Bilan de Compétences : tout ce qu'il faut savoir !

Vous avez déjà entendu parler du Bilan de Compétences ? Diplomeo répond à toutes les questions que se posent les salariés à ce sujet !

bilan de compétences des salariés

Chaque année, près de 60 000 salariés ont recourt au Bilan de Compétences. Réalisé pendant ou en dehors du temps de travail et pouvant être financé par un DIF ou le Fongécif, le bilan de compétence permet de faire le point sur sa vie professionnelle en analysant ses compétences dans l’optique de définir un projet professionnel cohérent ou de valider un projet de formation.

Qu’est-ce que le bilan de compétences ?

Le bilan de compétences permet à un salarié de faire le point sur ses compétences professionnelles et personnelles, ses aptitudes ou encore ses motivations au cours de sa vie professionnelle. Ainsi un projet professionnel ou de formation peut être mis en place dans une perspective d’évolution interne ou externe. Il peut être effectué à la demande du salarié lui-même ou de son employeur et est réalisé par un prestataire extérieur à l’entreprise.
Créé en 1991, le bilan de compétences est le dispositif le plus connu dans la formation continue. Bien qu’il n’aboutisse pas nécessairement sur un changement de métier, c’est une étape incontournable pour les personnes qui souhaiteraient se reconvertir. En effet, il permet, à terme, d’appuyer une demande de financement de formation professionnelle.

À qui s’adresse le bilan de compétences ?

Analyser ses compétences professionnelles par le biais d’un bilan est possible pour tous les salariés qui remplissent les conditions suivantes : il est nécessaire de pouvoir justifier d’une ancienneté de 5 ans au moins en tant que salarié, dont 12 mois dans l’entreprise actuelle et respecter un délai de franchise de cinq ans entre deux bilans. Cette durée ne s’applique pas en cas de changement d’employeur. 
Pour les personnes en CDD, il est possible d’accéder à un bilan à condition de justifier d’au moins 2 années d’expérience, dont 4 mois au cours de la dernière année. Les chômeurs peuvent également en faire la demande. 

Quels sont les objectifs du bilan de compétences ?

Le bilan de compétences a de nombreux objectifs : il permet, au cours de sa carrière, de faire le point sur sa vie professionnelle en analysant ses compétences, aptitudes et motivations mais également d’organiser ses priorités professionnelles. Ainsi, toutes ces informations peuvent alimenter la réflexion d’un nouveau projet professionnel ou de valider un projet de formation.

Mieux informé, le salarié pourra utiliser ses atouts comme instruments de négociation pour un emploi, une formation ou en termes de choix de carrière. 
Mais le bilan de compétence n’a pas d’intérêt que pour le salarié : du côté de l’entreprise, il permet de mieux organiser la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et de favoriser la gestion des carrières et la mobilité professionnelle.

Comment effectuer son bilan ?

Dans un premier temps, le salarié effectue un entretien individuel avec la personne en charge du bilan. L’objectif est de définir la nature et les besoins du salarié tout en présentant les conditions de déroulement. Vient ensuite la phase d’investigation qui permet d’analyser les aptitudes et les centres d’intérêts du salarié, mais également ses connaissances générales. Les premières possibilités d’évolution professionnelles sont déterminées. Enfin, une synthèse est dressée et remise au salarié, lui présentant les conclusions et les étapes envisagées pour mettre en oeuvre le projet.

La personne qui a bénéficié de ce bilan est seul destinataire des conclusions détaillées. La durée du bilan varie. Il dure environ 24 heures, réparti sur un ou deux mois.

Comment bénéficier d’un bilan de compétences ?

Effectué à la demande du salarié, le bilan de compétences peut être réalisé dans le cadre d’un congé spécifique ou du plan de formation de l’entreprise. Le DIF peut également être un moyen de financement.

Le congé de bilan de compétences

S’il peut justifier d’au moins cinq années d’activité salariée dont 12 mois au sein de son entreprise actuelle, le salarié peut faire une demande d’autorisation d’absence d’une durée maximale de 24 heures à son employeur. La demande doit se faire par écrit, au moins 60 jours avant le début du congé. L’employeur devra formuler sa réponse par écrit présentant son accord ou les raisons de service motivant le report de l’autorisation d’absence qui ne peut excéder six mois.

