L'armée recrute : top 10 des métiers pour devenir militaire

Pompier, gendarme, artilleur ou encore pilote de chasse font partie des métiers qui recrutent dans l’armée. Diplomeo a réuni pour vous les dix métiers qui offrent des débouchés au sein de l’armée. Si vous souhaitez participer à la protection de la France, suivez le guide !

Militaires au combat

L’armée recrute : chaque année, des milliers de postes sont à pourvoir au sein de l’Armée de terre, mais aussi de l’Armée de l’air et de la Marine. L’avantage de ces emplois est qu’il n’existe que très peu de prérequis en matière de diplôme pour y accéder : c’est l’armée elle-même qui se charge de vous former. Que vous soyez femme ou homme, si l’envie de défendre la nation française résonne en vous, un de ces 10 métiers est peut-être fait pour vous.

Métiers qui recrutent dans l'Armée de terre

1. Pompier de Paris 

Beaucoup ne savent pas que les pompiers de Paris font partie du corps de l’armée française. Et pourtant si ! Le pompier de Paris intervient sur les départements de Paris, de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine, et du Val-de-Marne, à raison de 12 permanences de 24 heures chacune par mois.

Le pompier de Paris est principalement un professionnel du feu, du secours à la personne, et des interventions routières.

Pour devenir pompier de Paris, il vous faudra au minium posséder le brevet des collèges et le permis de conduire B. Vous serez ensuite formé pendant quatre mois dans une école puis pendant deux mois dans une compagnie sur le terrain.

L’âge minimum pour candidater est de 18 ans et le maximum est de 25 ans. Au début de sa carrière, le pompier de Paris percevra un salaire de 1750 euros mensuels.

2. Pilote d’engin de travaux

Le pilote d’engin de travaux est le professionnel qui manœuvre les engins lors de missions et d’opérations extérieures. Sur chenilles ou sur roues, ces engins peuvent être de nature très différente. Le pilote d’engin de travaux participe également à des missions de traversée de cours d’eau, et sait mettre en place un pont flottant motorisé.

Pour accéder à cette profession, mieux vaut posséder un CAP transport (même si ce n’est pas obligatoire). La personne recevra ensuite une formation de 12 semaines pour devenir soldat, puis une formation spécifique en conduite d’engins de travaux.

Le candidat devra avoir entre 17,5 ans et 30 ans au moment de la signature du contrat. Il doit aussi être de nationalité française, et avoir réalisé la Journée Défense et Citoyenneté. Son salaire en début de carrière sera de 1315,38 €, en étant logé, nourri et blanchi.

3. Agent médical

L’agent médical est la personne qui accompagne les équipes médicales sur des interventions : il prend en charge les blessés et assure leur évacuation en sécurité. Il s’occupe également de la partie administrative et technique du service médical de la caserne, et veille à la bonne santé quotidienne des soldats.

Cette profession est accessible sans qualification, cependant des diplômes de type CAP, BEP, ou baccalauréat sont fortement appréciables. L’agent médical doit être une personne qui sait garder son sang-froid, être autonome, et prendre des initiatives.

Au bout de 6 mois, l’agent médical obtient le titre de militaire du rang de 1re classe. Il peut prétendre, au début de sa carrière, à un salaire de 1320 euros mensuels.

4. Sous-officier de la gendarmerie 

Les débouchés en gendarmerie en France sont nombreux ces dernières années, et le métier de sous-officier de la gendarmerie est celui qui recrute le plus.

Cette personne assure la protection des biens et des personnes d’un secteur, en ville ou en campagne. Ses principales missions sont la surveillance, la prévention, la sécurité routière, le maintien de l’ordre et les interventions de secours. Il prend également part à des enquêtes judiciaires.

Le sous-officier de gendarmerie peut se spécialiser dans de nombreux domaines : investigation criminelle, maître-chien, spécialiste de montagne, GIGN, intervention routière, etc. Les lieux où il peut travailler sont nombreux : gendarmerie départementale, ambassade de France, Garde républicaine, unités d’outre-mer, états-majors, et bien d’autres encore.

Pour accéder au métier de sous-officier en gendarmerie, il faut avoir entre 18 et 35 ans, être titulaire du baccalauréat et passer le concours de la gendarmerie. Une fois les épreuves réussies (le candidat ne peut s’y présenter que trois fois), vous entrez en école de gendarmerie pour une formation de 12 mois.

5. Artilleur 

L’artilleur est un spécialiste des armes puissantes et de haute technologie. Il est un renfort précieux pour la sécurité de la cavalerie et de l’infanterie. Il s’occupe de l’acquisition, de la confirmation et de la neutralisation d’un objectif sur le terrain.

Suite à la formation de douze semaines pour devenir soldat, il suivra une autre formation, spécifique cette fois au métier d’artilleur : il y apprendra à gérer le danger, manipuler matériel et produits dangereux, et développera son esprit d’équipe ainsi que ses capacités physiques.

Il pourra par la suite se spécialiser dans une unité sol-sol, air-sol ou dans le lance-roquette. Le candidat artilleur doit avoir entre 17,5 ans et 30 ans au moment de la signature du contrat et être de nationalité française.

