Un appel à projet pour la création d’Universités européennes

La Commission européenne a lancé un appel à projet le 24 octobre 2018 en faveur de la création d’Universités européennes. Une initiative saluée par le gouvernement français et qui devrait accentuer encore la mobilité internationale des étudiants, déjà favorisée par le programme Erasmus.

Frédérique Vidal l’a affirmé dans un communiqué en date du 24 octobre 2018 : « La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation salue le lancement, par la Commission européenne, de l’appel à propositions “Universités européennes”. Cet appel à projets répond à une ambition déjà évoquée par Emmanuel Macron lors d’un discours en septembre 2017. L’objectif ? Renforcer la cohésion et la coopération entre les différents pays d’Europe au niveau de l’enseignement supérieur, et permettre aux étudiants de bénéficier d’une mobilité accrue, déjà permise par le plébiscité programme Erasmus.

L’appel à candidatures de la Commission européenne a été lancé auprès d’universités, d’organismes de jeunesse ou de centres de formation divers. Ces derniers doivent se manifester pour la rentrée 2019, afin de proposer la création des fameuses Universités européennes. Plus concrètement, cela correspond au rassemblement de trois établissements de l’enseignement supérieur distincts, provenant de trois pays différents : ils créeront ainsi un réseau fondé sur “un très fort niveau d’intégration en matière de cursus, d’outils, et de diplômes et de capacité de recherche” selon le communiqué du ministère. Une façon donc d’unir les forces et les particularismes au-delà des frontières, pour que les étudiants puissent bénéficier du multiculturalisme et des richesses de l’échange à l’étranger au sein d’un établissement dédié.

Au total, ce sont six Universités européennes qui devraient être créées à l’issue de ce premier appel d’offres. Cela correspond à un budget de 30 millions d’euros annoncé par la Commission européenne. La France n’est pas en reste au niveau du soutien financier, puisque ce dernier va s’élever à minimum 100 millions d’euros sur 10 ans pour la constitution de ces projets.

La création d’Universités européenne pourra être un vecteur d’attractivité pour les établissements européens à échelle mondiale, mais pas seulement. Ce projet a aussi pour objectif de “renforcer l’identité européenne” et permettre à chaque étudiant de se construire de façon internationalisée, à l’heure où les populismes et les replis identitaires ne font que se renforcer.

Amandine Martinet