Pourquoi faire un Master of Science plutôt qu’un master  ?

Après avoir validé un bac+3, vous hésitez entre un Master ou un Master of Science (MSc) ? Diplomeo vous donne des pistes pour identifier les différences entre ces deux diplômes et vous aider à faire votre choix.

Les étudiants étrangers représentent 60 % des promotions de MSc.

Pas facile, une fois la licence ou le bachelor validé de savoir vers où guider son cursus… Pour poursuivre vos études, vous aurez notamment le choix entre le Master et le Master of Science. La principale différence réside dans le fait que le Master of Science est plus international que son collègue Master.

Trouvez votre MSc

Donner une dimension internationale à son cursus

Le Master of Science est un diplôme accessible après la validation d’un diplôme de niveau bac+3 (licence ou bachelor), comme le master. Il délivre donc un niveau bac+5, également comme son homologue master. À l’origine, le MSc n’était dispensé que dans les universités étrangères. Il est désormais accessible dans de nombreux établissements français : depuis 2002, la formation est certifiée par la Conférence des grandes écoles (CGE). D’autres MSc, non labélisés, ont récemment vu le jour dans des écoles comme l’ESSEC, l’EDHEC ou Neoma. Souvent proposé dans les écoles de commerce, de management et parfois d’ingénieurs, le MSc a un atout : c’est un diplôme ouvert sur l’international. C’est là aussi sa principale différence avec le Master. Bien sûr, en Master vous pouvez effectuer un stage ou un semestre à l’étranger, mais en MSc le côté international est exacerbé :

  • les cours sont presque exclusivement en anglais (50 % au minimum)
  • le programme correspond aux attentes des entreprises étrangères
  • le stage (de 4 mois minimum) s’effectue, de préférence, à l’étranger
  • au moins un expérience à l'étranger (stage ou période d'études) est demandée
  • des passerelles avec les universités partenaires des écoles sont possibles pour y étudier lors d’un ou plusieurs semestres

Du côté pratique, le MSc comprend 450 heures de formation théorique, pratique et de travaux. Pour l’intégrer, il faut généralement un bac+4 (master 1), même si dans certaines écoles un bachelor suffit. Votre diplôme précédent doit cependant être en lien avec le domaine du MSc et vous devrez justifier d’un très bon niveau d’anglais, avec des tests à l’entrée ou des exigences de résultats au TOEFL ou au TOEIC. Pour les admissions après un bac+3, les dossiers sont soumis à un jury qui jugera de la qualité du cursus et examinera vos expériences professionnelles.

En phase avec les entreprises internationales

Il existe 93 Masters of Science accrédités par la CGE dans une trentaine d’écoles membres. Ils ont chacun leur spécialisation : dans la finance, le management du sport, le marketing, le business international, etc. Ces diplômes sont construits pour que les diplômés puissent intégrer des entreprises étrangères, en France ou à l’étranger. Certains MSc sont même construits main dans la main avec des entreprises ou des organisations : le MSc in Corporate Finance and Banking de l’Edhec a par exemple été monté avec la Société Générale. Le MSc in Sports and Outdoor Industry Management de l’EM Lyon Business School a été conçu avec l’Outdoor Sports Valley (OSV).

Dans une interview donnée à l’Étudiant, Rémy Challe, directeur de l’INSEEC MSc et MBA, explique : « L’acronyme MSc est connu à l’international, contrairement au terme master qui est relativement franco-français. Dans notre antenne de Monaco, la majorité des étudiants sont étrangers. Sous la pression de ces étudiants, on a changé le terme de master pour Master of Science ou MBA, car ils ne se reconnaissaient pas dans le terme français de master et cela créait un trouble sur leur CV à l’international ».

Trouvez votre MSc

Une grande part d’étudiants étrangers

Le Master of science attire beaucoup d’étudiants étrangers : environ 60 %. La plupart des écoles intègrent des cours de FLE (français langue étrangère) pour les aider à s’intégrer au mieux. Ils sont nombreux aussi à vouloir débuter leur carrière en France avant de retourner travailler dans leur pays d’origine. Il y a donc dans les promotions une grande mixité culturelle, avec une majorité de Chinois et d’Indiens. Les frais de scolarité sont généralement un peu plus élevés pour les étudiants qui ne dépendent pas de l’Union européenne, dans certains établissements.

Les 40 % restant sont des étudiants français qui souhaitent une expatriation rapide et une formation adéquate pour travailler dans les entreprises étrangères. L’insertion professionnelle des diplômés de MSc est bonne. Si on résume : pour travailler en France, choisissez un master et pour vous envoler vers une carrière internationale : le MSc est votre visa !

Retour en haut de page