Sondage exclusif : Les jeunes, romantiques à l'ère de l'amour 2.0

Comment les jeunes appréhendent-ils leurs relations amoureuses ? Combien de temps restent-ils en couple ? Quelle conception ont-ils de la Saint-Valentin? À l'approche du 14 février, Diplomeo révèle son enquête inédite menée auprès de 3114 jeunes.

Crédit Diplomeo

La nouvelle génération, plongée dans le monde des réseaux sociaux, est celle du zapping. Si cette définition des jeunes semble vraie quand on se penche sur leurs pratiques digitales, est-elle réellement applicable à d’autres domaines comme celui... de l’amour ? Réponse avec cette enquête inédite.

Le couple pour les jeunes : ça rime à quoi ?

Les jeunes ne sont ni romantiques ni fleurs bleues, et ne s’engagent pas sur la durée. On parie ? Les résultats de l’enquête promettent de contrer ces idées reçues.

Des jeunes principalement célibataires...

Les 16-25 ans ne fonctionnent pas tous par paire : 51 % des jeunes interrogés sont en effet célibataires. L’étude nous révèle cependant des disparités en fonction des âges :

  • 39 % des 16-18 ans sont en couple.
  • 52 % chez les 19-21 ans.
  • 55 % chez les 22-25 ans.

Désir de se sécuriser, fin de l’adolescence... il semblerait que les relations amoureuses prennent tout naturellement de l’ampleur chez les jeunes, au fil des âges.

.. mais expérimentés

Et si les 16-25 ans n’ont, en majorité, pas encore trouvé chaussure à leur pied, ils ont pourtant déjà expérimenté de longues relations amoureuses :

  • 20 % des jeunes affirment que leur plus longue relation a été de plus de 3 ans.
  • 31 % d’entre eux sont restés au maximum entre 1 et 3 ans avec leur partenaire.
  • Seulement 14 % ont vu leur plus longue idylle durer 3 mois ou moins.

Quand on croise l’appartenance géographique des jeunes et leur expérience, on s’aperçoit que les relations amoureuses sont plus ou moins longues en fonction des régions ! Les trois régions aux relations les plus durables sont :

  • La région Grand Est : où 58 % des jeunes ont déjà eu une relation de plus d’un an.
  • Les régions Hauts-de-France, et les DOM-TOM : où 57 % des jeunes sont déjà passés par une relation supérieure à un an.

Le coup de foudre : les 16-25 ans y croient !

Pour les jeunes, pas question de laisser de côté la magie de la première rencontre : 76 % d’entre eux croient au coup de foudre ! L’étude nous apprend que cette croyance a tendance à s’estomper au fil des années... et sûrement de l’expérience :

  • 82 % des 16-18 ans croient au coup de foudre.
  • 79 % chez les 19-21 ans.
  • 68 % chez les 22-25 ans.

Toujours au goût du jour, la Saint-Valentin ?

Les bouquets de fleurs investissent peu à peu les devantures de magasins, les offres promotionnelles affluent sur internet... pas de doute, la Saint-Valentin approche. Mais les jeunes se sentent-ils concernés par cette journée « célébrant l’amour » ?

La Saint-Valentin... pas si déprimante

Fête dépassée ? Occasion de se remémorer son statut de célibataire ? Comment les jeunes voient le 14 février ? Comme une fête aussi commerciale que romantique ! Eh oui, pas question pour les 16-25 ans d’attribuer à la Saint-Valentin un qualificatif trop péjoratif. Cette fête est :

  • « Commerciale » pour 40 % des jeunes.
  • « Romantique » pour 38 % d’entre eux.
  • « Déprimante » pour seulement 6 % des 16-25 ans.

Les jeunes ont beau respecter cette fête, elle n’est cependant pas, pour 84 % des sondés, l’occasion de draguer !

Une fête à honorer : cap sur les sorties !

La Saint-Valentin a beau être considérée comme commerciale, les jeunes en couple tiennent à la célébrer dans les règles de l’art :

  • 57 % d’entre eux comptent fêter la Saint-Valentin.
  • 77 % comptent faire un cadeau à leur partenaire.

Parmi ceux qui ont prévu de marquer le coup, 67 % comptent sortir, et les autres rester à la maison. Et parmi ceux comptant faire un cadeau, 49 % vont dépenser entre 20 et 50 euros à cet effet.

Les apps et sites de rencontre, un must have pour trouver l’amour ?

Les 16-25 ans ne passent pas tout leur temps sur des applications et des sites de rencontre... loin de là ! Ils ne sont d’ailleurs que 36 % à avoir déjà fait usage d’une de ces plateformes. Les garçons semblent en être plus adeptes que les filles : 41 % d’entre eux ont déjà tenté l’expérience contre 31 % des filles !

Et lorsqu’on s’intéresse aux applications utilisées, c’est Tinder qui arrive largement en premier recueillant 53 % d’adhérents parmi les jeunes inscrits sur des apps de rencontre... et donc 19 % parmi les jeunes Français.

Cap sur les histoires sérieuses avant tout

Que recherchent les jeunes sur les sites de rencontre ? Les 16-25 ans interrogés sont 64 % à rechercher une histoire sérieuse sur les applications ou sites de rencontre. Cependant, force est de constater que les motivations à utiliser Tinder et autres applis de rencontre ne sont clairement pas les mêmes du côté masculin que du côté féminin :

  • 23 % des filles cherchent une histoire d’un soir.
  • 45 % des garçons sont à la recherche d’une histoire d’un soir.

Des rencontres plus ou moins concluantes

Les sites de rencontre ont tout de même pu créer des affinités entre les gens, provoquer des rendez-vous, et même au-delà :

  • 56 % des utilisateurs ou ex-utilisateurs de sites ou apps ont déjà rencontré quelqu’un par ce biais soit 10 % des jeunes Français.
  • 28 % des utilisateurs ont déjà vécu une relation amoureuse grâce à un site de rencontre.

Aussi, 64 % des jeunes n’ont tout de même pas fait l’expérience de ces sites et apps. L’enquête explicite les raisons de leur absence sur ces plateformes :

  • 29 % des 16-25 ans n’en ont jamais eu l’occasion.
  • 35 % ne croient pas aux rencontres sur internet.

Fleurs bleues, romantiques, pas vraiment intéressés par les rencontres sur les sites dédiés, les jeunes se révèlent plutôt traditionnels vis-à-vis des relations amoureuses ! 

Alice Meyer