À la recherche de la Prépa PACES qui vous fera réussir ?

Trouvez et intégrez votre Prépa PACES

en fonction :

Prépa PASS et LAS

Les écoles de santé ne désemplissent pas. En 2020, pas moins de 396 000 élèves de terminale ont formulé le vœu PASS sur parcoursup. Pour augmenter ses chances de réussite et réaliser son projet d’avenir dans les secteurs pharmaceutiques ou paramédicaux, ses études de sage-femme, ou encore pour devenir docteur en chirurgie dentaire, Diplomeo vous présente les prépas PASS et LAS (ex-PACES).

Présentation de la PASS et de la LAS (ex-PACES)

Depuis la rentrée 2020, et pour la première fois depuis 10 ans, les étudiants qui souhaitent se lancer dans des études de santé n’ont plus à passer par la PACES. Désormais, les études de santé sont divisées en deux branches principales, à savoir le PASS (Parcours accès santé spécifique) et la LAS (Licence accès santé).

Contexte et objectifs de la réforme des études de santé

La stratégie Ma Santé 2022 a été mise en place pour répondre aux nouveaux défis du système médical français. Cette stratégie a pour objectif d’augmenter de 20 % le nombre de professionnels de santé formés par l’État. Cette dernière a entraîné une réforme des études en santé qui vise à proposer des solutions pour réduire les inégalités d’accès aux soins des Français, moderniser les systèmes et pratiques de santé, et améliorer la formation et la collaboration des professionnels de santé

Ainsi, la formation des futurs professionnels de santé est primordiale au renouvellement du système de santé en France. Par conséquent, la réforme des études de santé est une construction conjointe du ministère de la Santé et du ministère de l’Enseignement supérieur. Elle a pour objectif de surmonter certains obstacles rencontrés par le système PACES et de changer l’organisation des études de santé pour atteindre les objectifs suivants :

  • Améliorer l’épanouissement des élèves en études de santé
  • Améliorer le taux de réussite des étudiants en santé car avec le système PACES, le taux de réussite au concours de fin de première année était d’environ 30 %. 70 % des candidats n’avaient donc pas de réelle possibilité de réorientation après deux tentatives
  • Construire et promouvoir des passerelles entre les différents métiers de la santé
  • Diversifier socialement et géographiquement, le parcours et le profil des professionnels de santé
  • Former de nouvelles compétences médicales essentielles aux besoins de santé de demain
  • Mettre en valeur différentes professions de la santé et promouvoir l’interprofessionnalisme

Les filières concernées par la réforme

Habituellement, lorsque nous disons que nous « faisons médecine », cela correspond à suivre une année d’études médicales pendant une année, avant une spécialisation la deuxième année dans l’un des quatre domaines suivants :

  • Maïeutique (sage-femme)
  • Médecine
  • Odontologie (dentiste)
  • Pharmacie

Ces formations, communément appelées MMOP ou MMOPK (si l’on inclut les études de physiothérapie), sont directement concernées par la réforme.

Disparition du numerus clausus et instauration d’un numerus apertus

Avant cette réforme, il était nécessaire de passer par la PACES et de réussir le concours à la fin de la première année avant de pouvoir se spécialiser dans l’un des cinq domaines de la santé (MMOPK).

Depuis 1971, le principe du numerus clausus régissait les études de santé. L’objectif de cet outil était de fixer une limite de places afin de garantir de bonnes conditions de stage dans les hôpitaux et de mieux gérer et organiser le flux croissant d’étudiants en médecine. Le numerus clausus permettait donc de définir au niveau national le nombre d’élèves pouvant être formés chaque année sur chaque filière MMOPK.

Les derniers étudiants concernés par le numerus clausus sont ceux qui ont commencé des études de santé en PACES en 2019/2020. Le dernier numerus clausus s’élevait 14 238 places et répartissait les élèves de la manière suivante :

  • 8 832 pour la filière médecine
  • 1 231 pour la filière dentaire
  • 3 177 pour la filière pharmacie
  • 998 pour la filière maïeutique

Le numerus clausus a maintenant disparu et est remplacé par un numerus apertus. Désormais, chaque faculté doit coopérer avec l’ARS (Service régional de santé) pour déterminer le nombre d’étudiants autorisés à entrer en MMOPK en fonction de ses capacités d’accueil et de formation et des besoins des professionnels de santé de la zone géographique.

