5 métiers pour les amoureux de la SVT  !

Loin des dissections de souris du collège, les sciences de la vie et de la terre concernent de nombreux aspects du monde dans lequel nous vivons. De la kinésithérapie aux analystes de phénomènes naturels, les professionnels de la science sont des passionnés qui n’ont de cesse d’apprendre. Découvrez quelques-uns de ces métiers accessibles avec un peu plus qu’une bonne note au baccalauréat.

Entre ciel, terre, mer ou santé, les sciences de la vie et de la terre offrent un large panel de professions. Diplomeo vous propose de découvrir 5 métiers idéals pour tous les amoureux de la SVT.

Géographe

Le géographe est un scientifique adepte de l’analyse et de l’organisation de territoires.

Présentation du métier

Cette profession multidisciplinaire peut s’exercer dans différents milieux comme l’enseignement ou directement sur le terrain. Le géographe peut ainsi travailler en collaboration avec d’autres professionnels comme les architectes, d’autres géographes ou encore des urbanistes. Il exerce ses compétences dans des environnements dont la taille peut varier (local, régional, national...). Son rôle de consultant de territoires permet d’aider les collectivités, notamment dans le cadre de projets d’aménagements territoriaux comme la mise en place de ligne de transports ou d’autres constructions.
Dans l’enseignement, le géographe peut exercer en tant que professeur d’histoire-géographie au sein de collège et de lycées. Dans l’enseignement supérieur, il exerce la fonction d’enseignant chercheur et travaille ainsi sur différentes études en plus d’enseigner.

Le métier de géographe consiste à observer les territoires et tous les changements qu’ils peuvent connaître. Il a ainsi la charge de rédiger de véritables enquêtes scientifiques et environnementales. La rédaction de ce rapport permet d’établir les différentes caractéristiques d’un territoire à prendre en compte dans le cadre de projets d’aménagement. Il établit également la faisabilité d’un projet ainsi que les coûts qui lui sont relatifs. Le géographe inclut également dans son analyse les solutions à apporter pour répondre à différentes problématiques.
Ce travail permet notamment de créer des cartes et des bases de données.

Pour ce faire, il utilise des outils informatiques lui permettant de récolter et de traiter différentes données. Par exemple, ils peuvent l’aider à localiser certains lieux notamment grâce à l’aide de données spatiales ainsi que d’images satellites.

L’emploi

Les employeurs de ces professionnels sont principalement les collectivités territoriales. Il se peut cependant qu’un géographe exerce au sein de cabinets d’architectes ou encore de bureaux d’urbanisme. Exercer en tant que géographe implique de s’exposer à une offre d’emploi pauvre et bien souvent, il est obligé de s’orienter vers l’enseignement qui lui assure de trouver un emploi.
Le salaire peut varier selon l’expérience et l’agrégation et un débutant peut gagner 2000 euros brut jusqu’à 4000 euros pour un professeur agrégé.

Les études

Les formations à ce métier sont principalement proposées par les universités en France. Au sortir du bac, les étudiants peuvent s’orienter vers une licence de géographie qui est une bonne passerelle vers différents masters. Au cours de ces formations, les étudiants suivent des enseignements très théoriques leur permettant de développer de grandes connaissances en sciences.

Les masters comme celui d’aménagement de territoire permettent de remédier au manque de pratique de la licence, ils incluent très souvent plusieurs périodes de stage. Il existe cependant d’autres diplômes de niveau bac + 5 qui permettent d’accéder à ce métier comme le master recherche géographie et aménagement.

Trouvez la bonne formation pour devenir Géologue

Gestionnaire des espaces naturels

Aussi appelé garde d’espaces naturels, le gestionnaire de ces mêmes espaces est responsable de la préservation de la faune et de la flore.

Présentation du métier

Grand passionné de la nature, le gestionnaire des espaces naturels évolue au grand air : littoraux, forêt ou encore parcs naturels, le travail en extérieur fait partie intégrante de son métier. Cela, implique de nombreux déplacements que ce soit en voiture ou à pied, ce passionné de la nature doit donc garder une bonne forme physique. Travaillant souvent seul au sein de grands parcs naturels protégés, il doit avant tout faire preuve d’autonomie.

Ses missions concernent principalement la préservation de sites naturels. Le gestionnaire des espaces naturels ne passe pas pour autant son temps à se balader et à regarder les nuages passer. Il doit quotidiennement observer et gérer le site au sein duquel il travaille. Il est en charge du nettoyage et de la surveillance de ce dernier. Dans le cadre de la valorisation de ces espaces, il peut également être emmené à les entretenir, mais aussi à les aménager. Il dispose donc de matériel d’entretien (débroussailleuse, tondeuse, tronçonneuse...). S’il s’emploie au bien-être de la flore, il intervient également sur la faune et peut être amené à recenser les espaces présents sur site ou encore en réintroduire d’autres. Si jamais il constate des problèmes, il doit les diagnostiquer et y remédier dans la mesure du possible.
Le gestionnaire d’espaces naturels a également un rôle social et rencontre régulièrement le public. Il peut ainsi exercer une fonction d’éducateur et sensibilise le public au respect de l’environnement.

