficultés ? Il existe de nombreuses solutions pour poursuivre vos études et avoir un avenir serein.

Diplomeo vous donne des pistes pour vous réorienter correctement.

Se réorienter

Si vous n'avez pas réussi à suivre le rythme au sein de votre licence, la réorientation peut être une solution pour vous ! En effet, la réorientation est vue, de nos jours, comme une chance de repartir à zéro sur une formation différente.

Premier conseil, il vaut mieux se réorienter dès que le début de votre cursus en licence afin d'envisager un nouveau projet professionnel plus adapté à votre niveau et à votre profil. Il ne faut donc pas attendre la fin de l'année, ou même la fin de la licence pour vous rendre compte que vous vous êtes trompé de parcours.

Deuxième conseil, l'échec n'est pas une fin en soi, vous êtes jeune et plein d'avenir ! Il faut donc vous prendre en main dès que vous sentez que vous avez des difficultés que vous ne pouvez pas surmonter. Vous pouvez notamment vous rendre dans le centre d'orientation de votre établissement, qui sont de plus en plus présents, ou bien dans un centre extérieur afin d'être guidé au mieux par un conseiller.

A présent, il existe de nombreuses solutions pour remédier aux échecs en première année de licence.

Diplomeo vous permet d'entrer en relation directe avec les responsables des formations.

Première solution : la rentrée accélérée

La rentrée "accélérée", aussi appelée rentrée "intensive" est opérée par de nombreuses écoles, des lycées privés ainsi que les Instituts Universitaires de Technologie.

Le but est de permettre aux étudiants de suivre un cursus rapide pour récupérer le programme d'une année en seulement quelques mois mais aussi de réaliser un stage professionnel obligatoire durant les mois de juillet et d'août. L'objectif est que les étudiants puissent retourner à une scolarité normale dès le mois de septembre.

Cependant, il est possible que ce rattrapage des enseignements ne soit pas terminé. L'étudiant devra alors suivre des cours de soutien et des stages durant les vacances scolaires de la seconde année pour combler les lacunes.

Les étudiants peuvent ainsi avoir accès aux connaissances qu'ils n'ont pas assimilées durant l'année. Cependant, la motivation, le travail régulier et la capacité à abandonner l'idée d'avoir des vacances sont les qualités requises pour réussir.

Deuxième solution : la rentrée décalée

La rentrée dite "décalée" est une vraie année d'étude mais elle commence seulement en février. En effet, il est possible d'intégrer de nombreux établissements soit en septembre soit en février.

Les étudiants en décalage ont le même contenu au niveau des matières et du programme que les autres qui sont entrés en septembre. Ils réalisent des stages et ont des vacances scolaires. La seule différence repose sur le fait que leur année commence en février et se termine en février de l'année suivante.

Les étudiants de la promotion de février ne passent pas leurs examens en même temps que ceux de septembre. Ils ont donc leur diplôme six mois après.

L'autre bonne nouvelle est que la rentrée décalée simplifie l'insertion professionnelle des étudiants qui terminent leur cursus.

Retour en haut de page