20 % de réorientation en première année

20 %. C’est le taux d’étudiants de première année qui se réorienteraient à l’issue du premier semestre. Comment procéder pour réussir ce choix ?

20 % de réorientation en première année

Pas toujours simple

Alors que les partiels de janvier se terminent, les premiers doutes apparaissent chez certains élèves comme l’explique Annick Soubaï, directrice du Centre d’Information et d’Orientation (CIO) des Enseignements Supérieurs : « Chaque année, un certain nombre d’étudiants souhaitent se réorienter. […] Depuis 1997, il y a un droit à la réorientation. C’est un phénomène connu ».

Si aucune étude ne permet de savoir exactement combien d’élèves optent pour la réorientation, on estime qu’elle concerne environ 20 % des première année. Peu d’entre eux suivent en effet des parcours linéaires. Pour autant, il n’est pas possible d'affirmer que  se réorienter est facile. Annick Soubaï poursuit : « On ne peut pas changer de formation comme de chemise. » Les élèves d’universités doivent avoir un bon dossier pour voir leur demande aboutir. Ceux qui n’auraient pas suivi tous les cours ont ainsi peu de chances de se réorienter au sein de la faculté.

La réorientation reste une vraie démarche qui doit répondre à une certaine logique. Ainsi il est conseillé de choisir un nouveau cursus qui soit compatible avec le premier, ce qui n’exclut pas certains rattrapages indispensables d’une ou plusieurs matières.

Faire les bons choix

Lorsque l’on choisit la réorientation, il est important d’être bien conseillé. Au sein de CIO ou auprès des professeurs, les élèves doivent poser les bonnes questions avant de valider leurs choix. Objectif, éviter qu’ils ne repartent sur « une mauvaise route ». Pour Annick Soubaï, il est nécessaire de se demander : « Pourquoi je suis là, pourquoi en partir et pour aller où ? ». La réponse « ne peut être qu’individuelle ».

Les élèves qui n’arrivent pas à se décider peuvent enfin opter pour une dernière possibilité, celle de l’année sabbatique. Service civique, tour du monde, là encore les options ne manquent pas et permettent bien souvent de trouver les réponses que l’on attendait.

Tous les établissements ne sont pas concernés par la rentrée décalée. Certaines écoles de commerce et d’ingénieurs, souvent privées, ainsi que les BTS, les IUT et les universités permettent de se réorienter. Une brochure mise en ligne sur le site du CIO des Enseignements Supérieurs permet de consulter les informations concernant l’Académie de Paris.

Retour en haut de page