Deux nouvelles voies remplacent la PACES

Bye-bye la PACES. Dorénavant, vous disposez de deux manières différentes pour suivre des études de santé. Même si ces deux modes d’entrée ont remplacé la PACES, ils demeurent néanmoins sélectifs.

Les deux nouvelles voies pour suivre des études de santé sont les suivantes : 

  • le PASS (Parcours accès santé spécifique) au sein des facultés de médecine. Cette formation est celle qui se rapproche le plus de ce que la PACES proposait. Environ 55 à 60 % des étudiants de MMOPK seront issus de ce premier parcours.
  • la LAS (Licence accès santé) à l’université. C’est aussi une nouveauté : l’étudiant s’inscrit à une licence offrant une mineure santé. Environ 35 à 40 % des étudiants de MMOPK en viendront.

Formaliser les études de santé de deux manières permet notamment de répondre aux besoins de diversification des parcours et de réussite des futurs professionnels de la santé. Les étudiants qui n’ont pas forcément commencé par un cursus strictement médical pourront tout de même intégrer ce type d’études au cours de leur formation.

Malgré cette réforme, l’inscription aux études en santé reste très sélective, car quel que soit le parcours choisi, chaque candidat n’a que deux chances pour accéder à l’une des filières MMOPK.

Le PASS (Parcours accès santé spécifique)

La première solution pour suivre des études de santé MMOPK à partir de la deuxième année est de se tourner vers ce cursus d’un an, après le bac, dans une faculté de médecine. C’est l’itinéraire le plus classique et l’itinéraire le plus proche de celui proposé par la PACES.

Où faire son PASS ?

Toutes les universités disposant d’une faculté de médecine proposent ce cursus. Pour le rejoindre, il faut s’inscrire via Parcoursup.

Contenu du PASS

Lors du PASS, chaque étudiant suivra les matières suivantes :

  • Biochimie
  • Chimie
  • Biologie cellulaire
  • Physique
  • Histologie/Embryologie 
  • Sciences humaines et sociales 
  • Santé publique 
  • Biophysique 
  • Anatomie
  • Mathématiques  
  • Initiation aux médicaments
  • une matière liée à la filière MMOPK visée.

Chaque étudiant devra également choisir une matière « mineure » autre que la santé, parmi : 

  • Droit 
  • Économie-Gestion
  • Santé des populations 
  • Biologie-Physique-Chimie

Enfin, le programme comprend également des cours d’anglais et des préparations à l’oral.

Admission dans l’une des filières MMOPK depuis le PASS

Le PASS permet de poursuivre des études de santé (médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie et kinésithérapie) dès la deuxième année selon certaines conditions :

Avec le PASS, il est possible de suivre des études de santé si : 

  • l’étudiant valide toutes ses matières
  • l’étudiant a une moyenne générale supérieure au seuil minimum fixé par l’université
  • l’étudiant à des résultats supérieurs au seuil fixé par l’université dans les matières en lien avec la spécialité visée

Après avoir satisfait à tous ces critères, l’étudiant peut se présenter à l’examen d’entrée en deuxième année d’école médecine. Selon la faculté, il est possible que certains des candidats éligibles soient admis directement à partir du dossier sans avoir à passer un examen d’admission. En revanche, ceux qui devront passer un examen d’entrée devront passer des oraux (deux oraux d’au moins 20 minutes pour évaluer les compétences transversales) et/ou une épreuve écrite. Contrairement à ce qui était le cas jusqu’à présent, les examens d’entrée ne seront plus uniquement constitués de questions à choix multiples. De plus, les conditions d’examen et d’admission sont adaptées localement par chaque établissement.

À l’issue des tests d’admission, il existe deux scénarios :

  • l’étudiant a réussi les tests et est admis en deuxième année de santé dans la voie MMOPK souhaitée
  • si l’étudiant n’est pas admis à l’examen, il peut continuer d’étudier la mineure suive en PASS au sein d’une deuxième année de LAS. Cela permettra à l’étudiant d’accéder à d’autres métiers de la santé disponibles dans le parcours santé. Veuillez noter qu’une fois qu’il entre en LAS, l’étudiant n’aura qu’une seule et dernière chance pour rallier un cursus MMOPK

Pas de redoublement possible en PASS

Si un étudiant échoue au PASS, il ne peut pas redoubler ou demander des études en santé MMOPK.

Par conséquent, s’il échoue durant son PASS, l’étudiant devra se réorienter, en passant par Parcoursup, en LAS ou vers d’autres filières.

