Écoles de commerce : tout savoir sur les épreuves des concours

Quelles sont les différentes épreuves des concours pour entrer en école de commerce ? Comment les réussir ? Décryptage et conseils.

Concours d'écoles de commerce : les épreuves
Les épreuves importantes des concours décryptées.

Les concours : une étape obligatoire pour entrer en école de commerce. Que vous souhaitiez intégrer une école de commerce post-bac, post-prépa, ou en admission parallèle, vous devrez forcément passer par là. Test de logique, épreuve de synthèse, de langue, entretien de motivation… : dans une grande majorité des concours, qu’ils soient communs ou propres aux écoles, vous retrouverez le même type d’épreuves. En quoi consistent-elles ? Comment les préparer ? Quelles sont les astuces pour les réussir ? Voici tout ce que vous devez savoir sur les principales épreuves des concours pour entrer en école de commerce.

Les tests de logique

Dans bon nombre d’écoles de commerce, qu’elles recrutent post-bac, post-prépa, ou par le biais des admissions parallèles, vous devrez passer des tests de logique lors du concours d’entrée. Certains établissements ont leurs propres tests, d’autres font passer le Tage 2 ou le Tage Mage.

En quoi consiste cette épreuve ?

Le but de cette épreuve est de vérifier si vous parvenez à avoir un raisonnement logique. « Ce sont des tests de logique et de mémorisation. Des suites logiques sont proposées aux étudiants, ainsi que des textes à lire en un temps limité. Ils doivent répondre à des questions à choix multiples (QCM) sur ces textes et ces suites en effectuant des calculs le plus rapidement possible », témoigne Sandrine Lacombe, directrice du bachelor EGC.

« Avec ce test, nous cherchons à mesurer les compétences verbales du candidat, dans le domaine de la résolution de problèmes et en matière de raisonnement logique », expose Catherine Gautier, déléguée générale du concours Passerelle.

Deux exemples

"L’opération ab désigne le plus grand des deux nombres 2.a ou a + b. Que vaut (78)(87) ?"

  1. 23
  2. 31
  3. 18
  4. 125
  5. 32

"Un cube a pour volume huit mètres cubes. On le découpe en petits cubes de deux décimètres de côté. On empile alors tous les petits cubes. Quelle est en mètres la hauteur de la pile obtenue ?"

  1. 20 mètres
  2. 200 mètres
  3. 100 mètres
  4. 1 000 mètres
  5. 400 mètres

Comment réussir l’épreuve de logique ?

Pour réussir cette épreuve de logique et de raisonnement, il n’y a pas de secret : il faut s’entraîner. La plupart du temps, les écoles proposent des journées d’entraînement. Si vous vous y rendez, vous pourrez discuter avec des professeurs de vos difficultés et recevoir de l’aide pour progresser.

« Nous proposons des ateliers de préparation à l’épreuve de logique où nous leur donnons des petites astuces. Ils peuvent également acheter les manuels d’entraînement vendus en librairie », souligne Sandrine Lacombe.

Les langues

Le contenu de l’épreuve de langue peut varier en fonction des concours. Mais dans tous les cas, celle-ci est obligatoire pour entrer dans la plupart des écoles !

En quoi consiste cette épreuve ?

Une grande majorité des écoles a recours aux QCM pour cette épreuve : le test est divisé en quatre phases de 30 questions sur des thématiques différentes. Les étudiants ont le choix entre plusieurs langues : l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien, etc.

« Il y a une partie grammaire, une partie dans laquelle il faut trouver l’erreur dans une phrase, une partie vocabulaire, et une partie compréhension écrite », décrit Catherine Gautier.

Comment réussir l’épreuve de langue ?

Le niveau d’anglais requis pour entrer en école de commerce varie en fonction du niveau d’études. Si vous souhaitez intégrer une école de commerce post-bac, le niveau d’anglais exigé sera moins élevé que si vous décidez de faire une école de commerce après la prépa ou en admissions parallèles. Sandrine Lacombe explique que pour un étudiant de terminale « ayant suivi sérieusement le programme de langue tout au long de l’année, l’épreuve est largement réalisable ».

Pour le concours Passerelle, en revanche, qui recrute des étudiants à partir de ba+2 et jusqu’à bac+4, le niveau exigé est plus haut. Catherine Gautier conseille de « travailler la grammaire et le vocabulaire de manière régulière ». « Le niveau académique n’est pas à négliger, ajoute-t-elle, puis, les candidats peuvent s’entraîner avec la “Learning box” mise à leur disposition pour préparer le concours. »

La synthèse

L’épreuve de synthèse est également une étape quasi systématique si vous souhaitez intégrer une école de commerce. Dans presque tous les concours, vous aurez à plancher sur ce type de sujet.

En quoi consiste cette épreuve ?

