« L’alternance est la meilleure solution pour acquérir connaissances et expérience de terrain »

Nathalie, blogueuse beauté bien-être green et eco-friendly, a accepté de répondre aux questions de Diplomeo. Quel a été son parcours ? Que conseille-t-elle aux jeunes qui souhaitent travailler dans l’esthétique ou la cosmétique ? Interview.

« L’arrivée de mon petit garçon m’a poussée à créer mon blog »

Cela fait maintenant près de quatre années que Nathalie voue une passion pour les produits beauté, mode, bien-être sains et respectueux de l’environnement. Maman hyperactive, elle gère à la fois sa vie de famille, ses études et son blog, L’Atelier Green, axé sur le mode de consommation eco-friendly et éthique. Elle nous parle de son parcours, ses études, et nous livre tous ses conseils pour se frayer un chemin dans le secteur de l’esthétique.

Quelles études avez-vous effectuées ?

J’ai un parcours totalement éloigné de l’univers de la beauté. Après mon bac, j’ai effectué trois années dans une école spécialisée de mode : ESMOD Paris.

Si c’était à refaire, est-ce que vous vous lanceriez dans des études dans la beauté ?

Oui, car il s’agit d’un univers passionnant ! La beauté est l’une de mes grandes passions, tout comme le web marketing d’ailleurs. Je suis sacrément hétéroclite, n’est-ce pas ? En revanche, j’aurais aimé approfondir mes connaissances dans le domaine de la cosmétique, ce que je fais aujourd’hui au quotidien.

Avez-vous travaillé avant de créer votre blog L’Atelier Green ?

Oui, à l’aube de mes 41 ans, j’ai plus de 15 années d’expérience dans l’univers de l’industrie textile. J’ai eu la chance de travailler pour différentes marques : Club MedChevignonBanana MoonRica Lewis et Nevatex, un bureau de conseil. Après avoir eu mon petit garçon, Alexis, j’ai pris conscience de nombreuses choses. J’ai donc commencé à m’intéresser aux substances que contiennent nos soins cosmétiques.

Est-ce que vous avez aussi travaillé dans le domaine de la beauté ?

Oui, j’ai eu une expérience de quelques mois dans les cosmétiques anti-âge et dermatologiques, comme par exemple dans l’entreprise Mene&Moy (qui s’appelle aujourd’hui ENEOMEY) ainsi que Dermaceutique.

Est-ce que votre blog est votre activité principale ou exercez-vous un autre métier en parallèle ?

Mon blog n’est pas encore mon activité principale, mais j’aspire à ce qu’il le devienne. Je travaille actuellement dans une agence de web marketing à Sophia-Antipolis, dans le cadre de ma licence en alternance. Je termine en septembre et j’espère vivement trouver « l’Entreprise » en rapport avec mes passions, mon savoir-faire et afin de mettre en synergie nos attentes !

Avez-vous toujours eu un intérêt pour le domaine de la beauté ?

Oui, j’ai même envisagé à un moment de créer une marque. Aujourd’hui, je continue à m’informer quotidiennement.

Qu’est-ce qui vous a poussée à créer un blog dans le domaine de la beauté ?

Ce qui m’a poussée à créer mon blog L’Atelier Green dans le domaine de la beauté green, c’est, entre autres, l’arrivée de mon petit garçon et la prise de conscience qu’il était possible que je lui applique des produits toxiques. J’ai donc pris le temps de décortiquer les étiquettes, de m’intéresser aux produits bio et à leurs compositions.

Mais la beauté vient également de l’intérieur, alors j’ai développé mon blog autour du fooding et du bien-être, le tout dans une optique de respect de l’environnement.

Ce qui m’a également poussée à créer mon blog, c’est ma passion des produits eco-friendly. C’est un peu ma quête du Graal : la recherche d’une reconversion pour un univers en accord avec mes convictions.

Combien de temps passez-vous par jour sur votre blog ?

C’est difficile à dire avec mon emploi du temps hyper busy de maman étudiante et salariée ! Je dirais environ 3 à 6 heures par semaine pour l’instant.

Qu’est-ce que vous conseillez à un jeune qui voudrait se lancer dans le domaine de la beauté ?

Je conseillerais aux plus jeunes de réaliser une formation en alternance. Il s’agit de la meilleure solution à mes yeux pour acquérir simultanément des connaissances et l’expérience de terrain.

Retour en haut de page