Réussir son concours IFSI : nos conseils

Avant de mettre le pied dans les études d’infirmier, dispensées dans 336 Instituts de soins infirmiers (Ifsi), publics et privés, il faut passer par l’étape du concours. Chaque année, des milliers de candidats tentent de décrocher une place. Voici quelques conseils pour tenter votre chance.

Chaque année, des milliers de candidats passent les concours des Ifsi.

Avant de mettre le pied dans les études d’infirmier, dispensées dans 336 Instituts de soins infirmiers (Ifsi), publics et privés, il faut passer par l’étape du concours infirmier. Chaque année, des milliers de candidats tentent de décrocher une place. Voici quelques conseils pour tenter votre chance.

Lors des résultats du concours infirmier d’entrée en Ifsi, il existe une liste principale d’admis et une liste complémentaire. Si vous êtes admis sur la liste principale vous devez confirmer rapidement votre inscription à l’Ifsi en question, sinon votre place sera destinée à une personne sur liste complémentaire. Si vous êtes sur cette liste complémentaire, vous allez devoir patienter, le temps que les admis directs valident ou non leur venue à la rentrée. Plus vous êtes bien placé sur la liste complémentaire, plus vous êtes susceptible d’être appelé pour intégrer la formation.

Une fois définitivement admis, votre cursus durera 3 ans avec une grande présence des stages (60 semaines, environ 50 % du temps de la formation). Il vous sera ensuite possible de spécialiser en puériculture, anesthésie, infirmière de bloc opératoire ou cadre de santé.

Faut-il passer par une prépa infirmière pour passer le concours infirmier ?

Avant de passer le concours, certaines personnes choisissent de suivre une classe préparatoire en 1 an. C’est le cas de Marie-Aimée, une jeune brestoise qui est désormais en deuxième année à l’Ifsi de la Cavale Blanche, à Brest. Après des études dans la communication, elle a décidé de se réorienter pour devenir infirmière et de suivre une prépa avant d’intégrer un Ifsi. Pendant 15 heures par semaine, dans un lycée privé, elle a étudié des sujets d’actualité sur des thématiques médico-sociales, appris à reformuler un texte, fait beaucoup de tests psychotechniques, etc. À noter que ces préparations au concours infirmier peuvent se faire à distance.

Pourtant, selon elle, « on peut largement réussir sans prépa. Le tout c’est d’avoir bien préparé quelques tests psychotechniques ou fait quelques jeux de logiques ». Elle poursuit : « Aujourd’hui, je suis avec des personnes qui n’ont pas fait de prépa et ont été admis directement après le bac. Je pense qu’il est aussi question de maturité, il faut être prêt à entrer directement dans les études supérieures ».

Autre technique, qu’à appliqué Marie-Aimée : aller à la rencontre de professionnels et se confronter au métier. « J’ai rencontré plusieurs fois une infirmière qui avait accepté de m’aider. C’est certain que cela a joué lors de mes entretiens ! Le jury a vu que j’étais allée au devant du métier et que je me suis fait aider par une professionnelle », analyse la future infirmière.

Certaines classes prépa prétendent que 95 % de leurs élèves de prépa réussissent le concours. Mais, prendre 1 an pour travailler en amont le concours, n’est pas une garantie de réussite. « Plusieurs personnes de ma classe prépa n’ont eu aucun concours… », note Marie-Aimée. La prépa vous apportera surtout un cadre de travail scolaire, assez rassurant.

La clé si vous ne voulez pas passer par la case prépa : la motivation et la solidité de votre projet professionnel.

Comme pour d’autres concours ou même le bac, les annales des concours précédents sont aussi de bons moyens de réviser et de se rendre compte de ce que l’on attend de vous.

Combien de concours infirmier passer ?

Il est logique de se dire qu’en passant plusieurs concours, on multiplie ses chances d’être admis dans au moins un des Ifsi choisi. Si les dates ne se télescopent pas, vous pouvez passer autant de concours infirmiers que vous souhaitez. À noter qu’à Paris, le concours AP-HP ne propose qu’une seule date pour tous les hôpitaux publics parisiens.

Mais attention au coût ! « Un concours coûte environ 110 €, sans compter les frais qu’engendrent les déplacements », se souvient Marie-Aimée. Sur les 5 concours infirmiers que Marie-Aimée a passé, elle en a obtenu 3. Coup de chance, son Ifsi préféré, à savoir celui de l’hôpital de la Cavale Blanche en faisait partie. Selon elle, « en passer 3, c’est suffisant ».

Comment se déroule les épreuves du concours infirmier ?

Le concours se déroule en deux étapes, une première concerne les épreuves écrites d’admissibilité où il faut :

  • commenter un texte en rapport avec l’actualité, soulever une problématique et émettre des arguments fondés sur ses connaissances
  • passer des tests de logique, d’aptitude numérique et de raisonnement

Si vous obtenez une note suffisante à l’écrit, vient ensuite l’oral d’admission. Devant un jury, vous faites un exposé de 10 minutes sur un sujet donné et répondez à des questions sur le thème. Ensuite, il faut présenter son parcours scolaire ou professionnel, ses motivations, etc. Cette épreuve peut être stressante. Marie-Aimée conseille d’y aller « zen et sûr de soi ».

Certains candidats, comme les étudiants de PACES non admis en deuxième année de médecine peuvent être dispensés des épreuves écrites, à condition d’avoir validé assez d’UE.

Aussi, les aides-soignants, les auxiliaires de puériculture et les aides médico-psychologiques (AMP) peuvent passer le concours infirmier, après 3 ans d’expérience professionnelle, sans passer par la case des épreuves écrites.

En cas d’échec au concours infirmier

Si vous avez échoué au concours d’entrée en Ifsi, et que vous n’êtes pas sur liste complémentaire, pas de panique ! Vous pouvez choisir d’intégrer une classe préparatoire pour augmenter vos chances de réussir l’année suivante ou faire le choix de vous réorienter, le temps d’une année. Entrer en première année de licence par exemple est un bon moyen d’acquérir des connaissances et de ne pas perdre une année. En revanche, entrer en PACES est déconseillé, car le rythme est très soutenu et vous laissera peu de temps pour vous consacrer à la préparation du concours.

Trouvez la bonne école en fonction de votre profil

Retour en haut de page