Comment faire un stage en Amérique du Nord ?

Lecture

Vous envisagez d’effectuer un stage aux États-Unis ou bien au Canada ? Réalisation du CV, recherche de stage, démarches administratives, législation… Tout ce que vous devez savoir avant de vous lancer !

Vous aimeriez effectuer un stage au Canada ou aux États-Unis ? Diplomeo vous dit tout sur les démarches pour réaliser un stages en Amérique du Nord

Comment faire un stage aux États-Unis ?

Les États-Unis d’Amérique en font rêver plus d’un, notamment les plus jeunes. En effet, les « States » sont la première destination demandée par les étudiants français qui se lancent dans un stage à l’étranger. De ce fait, en raison d’une forte concurrence, il peut s’avérer relativement difficile de trouver un employeur. 

Comment décrocher un stage aux États-Unis ? 

Vous comptez seulement traduire votre CV actuel en anglais pour trouver un stage aux États-Unis ? Halte-là ! Se lancer dans un stage à l’étranger ne veut pas seulement dire changer de langue, mais aussi plonger dans un monde où la culture et les codes sont radicalement différents de ceux de la France.

Réaliser un CV pour son stage aux États-Unis

Si bien traduire son CV pour un stage en Amérique est important, il est également essentiel de comprendre quels sont les détails importants pour les recruteurs étatsuniens

Dans un CV américain, on peut distinguer 6 différentes parties, assez proches du CV français, toutefois pas exactement identiques : 

  • « Contact information » : en tête de votre CV, vous devrez indiquer certains détails, à savoir vos noms et prénoms, votre numéro de téléphone OU votre e-mail (et pas les deux), ainsi que votre adresse postale. Attention : dans cette partie, n’indiquez pas votre date de naissance ou votre statut marital. En outre, contrairement à une pratique courante en France, votre photo ne doit pas être intégrée à votre CV. Les employeurs ont en effet interdiction d’appliquer une discrimination à l’embauche, et votre photographie est un élément qui pourrait les y influencer. 
  • « Career objective » : mention de plus en plus répandue en France, mais pas systématique, cette partie du CV est une description en quelques lignes expliquant votre situation et vos objectifs.
  • « Work experience » : il s’agit de la partie la plus importante du CV en Amérique. Positionnez-la avant celle indiquant votre formation, sauf si vous estimez avoir trop peu d’expérience dans le monde professionnel. Il est possible d’indiquer vos expériences de manière chronologique ou « fonctionnelle », c’est-à-dire en mettant davantage en valeur les compétences adaptées au poste visé. Dans cette section, attention à bien détailler les tâches que vous avez effectuées pour chaque expérience. 
  • « Education » : tout comme pour le CV français, il est nécessaire d’indiquer votre parcours de formation, notamment leurs dates de début et de fin. N’hésitez pas à établir une liste des domaines et spécialités étudiés, ainsi que votre majeure. Si vous avez obtenu une mention, n’oubliez pas de l’ajouter. 

Outre ces rubriques centrales, vous devrez également ajouter des informations annexes, notamment : 

  • vos « key skills » qui indiquent vos compétences principales dans le domaine concerné, ainsi que vos « assets » en informatique et en langues.
  • vos « personal information », dans lequel vous pourrez en dire un peu plus sur vos centres d’intérêt et vos activités extrascolaires, notamment vos engagements associatifs (« volunteering path ») qui sont particulièrement appréciés en Amérique du Nord, puisque considérés comme des expériences professionnelles à part entière.  

Si les CV tiennent généralement sur une page en France, cela est d’autant plus important aux États-Unis, à moins de disposer d’une expérience de 10 ans à 15 ans… chose que n’ont généralement pas de jeunes étudiants !

Dans tous les cas, vous pouvez vous adresser à plusieurs acteurs afin de vous aider dans la rédaction de votre « resume », notamment des agences spécialisées dans les stages à l’étranger, des sites de coaching en ligne ou tout simplement vos professeurs d’anglais.

Comment trouver une entreprise ?

La recherche d’un stage aux États-Unis peut s’avérer difficile, d’où l’importance de bien se renseigner sur tous les moyens possibles pour l’obtenir. Outre l’usage traditionnel du réseau et de la candidature spontanée, certaines méthodes peuvent vous permettre de mettre toutes les chances de votre côté. 

Pour maximiser vos chances, vous pouvez : 

  • demander de l’aide à votre école et à vos professeurs
  • envoyer vos candidatures à des entreprises françaises présentes sur le sol américain, qui sont souvent à la recherche de profils bilingues tels que le vôtre 
  • chercher des annonces sur les sites professionnels américains spécialisés tels que internships.com ou internmatch.com

En dernier lieu, il est aussi possible de faire appel à des agences de placement qui vous mettront en relation avec les entreprises présentes aux États-Unis. Celles-ci vous aideront également pour d’autres démarches, plus particulièrement pour vos démarches d’obtention de visa ou la négociation du salaire : pratique ! Cependant, dans ce dernier cas de figure, préparez-vous à ce que la note soit salée, entre 500 et 2000 euros...

Quelles démarches pour faire un stage aux États-Unis ? 