Au cours de cette épreuve, vous devrez analyser un corpus de textes et parvenir à en faire la synthèse. « Il faut arriver à résumer, en quelques pages, un ensemble de textes qui parlent tous de la même thématique, détaille Catherine Gautier. Il faut être capable de bien segmenter son temps entre la lecture de tous ces textes, le repérage des idées fortes dans chacun d’eux, la construction d’un plan, et l’écriture de la synthèse », ajoute-t-elle.

« Nous choisissons tout le temps des sujets qui vont aider les candidats à se projeter dans les écoles : le marketing, la communication, des actualités assez sympathiques qui parlent aux jeunes », dissèque Sandrine Lacombe. Pour le concours EGC, l’épreuve n’est pas exactement la même que dans la plupart des autres concours. « Les étudiants doivent répondre à des questions et illustrer ce qu’ils disent en allant piocher dans les textes. C’est une synthèse rédigée autour de questions », résume la directrice du bachelor.

Comment réussir l’épreuve de synthèse ?

Pour réussir l’épreuve de synthèse, un entraînement est nécessaire. « Il faut arriver à faire une lecture rapide du texte, à dégager rapidement les idées essentielles, à comprendre le message et à reformuler », énumère Sandrine Lacombe.

« C’est un exercice difficile pour les étudiants, prévient Catherine Gautier, il nécessite beaucoup d’entraînement. Je recommande aux jeunes qui veulent passer nos concours de venir aux journées d’entraînement. Lors de ces journées, nous leur présentons un sujet de synthèse et nous nous attardons sur la construction du plan. Les candidats peuvent interagir et nous leur donnons des astuces pour mieux réussir l’épreuve de synthèse », certifie-t-elle.

Mieux vaut s’être entraîné sur plusieurs sujets avant le concours. L’idéal pour cela : télécharger des annales sur les sites des concours et se mettre en situation d’examen. « Une fois que la méthode a bien été assimilée, que le travail de construction du plan est compris, la rédaction est plus facile. Il faut avoir fait cinq ou six sujets avant de passer le concours, parfois plus, afin d’être sûr d’avoir acquis des réflexes sur la méthode », conseille Catherine Gautier.

L’entretien de motivation

L’oral de motivation est souvent une épreuve déterminante pour l’accession en école de commerce. D’ailleurs, dans de nombreuses écoles, la possibilité de faire l’entretien de motivation ne sera offerte qu’aux étudiants ayant réussi les épreuves écrites.

En quoi consiste cette épreuve ?

Expliquer son projet professionnel et faire comprendre au jury sa volonté de rejoindre l’école : tel est l’objectif premier de l’entretien de motivation. « Pour le jury, c’est l’occasion de s’assurer que le candidat a bien compris les enjeux auxquels il va être confronté en entrant dans cette école. C’est aussi un moyen de faire connaissance avec les futurs élèves, de comprendre leurs projets, leurs envies, leurs ambitions », détaille Catherine Gautier.

Durant cet entretien, le jury vous poser des questions pour comprendre vos motivations et voir si votre profil est bien adapté à la formation.

L’entretien de motivation du bachelor EGC se fait par exemple autour d’un texte proposé à l’étudiant : « Nous allons échanger avec lui sur ce texte qui concernera un sujet d’actualité. L’idée est de tester son ouverture d’esprit, sa curiosité, sa capacité à défendre un point de vue et à développer une idée. Puis nous rebondissons ensuite sur des questions plus personnelles, mais toujours bienveillantes », décrit Sandrine Lacombe.

Comment réussir l’entretien de motivation ?

Tous les jurys sont unanimes, pour réussir l’entretien de motivation : il faut rester soi-même. « Parfois, on sent que les candidats nous donnent les réponses que l’on a envie d’entendre, analyse Sandrine Lacombe. Ce n’est pas la bonne attitude à adopter, nous voulons qu’ils restent naturels. Il faut qu’ils essayent de valoriser leurs prises d’initiative. Par exemple, s’ils font partie d’une association, s’ils font du sport, s’ils ont des passions, etc. On les aime avec leurs imperfections », termine-t-elle.

Autre élément important : il faut venir préparé. Avant de vous rendre à l’entretien, renseignez-vous sur l’école et sur la formation que vous souhaitez intégrer. « Mieux vaut s’entraîner, confirme Catherine Gautier, les candidats peuvent par exemple préparer l’entretien avec des proches ou devant une glace. »

Pour finir, « tenue correcte exigée », précisent Catherine Gautier et Sandrine Lacombe. « Les candidats n’ont pas besoin de venir en costume, mais ils doivent tout de même venir avec une tenue respectueuse de leurs interlocuteurs », confie la directrice du bachelor EGC. Et la déléguée générale du concours Passerelle de conclure : « Je déconseille de venir avec tenue complètement excentrique pour se faire remarquer ».

Wally Bordas