Toutes ses actions sont menées dans le cadre d’un plan de gestion qui est lui-même déterminé par la politique territoriale.
Malgré toutes ces activités extérieures, le gestionnaire des espaces naturels peut également avoir une fonction administrative, il est notamment responsable d’établir un budget.

L’emploi

Les débouchés de ce métier sont relativement faibles et le principal employeur reste l’État représenté par les collectivités territoriales telles que les communes ou les départements. Ils peuvent ainsi travailler au sein de parcs naturels régionaux.
Le salaire du garde d’espaces naturels débutant est d’à peu près 1500 euros.
Avec de l’expérience, il peut espérer évoluer vers les professions de responsable de secteur dans un espace naturel ou de conservateur de parc naturel.

Les études

Contrairement au métier précédent, celui-là ne nécessite pas d’effectuer de longues études. Les personnes voulant accéder à la profession de gestionnaire des espaces naturels devront en premier lieu suivre un CAP ou un baccalauréat, quel qu’il soit. Ensuite, elles devront s’orienter vers le concours de la fonction publique pour le poste de « garde gestionnaire des espaces naturels ».

D’autres diplômes permettent d’arriver à ce niveau de compétences, notamment le BTS agricole en protection de l’environnement. Les étudiants peuvent aussi poursuivre leurs études avec une licence professionnelle protection des espaces naturels.

Trouvez la formation qui vous intéresse en Environnement

Sage femme

Considéré comme plus beau métier du monde pour certain(e)s, la sage femme accompagne les futures mères avant, pendant et après un accouchement.

Présentation du métier

Exercé en majorité par des femmes, le métier est également accessible aux hommes. La sage femme travaille principalement dans des centres hospitaliers ou dans des cliniques. Elle peut également avoir le statut d’indépendant ou travailler au sein d’autres organisations comme les ONG.

Une de ses principales fonctions est de conseiller et d’accompagner les femmes enceintes avant l’accouchement. Ainsi, elle suit la grossesse avec attention afin de garantir la bonne santé de l’enfant et de la future mère. Elle effectue différents examens comme l’échographie ou le monitoring. Cela permet notamment de détecter les pathologies que pourrait avoir un bébé. Elle vérifie également les maladies que peut avoir la mère et qui pourraient influencer l’état de santé de son enfant. En règle générale, pour l’avant-accouchement, elle doit diagnostiquer la grossesse jusqu’au jour de la mise au monde.

Elle exerce également un rôle relationnel avec le père comme la mère. La sage femme conseille les deux parents sur le déroulement de l’accouchement, sur ce qu’il faut et ne faut pas faire. Au cours d’une grossesse, elle apprend à la mère différents exercices de relaxation.

Lors du jour fatidique, elle accompagne la mère et le médecin en charge de l’opération, ce dernier peut être un chirurgien comme un gynécologue. Cependant, ses connaissances lui permettent également d’encadrer un accouchement en toute autonomie, en cas de complication elle doit faire appel à un gynécologue ou à un chirurgien.

À la suite de cela, la sage-femme effectue les premiers soins sur les nouveaux-nés et s’occupe de leur santé ainsi que de celle de la mère. La sage femme continue son rôle de « maman-consultante » et conseille la mère sur l’allaitement. Elle peut également l’aider à se rétablir notamment au cours de séances de rééducation.

L’emploi

Comme dit précédemment, les sages femmes exercent leur profession principalement en milieu hospitalier, ce qui ne les empêche pas de travailler en tant que libérales ou au sein d’autres organisations. Si certains secteurs sont bouchés ou ne recrutent pas, le métier de sage femme a connu de nombreux départs à la retraite, donc, si vous envisagez ce métier, pas d’inquiétude.
Elles peuvent également envisager d’évoluer vers d’autres métiers comme celui de responsable de maternité ou sage femme cadre, ce métier nécessite cependant de passer le concours de cadre de santé. Le salaire d’une sage femme peut varier entre 1600 euros bruts et 3000 euros pour les plus expérimentées.

Les études

Pour devenir sage femme, il faut suivre un parcours spécifique. Après le baccalauréat, les étudiants peuvent s’orienter vers une année de PACES. À la suite de cette année d’étude, les candidats sont enclins à intégrer une école de sages-femmes et y suivre une formation de 4 ans. L’entrée s’y fait sur concours et certains organismes proposent de suivre des prépas.

Trouvez la bonne formation en Santé

Vulcanologue

Le vulcanologue est un géologue qui se spécialise dans l’analyse des volcans et de leur activité.

Présentation du métier

Autre profession de passionnés, la vulcanologie s’effectue sur le terrain comme en laboratoire. Ce professionnel peut y exercer tout un tas de fonctions étant donné l’aspect pluridisciplinaire de ce métier. À la croisée de la géologie, de l’ingénierie ou encore de la pétrologie, il peut être amené à exercer tout un tas d’analyses chimiques sur des roches volcaniques. En tant qu’expérimentaliste, il peut également avoir à créer et manipuler du magma.