Le plan de formation

Inscrit dans le cadre du plan de formation, le salarié peut faire une demande de bilan de compétences. Dans ce cas, le salarié dispose de 10 jours pour faire part de son accord. Une convention est alors signée entre le salarié, l’employeur et l’organisme prestataire de bilan. Pendant son bilan, le salarié conserve sa rémunération et les frais sont à la charge de l’entreprise.

Comment financer son bilan de compétences ?

Le salarié qui bénéficie d’un congé de bilan de compétences peut présenter une demande de prise en charge à l’organisme collecteur (FONGECIF, ou dans certains cas OPCA) auquel l’employeur verse la contribution destinée à ce financement. Pendant son congé, le salarié perçoit une rémunération égale à celle qu’il aurait perçue s’il était resté à son poste de travail.

Où faire un bilan de compétences ?

Les bilans professionnels sont réalisés exclusivement par des prestataires extérieurs à l’entreprise. L’employeur doit avoir recourt à un organisme inscrit sur une liste établie par un organisme collecteur (FONGECIF et OPCA, agréés au titre du Congé Individuel de Formation). Il peut également s’agir d’organismes privés, de centres inter-institutionnels de bilans de compétences (CIBC).

Qu’elle est la différence entre un bilan professionnel et un bilan de compétence ?

Les deux bilans sont des outils bien distincts qui ont des objectifs différents. Quand le bilan de compétences se concentre essentiellement sur les compétences professionnelles, le bilan pro permet de faire le point tant sur un plan personnel que professionnel. Ce bilan peut être demandé par le salarié lui même lors de son entretien professionnel. Il s’appuie sur deux tests : l’un de connaissance et l’autre de personnalité. Attention, seuls les salariés depuis 10 ans peuvent prétendre au bilan professionnel. Il peut se financer par un financement personnel, par un DIF ou dans le cadre du plan de formation de l’entreprise.

Comment rédiger sa lettre de demande de bilan de carrière ?

Comme expliqué précédemment, le salarié doit faire part de sa demande de congé dans le cadre du bilan de compétences par écrit. Voici un exemple de lettre type pour vos futures demandes : 

Exemple n°1 :

Objet : Demande de congé dans le cadre du bilan de compétences

Madame, Monsieur,

Actuellement en poste depuis [durée] en qualité de [intitulé du poste], je vous adresse ma demande de congé dans le cadre du bilan de compétences. 

En effet, dans une perspective d’évolution de carrière, j’aimerais pouvoir faire le point sur mes compétences actuelles et celles qui me restent à acquérir pour pouvoir évoluer professionnellement. 
Concernant la réalisation de ce bilan professionnel, je me suis rapproché de l’organisme [nom de l'organisme] inscrit sur la liste de l’OPACIF partenaire de votre entreprise.

La durée du bilan de compétence est de 24 heures, étalée du [date de début] au [date de fin]. Je vous communiquerai dès que possible le planning établi par l’organisme.

Je vous remercie par avance de l’attention que vous porterez à cette demande et je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Exemple n°2 :

Objet : Demande de bilan de compétences dans le cadre du DIF

Madame, Monsieur,

Je vous sollicite aujourd’hui car je souhaiterais utiliser mon capital d’heures, disponible au titre du DIF, pour effectuer un bilan de compétences dont vous trouverez toutes les caractéristiques ci-dessous : 

  • date du premier rendez-vous
  • lieu
  • durée
  • nom de l’organisme
  • nom de la personne à contacter
  • coût

L’organisme, déjà contacté par mes soins, reste à votre disposition pour répondre à vos questions et vous faire parvenir la convention de stage.

Je vous saurais gré de bien vouloir me faire connaître votre réponse par écrit. Une fois réceptionnée et si celle-ci est positive, je vous ferai parvenir la convention tripartite que l’organisme me transmettra.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de mes salutations les meilleures.

Trouvez la bonne école en fonction de votre profil

Retour en haut de page