La LAS (Licence accès santé)

La deuxième option pour intégrer une deuxième année MMOPK est de suivre une Licence accès santé au sein d’une université. 

Où faire sa LAS ?

L’avantage de la Licence accès santé est qu’elle est disponible dans toutes les universités de France, même pour celles n’ayant pas de facultés de médecine. Ainsi, chaque lycéen pourra postuler, via Parcoursup, à toutes les universités françaises proposant des licences minorées « santé ». Veuillez noter que toutes les licences ne préparent pas aux cinq cursus MMOPK. Chaque université doit clairement l’indiquer sur Parcoursup.

Contenu de la LAS

La licence accès santé fonctionne comme une double licence. Ainsi, chaque étudiant s’inscrit dans une licence générale de son choix (droit, histoire, biologie, chimie, mathématiques, etc.) qui offre une option santé.

Par conséquent, au cours de la première année de la licence, l’élève étudiera tous les cours de sa licence ainsi que des cours de santé qui lui donneront les compétences nécessaires pour entrer en MMOPK. Les enseignements de l’option « santé » diffèrent selon la faculté. Cependant, chacune d’entre elles proposera dans son programme les matières suivantes : 

  • anatomie
  • physiologie
  • biologie cellulaire
  • pharmacologie
  • sciences humaines et sociales 
  • modules spécifiques à la majeure 

La licence accès santé est une grande nouveauté car elle offre aux étudiants titulaires de licences non médicales la possibilité de se lancer dans des études de santé. Un étudiant aimant l’histoire et la médecine pourra donc s’inscrire en LAS histoire à l’université afin d’y suivre une licence d’histoire option santé. Selon ses résultats, l’étudiant verra par la suite s’il peut poursuivre ses études en santé, sinon en histoire.

Intégrer une filière MMOPK après une LAS

Les étudiants de la licence accès santé peuvent également accéder aux études MMOPK à partir de leur première année de licence. Cependant, si un étudiant préfère attendre qu’il atteigne la L2 ou même la L3 pour passer les examens d’entrée aux études de santé MMOPK, c’est tout à fait possible. Chaque étudiant ne peut essayer de s’inscrire à un cursus MMOPK qu’une fois par an et au maximum deux fois. De cette façon, l’étudiant en Licence accès Santé peut passer les examens de la manière suivante :

  • durant l’année de L1 puis lors de l’année de L2 
  • durant l’année de L2 puis lors de l’année de L3
  • durant l’année de L1 puis lors de l’année de L3

Quelle que soit l’année où ils postulent, les étudiants en L.AS qui souhaitent rejoindre un cursus MMOPK doivent remplir plusieurs conditions :

  • valider l’année universitaire
  • valider tous les modules « santé » de la licence 
  • répondre aux critères d’éligibilité définis et diffusés par chaque université

Après avoir satisfait les critères d’éligibilité, l’étudiant est donc autorisé à passer les tests d’entrée. Ici aussi, ils seront déterminés par chaque université ; ceux-ci seront des épreuves écrites et/ou orales. Comme c’est le cas pour le PASS, il est possible que certaines universités mettent en place un système d’admission directe sur dossier pour certains candidats qui n’ont pas besoin de passer les tests d’admission qui seront alors réservés à leurs camarades ayant été moins performants durant l’année scolaire.

Dans ce cas, si le candidat réussit l’examen, il peut s’inscrire en deuxième année d’études de santé quel que soit son niveau d’entrée (L1, L2 ou L3).

Si le candidat échoue à l’examen, mais qu’il remplit toujours les conditions d’éligibilité, il pourra tenter à nouveau sa chance à la fin de sa L2 ou de sa L3.

Les prépas PASS/LAS : un plus pour réussir les examens

Malgré la réforme, l’admission en études de santé reste toutefois un processus extrêmement sélectif, puisque peu importe la voie choisie, chaque candidat dispose de seulement deux chances pour intégrer une filière MMOPK.

Pour cette raison, nombre d’élèves complètent leur formation en faculté par des cours particuliers et des prépas PASS/LAS. Selon l’ANEMF (l’Association Nationale des Étudiants en Médecine de France), 75 % des étudiants ont recours à des écoles préparatoires PACES privées pour augmenter leurs chances de succès. 

Pourquoi choisir une prépa ? 

