ES, quels BTS sont faits pour vous ?

Près de 11% des bacheliers ES décident de poursuivre leurs études avec un BTS. Le Brevet de Technicien Supérieur offre un large choix de spécialisations aux titulaires d'un Bac ES. Tour d'horizon des différentes formations.

Quel BTS après un Bac ES ?

Près d’un bachelier ES sur cinq opte pour une formation courte de deux ans après l’obtention de son premier diplôme. BTS ou DUT, la liste est longue et il est parfois difficile pour les futurs bacheliers de s’orienter dès le mois de janvier. Décliné en plus de 100 spécialités, le BTS se prépare dans près de 2 000 lycées publics ou privés. Difficile donc d’en dresser une liste exhaustive ! Nous vous proposons tout de même un tour d’horizon des possibilités qui s’offrent à vous après un Bac Economique et Social. 

Après un bac ES, l’orientation vers un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) est la garantie d’une formation professionnelle complète en 2 ans. Recrutant sur dossier, le BTS est une formation pluridisciplinaire qui séduit de plus en plus les jeunes étudiants. Elle associe cours théoriques, pratique professionnelle et stage de terrain. Une fois diplômés à Bac+2, deux choix s’offrent aux étudiants : entrer dans la vie active ou poursuivre leurs études.

Aujourd’hui, près de 11% des bacheliers ES préparent un BTS, en lycée ou en école, souvent dans le domaine des services. Les spécialités adaptées au BAC ES sont nombreuses et variées. En voici les principales : 

L’assurance et la banque 

Le BTS assurance permet d’exercer notamment dans les sociétés d’assurance, les agences ou encore les banques proposant ce type de produit. En préparant aux dimensions relationnelles et commerciales de la profession, les étudiants peuvent très rapidement rejoindre le marché du travail. Le BTS banque forme des chargés de clientèle pour les établissements bancaires ou financiers. La formation propose deux spécialités : le marché des particuliers ou encore celui des professionnels. 

Le commerce international

Nombreux sont les étudiants souhaitant travailler dans le commerce international, mais il n’est pas toujours possible d’intégrer une école spécialisée. Le BTS Commerce International est alors une bonne alternative, offrant la possibilité aux jeunes diplômés de s’insérer très rapidement dans le milieu professionnel avec comme bagage des acquis fondamentaux telle que la maitrise de plusieurs langues étrangères. 

La communication

Les possibilités de métiers sont nombreuses lorsque l’on prépare un BTS communication. En agence de communication ou de publicité, en entreprise ou au sein d’un organisme privé, le titulaire du diplôme peut devenir chargé de communication, mais peut aussi exercer des fonctions commerciales et administratives. Les professions d’attaché de presse, mais aussi d’autres fonctions plus créatives s’offrent aux jeunes diplômés.

L’économie sociale et familiale

Expert dans le domaine de la vie quotidienne, le technicien en économie sociale et familiale aide les personnes en difficultés, que ce soient des familles, des personnes âgées ou en situation de handicap ou encore des jeunes. Il a un rôle de conseiller et d’accompagnateur, c’est pourquoi la formation propose un enseignement très large notamment sur la psychologie et les sciences appliquées. Il existe par exemple les BTS ESF ou le BTS SP3S.

Le notariat

Former des collaborateurs polyvalents au sein de structures notariales est l’objectif du BTS Notoriat. On y apprend notamment la rédaction d’acte concernant la famille, les activités immobilières et la fonction d’attaché de direction.

Les professions immobilières

Ils sont plus de 300 000 à travailler dans le secteur de l’immobilier. Au sein d’une agence immobilière ou à son compte, le titulaire du BTS administre des biens immobiliers pour le compte de propriétaires privés ou institutionnels. Le BTS Immo est souvent proposé en alternance avec pour matières principales les techniques immobilières, la gestion et le droit.

Si le BTS s’obtient toujours par un examen final au terme des deux années d’études, il peut se préparer de différentes manières. Les plus prisées par les étudiants restent néanmoins la voie scolaire classique dans un lycée ou un établissement d’enseignement privé, ou encore en alternance, permettant d’utiliser en direct les connaissances acquises lors de la formation. Si l’objectif premier d’une formation courte comme celle du BTS est de s’insérer rapidement dans le monde du travail, de plus en plus d’étudiants décident de poursuivre leurs études.

Témoignage

Trois questions à Marie, diplômée d’un Master 2 en Communication numérique

Pourquoi avoir choisi de faire un BTS Communication après ton Bac ES?
C’est un peu par hasard que je me suis tout d’abord tournée vers un BTS. Pendant ma Terminale, je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire plus tard. J’ai regardé toutes les formations que je pouvais faire après un Bac ES, en dehors de la Fac et des Écoles de Commerce. Le BTS était un système qui me convenait bien plus que la fac, notamment par l’encadrement qui y est proposé. D’une façon plus globale, les cours du BTS communication semblaient vraiment intéressants.

Quel était selon toi le point essentiel de cette formation?
Le point essentiel du BTS est la connaissance du monde professionnel. Au-delà des deux stages qu’on a à faire pendant la formation, on travaille toute l’année pour des entreprises, on a une matinée dans la semaine dédiée à cela. Ensuite du côté des cours, bien sûr qu’il y a toujours une part théorique avec de l’économie, du droit, permettant de se créer un véritable bagage de connaissance. De la stratégie de communication, à la création visuelle en passant par la rédaction, chaque cours a un objectif précis qui nous permet, une fois arrivé en stage, de maîtriser les missions qui nous sont données.

As-tu décidé de poursuivre tes études? Si oui, quelles poursuites d’études se sont ouvertes à toi?
Après l’obtention de mon BTS, j’avais le choix entre intégrer une école ou suivre un cursus universitaire à la fac. J’ai tenté un concours, mais les cours et masters proposés dans les universités me plaisaient davantage. J’ai donc suivi une année de licence en Sciences de l’Information et Communication puis un Master en Communication numérique, conduite de projets et veille stratégique.

Retour en haut de page