Les qualités requises pour accéder à ce métier sont la capacité d’analyse d’une situation et un goût prononcé pour la technologie.

Recrutement dans l'Armée de l'air

6. Maître-chien parachutiste de l’air

Le maître-chien parachutiste évolue en binôme avec son animal. Il assure la protection et le sauvetage de la force aérienne, en France ou lors de missions à l’étranger.

Le maître-chien de l’air sait aussi manier les armes de combat, et pratique les techniques de tir. Il effectue une surveillance permanente grâce à des patrouilles pour dissuader et neutraliser les actes de malveillance à l’encontre des zones militaires aéronavales.

Le maître-chien s’occupe également de former et dresser son animal, et lui prodigue les soins nécessaires. Enfin, au bout de quelques années d’expérience avec son chien, ce professionnel peut devenir expert en détection d’explosifs.

Pour devenir maître-chien parachutiste de l’air, pas de prérequis, si ce n’est le niveau troisième. Cependant, posséder un CAP, un BEP ou un baccalauréat professionnel est un plus. il vous faudra aussi être de nationalité française et avoir moins de 30 ans à la signature de votre contrat avec l’armée de l’air. 

7. Contrôleur aérien militaire

Le contrôleur aérien militaire peut exercer dans deux unités différentes : en ESCA (contrôleur de la circulation aérienne) ou en CDC (contrôleur des opérations aériennes et interception).

En ESCA, le contrôleur aérien se charge de surveiller l’approche d’une zone aéronavale militaire par des aéronefs. En CDC, le contrôleur aérien assure l’identification de tous les appareils volant au-dessus du territoire français, et s’il le faut, lance l’interception. Il gère cette « arrestation » par le guidage radar de la police du ciel.

Pour accéder au métier de contrôleur aérien militaire, il faut avoir moins de 30 ans, être de nationalité française et parler couramment l’anglais. Une fois inscrit, le candidat intègre une formation de douze mois à l’École de l’air (COEA) de Salon-de-Provence.

Au commencement de sa carrière, le contrôleur aérien peut prétendre à un salaire de 1400 euros nets par mois.

8. Pilote de chasse

Le pilote de chasse est le professionnel de l’air qui fait rêver bon nombre d’enfants : il effectue des missions aériennes en escadron, pour surveiller, combattre, dissuader ou intercepter un appareil.

En amont de ces missions, le pilote de chasse prépare son intervention au sol : il étudie le brief de la mission qui lui est donné par ses supérieurs, l’environnement, et les stratégies d’approche.

Pendant sa formation, il apprend à piloter des aéronefs de combat, comme le Mirage, ou le Rafale. Pour candidater en tant que pilote de chasse, vous devrez avant tout avoir une excellente vision : ce poste n’est pas accessible aux porteurs de verres correcteurs. Il vous faudra aussi être passionné d’aviation, savoir gérer le stress, rester concentré en toutes circonstances et apprécier le travail en groupe.

Enfin, il vous faudra être de nationalité française, avoir entre 17 et 24 ans et être titulaire du baccalauréat, ou d’un niveau équivalent au bac.

Devenir militaire dans la Marine

9. Matelot fusilier marin 

Le matelot fusilier marin est à la fois effectif sur terre et en mer. Il se charge de la défense des sites de la Marine : les bases navales, aéronavales, et les bâtiments en opération en mer.

Il peut aussi accompagner les navires civils dans des zones à risque. Sur un bateau, il est le principal adjoint des commandants : il assure l’ordre et la sécurité à bord. Il peut aussi effectuer des missions de formation pour l’équipage.

Pour postuler en tant que matelot fusilier marin, il faut avoir entre 17 et 25 ans, et posséder un niveau troisième. Le matelot fusilier marin peut après quelques années d’expérience, prétendre à une évolution de poste : chef d’équipe, opérateur, chef d’escouade, ou encore, commando marine.

10. Matelot marin-pompier de Marseille

Le matelot marin-pompier de Marseille est la personne qui protège la cité phocéenne des risques d’incendie et autres périls. Il effectue des sauvetages en mer dans la zone portuaire, et intervient sur des sites comme l’aéroport, l’agglomération marseillaise et le site Eurocopter de Marignane.

Le matelot marin-pompier de Marseille agit donc aussi bien sur terre qu’en milieu maritime et intègre sa profession par la filière Matelot de la Flotte. Le niveau troisième est le minimum requis pour candidater.

Il faut aussi voir entre 18 et 25 ans pour exercer le métier de marin-pompier à Marseille. Être bon nageur, et avoir une excellente condition physique en général sont les qualités prérequises.

À savoir : la personne qui postule pour accéder à cette profession s’engage pour un minium de quatre années avec l’armée, renouvelables jusqu’à neuf ans. 

Alors, vous avez fait votre choix ? Sachez qu’il existe encore des centaines d’autres emplois au sein de l’armée, et pas uniquement des professions de combat : chef cuisiner, électrotechnicien ou responsable des ressources humaines sont également des professions que vous pourrez effectuer en tant que militaire.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur les sites de l’Armée de l’air, de l’Armée de Terre, et de la Marine.

Anaïs Duval