Parcoursup : l'heure du deuxième bilan

Lecture

Vendredi 20 septembre 2019, la ministre de l'Enseignement supérieur a fait le point sur la plateforme Parcoursup, dont la dernière session s'est achevée le 14 septembre dernier. L'occasion de donner des chiffres clés mais aussi des modifications et réajustements du système pour l'année prochaine. On fait le point.

bilan parcoursup etudiant

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Inovation s’est exprimée ce vendredi 20 septembre 2019 lors de la traditionnelle conférence de presse de rentrée. Un événement qui a pris une dimension toute particulière cette année, théâtre de bouleversements majeurs dans le quotidien des étudiants : réforme du baccalauréat, loi ORE… La mise en place pour la deuxième année consécutive de la plateforme Parcoursup pour remplacer feu Admission Post Bac, notamment, a soulevé bien des débats et provoqué l’indignation de nombre de réfractaires à ce changement. Alors, après une première édition parfois chaotique, le système est-il un succès ?

Un bilan jugé positif

La ministre s’est félicitée du bilan de cette deuxième saison de Parcoursup, jugée comme efficace. Voici les chiffres clés qui ont été donnés lors de la conférence :

  • Les réactions des lycéens face à Parcoursup

    Tous les chiffres de notre étude Parole aux Jeunes sur les lycéens et la plateforme Parcoursup !

    Au total, plus de 2,8 millions de propositions de formations ont été faites aux étudiants sur la plateforme, soit 20 % de plus qu’en 2018
  • 774 244 jeunes ont bénéficié d’un ou de plusieurs propositions de formations, sur les 897 956 candidats inscrits sur Parcoursup. Ils étaient 812 000 à s’être connectés et à avoir confirmé au moins un vœu.
  • En moyenne, chaque candidat a reçu 3 propositions
  • 606 864 étudiants ont accepté une proposition de formation, soit 23 59 de plus qu’en 2018
  • 89 % des bacheliers ayant fait un vœu ont reçu une proposition
  • Au terme de la dernière phase, il reste 92 700 places vacantes, mais ce sont 1 175 bacheliers qui n’avaient toujours pas reçu de proposition de formation. L’année dernière ils n’étaient que 955. Parmi ces lycéens restés sans proposition, ils sont 423 à être issus d’une filière technologique et 718 de bac pro, contre 34 bacheliers généraux. 
  • 16 000 places ont été créées dans l’enseignement supérieur en 2019

Au-delà de ces données encourageantes, Frédérique Vidal se félicite que Parcoursup ait permis de donner « à chaque étudiant toutes les clefs pour aller au bout de son projet » et que le Ministère ait réussi à construire « un instrument puissant de lutte contre les inégalités sociales et scolaires. »

Elle a également insisté sur la mobilisation des proviseurs, professeurs principaux, personnels d’orientation, mais également celle des conseillers et des services académiques qui se sont rendus disponibles pour accompagner et conseiller les jeunes et leur famille, parfois décontenancés face à la plateforme. Ce sont près de 110 000 candidats qui ont été contactés par téléphone pour les aider, notamment lors de la phase complémentaire. 

Frédérique Vidal a également tenu à revenir sur la part plus importante des boursiers qui ont reçu une proposition. Ils sont 5 580 élèves supplémentaires par rapport à 2018. Au sujet de la mobilité, elle est en hausse également avec 13 242 lycéens qui ont accepté une formation en dehors de leur académie d’origine, soit 11,8 % de plus. Reste à savoir si c’est par choix....

Des changements pour 2020

Cependant, le bilan positif de Parcoursup ne signifie pas que la plateforme va rester immuable pour l’année à venir. La ministre de l’Enseignement supérieur a donc annoncé des modifications prévues pour la rentrée 2020 suite aux enseignements tirés à l’issue de la deuxième édition. Si la hiérarchisation des vœux, en place sous l’ère APB, ne reviendra pas, voici les autres changements à prévoir :

  • En reprise d'études ou en reconversion ?

    Toutes les infos pour reprendre une formation pro !

    Face à l’inscription de près de 110 000 personnes en reprise d’études, qui n’ont pas pu être satisfaites sur Parcoursup n’étant pas le public cible, la ministre a annoncé la création d’un parcours dédié « Parcoursplus ». 
  • Les établissements qui proposent des formations reconnues par l’État n’auront plus la possibilité de recruter en dehors de la plateforme. Pour la rentrée 2020, ils devront tous avoir intégré Parcoursup, ce qui représente plus de 600 nouvelles formations. 
  • Le Ministère souhaite développer l’accès aux formations en apprentissage sur le site de l’État
  • Il s’engage également à publier plus régulièrement des données sur la plateforme.

La rédaction

Partager