Rentrée 2016 : les frais d’inscription à l’université n’augmenteront pas

À combien s’établiront les frais d’inscription pour les étudiants à l’université ? Dans une interview accordée au Parisien, Najat Vallaud-Belkacem fait le point sur ce qui attend les étudiants l’année prochaine.

Pas d’augmentation des frais de scolarité à la rentrée !

Après les résultats du bac qui viennent de tomber, il est grand temps pour les 1,5 million d’étudiants s’apprêtant à fréquenter les bancs de l’université à la rentrée prochaine, de réfléchir à l’organisation de cette nouvelle année. 

Et ça tombe bien ! La ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, déclare dans un entretien publié mercredi 6 juillet dans Le Parisien-Aujourd’hui en France, des nouvelles qui vont certainement ravir le porte-monnaie des étudiants ou de leurs parents. Thèmes abordés : frais d’inscription, cotisation à la sécurité sociale, tarif du ticket pour les restos U, bourses. Les moyens de faire des économies ne manquent pas.

Moins de dépenses à prévoir globalement pour financer ses études cette année

« Les frais d’inscription seront gelés à la rentrée 2016 pour la deuxième année consécutive », a annoncé la ministre de l’Éducation. C’est une première bonne nouvelle pour les étudiants, et notamment pour les jeunes bacheliers qui rentreront en première année de licence en septembre. En bref, il faudra prévoir, comme l’année dernière, 184 € pour une inscription en licence, 256 € en master, 391 € en doctorat et 610 € pour les écoles d’ingénieur.

Mais les réjouissances ne s’arrêtent pas là : le montant de la cotisation à la sécurité sociale étudiante sera également gelé, soit 215 € en tout et pour tout, et il en est de même pour le tarif du ticket de restauration universitaire. 

De plus, les étudiants pourront compter sur la caution locative étudiante (clé) afin d’accéder plus facilement à un logement. C’est dans cette même optique que la ministre déclare en construction près de 40 000 logements consacrés à cet effet.

Les boursiers ont aussi leur lot de bonnes surprises

Ce serait près de 25 000 jeunes supplémentaires, qui auront droit à une bourse pour la prochaine rentrée. Ils toucheront alors tous 1 000 € pour financer leur scolarité, puisque l’échelon qui permettait de se voir offrir les frais de scolarité sans autre compensation financière de la part de l’État a été supprimé. Et avis aux retardataires : cette année, les demandes de bourse pourront s’effectuer jusqu’au tout dernier moment.

Finalement, la ministre estime que « grâce à un investissement de près de 500 millions d’euros, 200 000 étudiants auront eu nouvellement accès ou auront bénéficié d’une augmentation des bourses », durant ce dernier quinquennat. Une nouvelle encourageante, lorsque l’on sait que bon nombre d’étudiants ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts, et que beaucoup d’entre eux doivent combiner études et petit boulot afin de subvenir à leurs besoins.

Mais l’université plébiscitée par les étudiants rencontre toujours des problèmes qu’il convient de régler

Même si ce chiffre a tout de même diminué, on dénombrerait encore 78 filières sous tension, où les élèves sont très régulièrement soumis au hasard du tirage au sort sur APB. Parmi ces filières, on retrouve : la santé (PACES)le sport (STAPS)le droit et la psycho. De même, la demande dans certains BTS et en IUT est très nettement supérieure aux capacités…

Mais la ministre a assuré travailler sur ce problème d’orientation en renseignant mieux les élèves sur le site d’APB afin que leurs vœux soient plus efficaces. Pour l’heure la plateforme APB reste dans le viseur des organisations étudiantes. En cause, la sélection en première année à l’université. Un débat qui n’a pas fini de faire parler.

Retour en haut de page