Comment poursuivre ses études après un CAP ?

Après un CAP, 85 % des jeunes diplômés choisissent d'intégrer la voie professionnelle. Les autres ont le choix entre une large gamme de formations pour poursuivre leur apprentissage.

15% des titulaires du CAP continuent leurs études

Après deux ans de CAP, l’insertion professionnelle semble être la suite logique pour les jeunes diplômés. Or, on constate que 1/3 d’entre eux poursuivent leurs études. Quelles sont les voies possibles après un CAP et dans quel objectif ? Réponse maintenant ! 

Après le collège, certains élèves ont fait le choix de suivre un CAP (Certificat d’Aptitudes Professionnelles). Cette formation s’adresse à deux types de personnes. Il y a celles qui souhaitent intégrer rapidement la vie active. 85 % des jeunes diplômés se lancent en effet dans la vie active. On trouve aussi les jeunes en décrochage scolaire, pour qui le CAP permet d’envisager un avenir professionnel. Seul point négatif, le CAP n’équivaut pas au niveau du baccalauréat. Il est donc parfois conseillé de poursuivre ses études pour obtenir le niveau IV et réussir plus facilement son insertion dans le monde du travail. De nombreux diplômes et titres certificateurs sont aussi accessibles après le CAP pour se spécialiser davantage ou acquérir une double compétence.

Bac pro, agricole ou technologique

En 2011, 17 % des titulaires d’un CAP ont choisi de suivre un bac professionnel. La formation s’effectue en deux ans au lieu de trois, en intégrant directement la classe de 1re dans la même filière. L’admission en lycée pro se fait sur dossier. Il est aussi possible de. En ayant obtenu l’équivalent du niveau bac, les jeunes diplômés présentent un atout supplémentaire pour l’insertion professionnelle. Ils pourront également envisager de poursuivre avec un BTS ou un DUT (bac+2).

Dans la même idée, les élèves peuvent se tourner vers un bac agricole (après un CAPA) pour acquérir de nouvelles connaissances, ou vers un bac technologique cohérent avec son diplôme s’ils souhaitent se tourner vers des études supérieures.

Suivre un CAP après un CAP

Après un CAP, il est possible de suivre un nouveau CAP pour acquérir une double compétence. Autre avantage, la formation dure un an au lieu de deux. Les élèves sont dispensés des matières générales et se concentrent sur l’enseignement professionnel. Un autre CAP permet aussi de mettre un premier pied dans le monde du travail en suivant sa formation en apprentissage dans un CFA (Centre de Formation d'Apprentis).

Avec la réforme du bac professionnel de 2009, le BEP correspond désormais à la première année de la préparation du bac pro (en trois ans). La formation spécifique en BEP en deux ans subsiste pour seulement quatre spécialités (carrières sanitaires et sociales, conduite et services dans le transport routier, métiers de la restauration et de l’hôtellerie, optique lunetterie).

Les diplômes professionnels

La mention complémentaire (MC) est un diplôme national professionnel. La formation dure un an et est délibérément tournée vers l’entreprise (12 à 18 semaines en milieu professionnel). Suivie en lycée pro ou en C.F.A., elle permet de se spécialiser dans un champ d’activités. Parmi les 52 filières, certaines délivrent un niveau V, d’autres un niveau IV (bac).

La FCIL (Formation Complémentaire d’Initiative Locale) est conçue pour s’adapter à l’emploi local. Il s’agit d’une formation régionale qualifiante, permettant de se spécialiser rapidement, entre 3 et 11 mois en lycée pro. À peu près 2/3 de la formation s’effectuent en entreprise pour favoriser l’insertion dans le monde du travail.

Le Brevet Professionnel (BP) est suivi pendant deux ans, uniquement en apprentissage. Tourné vers un métier spécifique (54 filières), il apporte des connaissances en gestion qui permettront au futur diplômé d’intégrer la vie active à son compte en tant qu’artisan ou chef d’entreprise. Il s’agit d’un diplôme national de niveau IV.

Des certifications dans les domaines agricoles, artistiques et médicosociaux

Après un CAP dans le domaine de l’agriculture ou de l’agroalimentaire, il est possible de se tourner vers un CSA (Certification de Spécialisation agricole). À savoir, la formation dure 500 heures en moyenne. Elle peut être dispensée en lycée agricole ou dans un C.F.A. pour permettre aux étudiants de maîtriser les savoirs spécifiques en élevage et cultures.

Les Brevets de Technicien (BT) ont été peu à peu transformés en bacs pro et technologiques. Il existe encore trois spécialisations (dessinateur en arts appliqués, dessinateur maquettiste, métiers de la musique). Il délivre un diplôme de niveau IV au bout de trois ans, et permet d’intégrer la vie active, comme de poursuivre ses études dans la musique ou le design.

Le BMA (Brevet des métiers d’art) est un diplôme national de niveau IV. Les titulaires d’un CAP en art ont le choix entre 22 spécialités de BMA. Après deux ans de formation en initial ou en alternance, les diplômés peuvent poursuivre leur apprentissage avec un BTS ou un DMA.

Le Brevet technique des métiers (BTM) est dispensé par la chambre des métiers et de l’artisanat. Il s’agit d’une formation de deux ans en apprentissage. Elle permet aux élèves d’acquérir en deux ans des compétences pratiques, technologiques et professionnelles (commerce, gestion, management), pour ensuite prétendre à des emplois qualifiés dans l’artisanat (chef de fabrication, chef d’atelier).

Dans les domaines de la santé, du sanitaire et du social, des CAPs peuvent permettre d’accéder ensuite à certains diplômes d’État (DE) complémentaires. C’est notamment le cas du CAP petite enfance pour passer le DE aide à domicile, ATSEM, assistance maternelle ou auxiliaire de puériculture.

Trouvez la bonne école en fonction de votre profil

Retour en haut de page