La PASS et la LAS s’adressent aux étudiants avec une forte force de travail. Le PASS et la LAS sont la réponse à une forte volonté de travailler dans le secteur médical. C’est bien clair, si vous souhaitez suivre des études en médecine, vous vous devez de suivre l’une de ces deux voies. C’est pourquoi les prépas PASS/LAS permettent de mettre toutes les chances de votre côté pour réussir votre première année. Le passage du lycée à la fac peut s’avérer particulièrement déstabilisant. Vous préparer à la charge de travail en PASS/LAS pendant un an vous permettra de ne pas trop être submergé par la difficulté des études de médecine à l’issue du lycée. 

Quel est le programme en prépa santé ?

Il est recommandé aux étudiants en première année d’études de santé de s’investir intensivement dans la préparation de l’examen de fin de première année dès le début de l’année universitaire, voire avant, en raison de la tenue d’un premier concours éliminatoire à la fin du premier semestre. Ce conseil concerne tout particulièrement les élèves issus d’un baccalauréat non scientifique et ceux ayant obtenu un baccalauréat sans mention.

Répondant à ces demandes, les prépas santé privées proposent des stages estivaux et de prérentrée (au mois de septembre) pour réviser des notions abordées au lycée et commencer à préparer les examens de PASS/LAS. Il existe d’ailleurs des programmes de prépa pour les élèves de Terminale ainsi que des classes prépas proposant aux bacheliers une année de préparation à la première année, généralement intitulés « P0 ».

Tout au long de l’année, les prépas PASS/LAS offrent des cours de soutien à des horaires aménagés (en général en soirée et le week-end). Centrées sur les examens, elles organisent des séances de méthodologie, des khôls, des corrections écrites et orales d’examens et des tutorats.

Les prépas aux examens de première année de santé assurent également des formations intensives pendant les petites vacances.

Les écoles préparatoires suivent les programmes de l’université de laquelle elles sont proches. Vous y retrouverez donc les cours suivants :

  • chimie
  • biochimie
  • biologie
  • biophysique
  • biostatistiques
  • anatomie
  • physiologie 
  • pharmacologie
  • histoire de la médecine

Comment entrer en prépa médecine ?

Pour vous inscrire en prépa PASS ou LAS, la procédure dépend de l’établissement. Certains d’entre eux passent par la plateforme Parcoursup. L’inscription se fait sur dossier de candidature, selon des modalités propres aux écoles : la motivation compte pour beaucoup. Pour être admis, les étudiants inscrits doivent être titulaires du baccalauréat. Les frais dépendent des formules retenues. Géographiquement, on trouve des prépas PASS/LAS un peu partout en France autour des facultés de médecine générale et de pharmacie. 

Les dates d’inscription 2020-2021

Pour les prépas PASS/LAS qui recrutent sur Parcoursup, les dates d’inscription sont les mêmes que celles de la plateforme. Ainsi, il vous faut vous inscrire sur Parcoursup dès janvier. Beaucoup de celles qui recrutent hors Parcoursup demandent à ce que les étudiants s’inscrivent avant les résultats du baccalauréat, car les places sont particulièrement nombreuses. Renseignez-vous auprès de ces classes préparatoires pour connaître leur vague d’admission. 

Prépa PASS/LAS, études de médecine : et après ? 

À la suite d’une classe préparatoire PASS ou LAS et d’une première année commune aux études de médecine, plusieurs options sont envisageables :

  • l’échec et la réorientation
  • la réussite aux concours 

Quelle réorientation choisir en cas d’échec en PASS/LAS ?

Après un premier semestre en PASS et donc après avoir passé le premier concours de médecine, vous prendrez connaissance de votre classement. Si vous faites partie des moins bien classés, vous pouvez être réorienté vers d’autres filières, comme les filières scientifiques. Si vous souhaitez retenter votre chance en PASS, il vous faudra alors valider 3 semestres dans cette formation. Attention, vous n’avez le droit de ne vous présenter que deux fois aux examens de la PASS et de la LAS.

Aussi, nombreux sont les étudiants qui décident de se réorienter après un échec en PASS ou au cours de l’année. Les raisons sont nombreuses : manque d’intérêt pour les cours, charge de travail trop importante. Quoi qu’il en soit, si vous faites partie de ces étudiants, sachez que vos possibilités de réorientation sont nombreuses. Vous aimez l’humain ? Pourquoi ne pas vous diriger vers un cursus paramédical ? École d’infirmier, d’ostéopathie, vous avez le choix. À noter que la PASS et la LAS peuvent s’avérer être de bonnes préparations pour les écoles paramédicales.