Le vulcanologue est un chercheur spécialisé dans les volcans et peut ainsi appliquer ses connaissances à plusieurs types d’éruptions : gaz, magma, geyser. Sur le terrain, le vulcanologue est chargé de prévoir les dangers liés à ces éruptions. Ainsi, il travaille principalement sur les volcans endormis et effectue plusieurs types de recherches dans l’optique de dresser de véritables historiques géologiques. Ses résultats permettent de traduire l’évolution d’un volcan au cours des siècles voire des millénaires passés. Ils peuvent notamment faire l’objet d’articles que le vulcanologue doit lui-même rédiger.

Ce professionnel peut également travailler sur les volcans actifs. Dans ces cas-là, il est en charge de les surveiller et notamment d’observer les points d’éruption afin de prévenir tout incident. Il est ainsi capable de mettre en place un système d’alerte.

L’emploi

Le vulcanologue peut travailler au sein de laboratoires d’analyses ou de pôles scientifiques tels que le CNRS. Comme le géographe, il peut exercer au sein d’universités, en tant qu’enseignant chercheur.
Le salaire d’un volcanologue peut varier entre 2 200 euros brut pour un étudiant à 3000 euros pour un professeur d’université.

Au sein d’un pôle de recherche, la situation d’un vulcanologue peut évoluer en directeur de recherche.

Les études

Vous voulez devenir vulcanologue ? Attendez-vous à des études longues. Il faut compter au minimum 5 ans, l’équivalent d’un master. Les personnes voulant s’orienter vers ce métier peuvent passer par l’université tout comme certaines écoles d’ingénieurs ou de géologie.
Les étudiants peuvent donc passer par différents masters comme le master magmas et volcans ou le master géologie et risques naturels.
Une fois ce diplôme obtenu, les étudiants-volcanologues peuvent se lancer dans la rédaction d’une thèse pour obtenir le grade doctorat.

Trouvez la bonne formation pour devenir Vulcanologue

Kinésithérapeute

Le kinésithérapeute ou masseur-kinésithérapeute est un professionnel de la rééducation, il aide les personnes ayant subi divers types de traumatismes physiques.

Présentation du métier

Le métier de kinésithérapeute s’effectue dans différents environnements, cela peut être au sein d'un hôpital comme dans un cabinet médical. Le travail du kiné intervient après celui d’un médecin généraliste et le passage d’examen radiographique. Les patients peuvent faire appel à ses compétences seulement avec une prescription médicale.
Il peut travailler avec différents types de patients de tous les âges et doit donc faire preuve de pédagogie et avoir un sens relationnel aiguisé.

Voici quelques types de patients avec lesquels il peut être amené à travailler : personnes paralysées, souffrant de troubles neurologiques, les nourrissons ou encore les accidentés. À la réception d’un client, il établit les objectifs à atteindre avec son patient et le nombre de séances nécessaires à la rééducation.

Son objectif est de supprimer les douleurs et gênes causées par les différents maux de ses patients et d’éviter la récidive. Ainsi, il travaille et rééduque grâce à des massages, des exercices, de la gymnastique et même de la musculation.

Il suit ainsi le programme d’exercices qu’il a déterminé en amont pour soigner un patient et peut même lui donner des exercices à faire chez lui. Le kiné est bien souvent amené à manipuler des patients, dans le cadre de massages ou d’exercices, il doit donc avoir une condition physique relativement bonne, d’autant plus qu’il peut avoir la charge de plusieurs clients en même temps.

L’emploi

Si la plupart des kinésithérapeutes exercent en cabinet en tant que libéraux, ils peuvent également travailler en milieu hospitalier et seront, dans ce cas-là, salariés.
En cabinet, les kinés peuvent être seuls ou en groupe, cette dernière option permet notamment de partager le prix des loyers.
Si vous envisagez une carrière dans ce secteur, les régions rurales sont à privilégier, les villes étant souvent dotées de nombreux cabinets, il y est plus difficile de se faire une clientèle. Le salaire d’un kiné débutant est d’à peu près 1700 euros et peut augmenter jusqu’à 2 500 euros brut pour un kiné confirmé.

Les études

Une formation de kinésithérapeute est seulement accessible après avoir suivit une année en PACES. Les candidats doivent s’orienter vers un institut de formation en masso-kinésithérapie. Ces derniers sont accessibles après passage d’un concours très sélectif étant donné que le métier de kiné est soumis à un quota de nouveaux pratiquants chaque année.
Pour se préparer aux différentes épreuves, les étudiants peuvent intégrer des classes préparatoires. La formation en école de kinésithérapie dure 4 ans, et dispense du diplôme d’État de masseur kinésithérapeute.

Trouvez la bonne formation pour devenir Kinésithérapeute

Ces 5 métiers sont indubitablement liés à l’SVT, et pourtant, ce n’est que la partie immergée de l’iceberg. Agroalimentaire, biologie ou encore agriculture, si ceux que nous vous avons présentés ne vous conviennent pas, il en reste de nombreux autres à découvrir. Du bac à la formation professionnelle, plusieurs alternatives s’offrent aux amateurs de science.

Valentin Agbo Aclozo