La télé toujours regardée par une majorité de jeunes

Des étudiants de l’école Sup’ de Com ont mené une étude auprès de 1600 jeunes âgés de 16 à 26 ans afin de cerner leur rapport à la télévision. L’ère de l’internet a-t-elle définitivement mis fin à la télévision ou les jeunes sont-ils encore friands de la « boîte à image » ?

Surfer sur le net en regardant la télé...

« The internet killed the television star » : c’est le discours que l’on entend de plus en plus souvent aujourd’hui en France. Les nouvelles technologies auraient remplacé les plus anciennes, comme la radio ou la télévision. Pourtant, d’après une étude menée par des étudiants de l’école Sup’ de Com auprès de 1600 jeunes de 16 à 26 ans, les jeunes continuent à regarder la télévision, bien que leur consommation soit différente de leurs aînés. Zoom sur les chiffres.

Une activité toujours très populaire

Parmi les « digital natives », seulement 3,8% déclarent ne jamais regarder la télévision. Concernant ceux qui la regardent, 4 sur 10 en font une activité journalière. Mais quels programmes privilégient les générations Y et Z ? Figurent d’abord en tête les fictions, comme les séries télévisées (26%), aussi très prisées sur le net, puis les films(18,8%). Les jeunes apprécient également la télévision pour ses programmes de divertissement (14,2%) et enfin pour s’informer (13,7%).

Une consommation propre à la jeunesse

S’ils continuent de regarder les programmes télévisuels, les 16–26 ans les consomment toutefois plutôt nonchalamment, souvent au profit des NTIC : 8 répondants sur 10 font en effet d’autres activités pendant qu’ils regardent la télévision, dont plus de 80% surfent sur internet. Par ailleurs, les nouveaux supports comme lesordinateurs, les smartphones et les tablettes permettent à environ 15% des jeunes de regarder la télé, et à 20% d’entre eux de visionner les programmes en replay.

Avec la nouvelle génération, la « boite à images » est donc encore loin de disparaître : sa consommation simplement évolué, en cohésion avec les nouvelles technologies.

Retour en haut de page