Si vous avez un profil scientifique, vous pouvez vous diriger vers une formation en ingénierie, en mathématiques ou en biologie. Ceci étant, rien ne vous empêche de mettre de côté les matières scientifiques en choisissant d’autres domaines comme le marketing, le droit, le tourisme ou encore les arts ! 

Vous pouvez également choisir de vous réorienter vers une autre carrière. Des passerelles et procédures d’admission parallèles existent, notamment avec : 

Quels sont les débouchés ?

Selon votre réussite ou votre échec aux examens et votre poursuite d’études, plusieurs débouchés s’offrent à vous. 

Les métiers après des études de médecine

Une fois le cap difficile de la première année franchi, les étudiants poursuivent dans leur filière pour 3 autres années au moins. Au total :

Avant d’être officiellement médecin, pharmacien ou dentiste, il faut passer par la phase d’internat. Sa durée dépend de votre spécialisation. 

Une fois le cursus de formation dans la filière choisie terminé, les possibilités dans les métiers de la santé sont nombreuses : vous pourrez exercer en libéral, en cabinet, dans votre propre officine, dans un hôpital ou une clinique, dans un centre de rééducation, etc.

Les professions après le parcours médecine

Après des études de médecine, vous pourrez devenir :

Les professions après le parcous pharmacie

Après des études de pharmacie, vous pourrez devenir :

Les professions après le parcours dentaire

Après des études d’odontologie, vous pourrez devenir :

Les professions après le parcours maïeutique ou kiné

Après des études de sage-femme ou kinésithérapie, vous pourrez devenir :

Les métiers après une réorientation 

Si toutefois vous échouez aux examens du PASS ou décidez de vous réorienter, vous pouvez vous tourner vers une formation dans le domaine de la santé. Voici des exemples de professions paramédicales vers lesquelles vous pouvez vous orienter :

Consultez la liste des 280 Prépas PACES en France

Nos actualités sur le thème Prépa

  • Bac 2021 : les dates et coefficients des épreuves de cette année

    Vous voulez connaître la date du bac ? Voici un calendrier de toutes les dates et coefficients des épreuves du baccalauréat 2021 ! Vous pouvez désormais préparer votre bachotage !

  • echec paces
    PACES : quelle réorientation après un échec en médecine ?

    Vous êtes actuellement en PACES mais vous vous êtes rendu compte que cette formation médicale ne vous convenait plus ? Vous avez été recalé et vous ne savez pas quelle formation suivre pour la suite ? Pas de panique, Diplomeo vous renseigne sur toutes les options possibles sans PACES !

  • medecins dans un couloir d'hopital
    Numerus Clausus Médecine 2018 : (un peu) plus de places en 2e année

    Le numerus clausus, ce fameux chiffre fixé tous les ans par arrêté et qui définit le nombre d’étudiants en médecine qui pourront passer en deuxième année a été révélé pour 2018. Résultat : 81 places de plus seront disponibles cette année. En 2017, le numerus clausus avait fait un bon de près de 500 places.

  • Un mode de sélection injuste
    Les étudiants en médecine contre le tirage au sort

    Les facultés de médecine parisiennes sont submergées d’étudiants souhaitant faire carrière dans le secteur de la santé. Malheureusement cette année, un nombre trop important d'inscrits sur la plateforme APB laisse place à une situation inédite : l'entrée en PACES s'est faite par tirage au sort.

  • Les classes prépas ont leur vocabulaire : voici notre lexique !

    Votre ami est en prépa et vous ne comprenez qu’un mot sur deux quand il parle de ses études ? Suivez le guide pour comprendre le vocabulaire des étudiants de CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles).

Note moyenne des Prépa PACES

4.2/5


62 avis d'étudiants

Donnez votre avis 
  • A
    Anne-louise a donné son avis le
    Je recommande ! Je cherchais une prépa à dimension humaine, avec une équipe disponible car je connaissais mes lacunes dues à une année de terminale compliquée. Le CPCM correspond totalement à…

     recommande l'établissement

    Avis collecté en direct

  • P
    Pierre a donné son avis le
    Excellente prépa, je recommande pour son sérieux ! j'ai été bien accompagné et suivi par chacun de mes enseignants, j'ai bénéficié de séance de méthodologie car j'avais du mal…

     recommande l'établissement

    Avis collecté en direct

  • C
    Chloé a donné son avis le
    Je suis inscrite en L.AS à l'UPEC et je reçois un très bon accompagnement du CPCM.

     recommande l'établissement

    Avis collecté en direct