Une fois votre stage trouvé, il faudra bien sûr disposer d’un passeport

Par ailleurs, vous devez obtenir le fameux visa J-1 : 

  • le Visa J-1 Intern pour un stage de 2 à 12 mois
  • le Visa J-1 Trainee pour un stage de maximum 18 mois

Lors de cette fameuse demande de visa, il vous faudra obligatoirement trouver un sponsor officiel en France pour votre stage aux États-Unis.

Si vous effectuez un stage de moins de 90 jours, vous pouvez simplement opter pour une demande d’ESTA (Electronic System for Travel Authorization), une autorisation électronique d’entrée sur le territoire américain.

Autre détail important : l’assurance santé. Aux États-Unis, les tarifs de santé sont connus pour être particulièrement élevés… De nombreux organismes de santé proposent des offres, selon votre situation. Toutefois, veillez bien à ce que les requis de l’ambassade américaine soient respectés. 

Quelles sont les réglementations de stage aux États-Unis ? 

Avant de vous lancer en stage à l’étranger, il est conseillé de vous renseigner au minimum sur vos droits. Si la législation américaine peut être assez complexe, certaines informations sont à retenir.

Si vous avez signé pour un stage rémunéré, le salaire minimum est d’environ 7,25 dollars de l’heure. Ce tarif peut varier d’un État à l’autre. 

Aux États-Unis, le temps de travail officiel est de 40 heures par semaine. Toutefois, plusieurs enquêtes ont montré que de nombreux Américains passent en moyenne près de 47 heures au bureau. Toutefois, votre temps de travail dépendra surtout de votre contrat. Soyez donc sûr de ce pour quoi vous vous engagez avant de le signer !

Comment faire un stage au Canada ? 

Si le Canada n’attire pas autant de jeunes Français, on compte tout de même chaque année près de 15 000 étudiants français partant à l’aventure au pays des caribous pour effectuer un stage en entreprise.

Comment décrocher un stage au Canada ? 

Tout comme pour décrocher un stage aux États-Unis, en obtenir un au Canada devra passer par une refonte de votre CV

Réaliser un CV pour son stage au Canada

Les codes de recrutement au Canada se rapprochent grandement de ceux des États-Unis. Coordonnées, objectifs, compétences professionnelles, formation, actions de volontariat, loisirs et centres d’intérêt : toutes ces informations doivent être contenues au sein de votre CV si vous vous adressez à un recruteur canadien. De même, il est tout aussi important pour ces derniers que votre curriculum ne contienne aucune information qui pourrait faire l’objet de discriminations (âge, photo, nationalité, etc.). 

Petit détail à savoir : les employeurs au Canada ont pour coutume de contacter d’anciens employeurs ou collègues des personnes qu’ils recrutent. C’est pourquoi il est conseillé d’ajouter une partie « Références sur demande » contenant les noms, prénoms et coordonnées d’une personne de votre entourage professionnel qui pourra vous recommander. N’oubliez cependant pas d’informer la personne concernée qu’elle risque de recevoir un coup de fil pour vanter vos mérites. 

Comment trouver une entreprise ?

Afin de trouver une entreprise dans lequel vous effectuerez un stage, vous pouvez utiliser plusieurs procédés. 

Tout d’abord, comme pour toute autre candidature de stage à l’étranger, vous pouvez demander du soutien à votre école, qui bénéficiera peut-être d’un réseau qui vous sera utile. En outre, ne négligez pas les sites d’emploi canadiens comme TalentEgg.ca, JobsInCanada.com, Eluta.ca ou encore Neuvoo.ca.

Tout comme pour les stages aux États-Unis, il est également possible de vous tourner vers des agences de placement, qui vous aideront grandement dans vos démarches, mais qui demanderont un prix en échange. 

Quelles démarches pour faire un stage au Canada ? 

Pour pouvoir effectuer un stage au Canada, il faudra détenir un passeport valide, ainsi que faire une demande de VISA ou d’AVE Canada (Autorisation de Voyage Électronique), selon votre situation et la durée de votre stage. Généralement, la démarche de demande de VISA peut prendre entre 8 et 12 semaines, alors tentez de vous y prendre à l’avance !

Il faudra également penser à contracter une assurance. Dans tous les cas, si vous n’êtes pas assuré, vous ne pourrez pas obtenir votre VISA ! Mais pas de panique : l’obtention d’un contrat d’assurance n’excède généralement pas deux semaines. En outre, plusieurs organismes d’assurance en France proposent des contrats adaptés pour de tels profils. 

Quelles sont les réglementations de stage au Canada ? 

Lorsque vous vous lancerez dans votre stage, et même avant de signer votre contrat, il est important d’être au courant des réglementations concernant les stages et l’emploi sur le territoire canadien. Pour être sûr que tout est en règle ou si vous avez le moindre doute, vous pouvez notamment vous tourner vers des associations comme la Canadian Intern Association, qui pourra vous informer plus amplement sur vos droits. 

Dans tous les cas, certaines informations primordiales sont à connaître, notamment le salaire minimum et les horaires attendus. Selon les régions, le salaire minimum au Canada peut varier entre 9,40 et 10,25 dollars l’heure. Quant à la semaine de travail, elle est officiellement d’une durée de 40 heures, mais cela peut monter jusqu’à 48 heures. Toutefois, les stagiaires sont généralement embauchés sur une base de 40 heures.

La rédaction

Partager