Cours en ligne : des étudiants peu assidus

Lecture

Une récente étude apporte des chiffres quelque peu décevants quant à l'attractivité et l'efficacité des MOOC, les cours en ligne qui devaient révolutionner l'accès à l'enseignement supérieur pour les jeunes : ces derniers sont en effet peu nombreux à suivre ces enseignements sur la durée.

Les cours en ligne appelés MOOC sont apparus au début des années 2000 et se sont présentés comme une petite révolution dans la façon d’apprendre et dans l’accès à l’enseignement supérieur. Une idée à reconsidérer au regard d’une enquête parue en janvier 2019.

Qu’est-ce qu’un MOOC ?

MOOC est l’acronyme de Massiv Open Online Course. Il s’agit de cours en ligne, proposés gratuitement par des établissements de l’enseignement supérieur. Le postulat de base est donc de permettre à tous les publics de pouvoir avoir un libre accès à des informations sur un sujet donné : il suffit de s’inscrire sur une des plateformes de MOOCs sur internet, puis de commencer à suivre les cours.

Il existe une multitude de disciplines et filières disponibles en MOOC. La plupart seront en anglais, mais de plus en plus de cours en ligne sont proposés en français. Il est possible de choisir de suivre un MOOC dans le but de découvrir une nouvelle matière pour se reconvertir professionnellement ou par simple curiosité, ou bien pour se perfectionner dans son domaine de prédilection, par exemple.

À savoir que les MOOCs ne délivrent pas de diplôme à ceux qui les suivent. Les cours se présentent sous forme de plusieurs vidéos d’une dizaine de minutes, postées chaque semaine sur les plateformes en ligne. Si vous comptez suivre un MOOC, sachez que leur durée totale est variable. L’enseignement peut s’étendre de un à six mois, à raison de plusieurs heures de travail par semaine. Il s’agit donc d’un véritable engagement d’attention et de temps, si vous comptez suivre ces cours en ligne.

Un succès en demi-teinte

Voilà peut-être qui explique les chiffres obtenus par Justin Reich et José A. Ruipérez-Valiente. Ces deux chercheurs du Laboratoire des systèmes d’enseignement du Massachusetts Institute of Technology on publié en janvier 2019 dans la revue Science une étude couvrant 12,6 millions d’inscriptions à des MOOCs, sur six ans (de 2012 à 2018). L’enquête, « The MOOC Pivot », démontre le peu d’assiduité des étudiants à l’égard des cours en ligne.

En effet, sur l’ensemble des inscrits, seuls 6 % sont allés au bout de leur formation sur l’année scolaire 2013-2014. Et ce taux n’est pas en passe d’augmenter, bien au contraire, puisqu’il est tombé à 3,13 % en 2018. On comprend donc le faible engagement que suscitent les MOOC dans les faits. Autre preuve de ce manque d’assiduité, le fait que les jeunes sont peu à être toujours inscrits sur la plateforme un an après leur arrivée : parmi 1,1 million d’étudiants inscrits pour la première fois en 2015-2016, seuls 12 % l’étaient à nouveau l’année d’après.

Aussi, il convient de considérer avec prudence ce qui avait été annoncé comme une véritable révolution dans l’accès à l’enseignement et la façon d’apprendre : si les MOOC sont en effet une opportunité intéressante pour qui souhaite s’instruire gratuitement et librement grâce aux nouvelles technologies, le système mis en place ne semble pas être au point pour susciter la fidélité de la cible jeune. Peut-être faut-il alors se poser la question des modalités des cours en ligne pour mieux les adapter aux attentes sans cesse changeantes des étudiants.

Amandine Martinet

Partager