Audioprothésiste : Comment se lancer après son diplôme en poche ?

Lecture

Vous venez tout juste d’obtenir votre diplôme d’audioprothésiste ? Vous vous demandez maintenant comment vous y prendre pour entrer dans la vie active ? Diplomeo vous donne quelques conseils pour démarrer du bon pied !

Les professionnels de l’audioprothèse sont rares sur le territoire national. Et pourtant, les défaillances auditives concernent entre 6% et 10% de Français et seulement un tiers d’entre eux bénéficient d’un appareillage adapté. Dans l’Hexagone, on compte au total plus de 3600 audioprothésistes, dont un certain nombre sont à leur compte. Pour ceux qui ne travaillent pas en libéral, ils exercent leur métier dans des structures telles que les hôpitaux ou les laboratoires. Auparavant peu exigeant, ce métier est devenu de plus en plus pointu à mesure que les nouvelles technologies se développent. À ce jour, les 30 écoles qui permettent de se former à la profession sont très sélectives et recrutent peu d’élus, elles seules délivrent un diplôme d’État pour devenir audioprothésiste. Mais que faire après avoir étudié trois ans dans ces établissements ? S’installer en libéral ou travailler pour différentes structures de santé ? Découvrez ce qu’il faut savoir après avoir terminé ses études dans le domaine.

Quelle succursale intégrer après un diplôme d’audioprothésiste ?

Vous êtes fraîchement diplômé et vous êtes prêt à offrir vos services à une structure ? Pas d’inquiétude : les audioprothésistes, jeunes ou moins jeunes, ne connaissent pas le chômage ! Si vous souhaitez devenir salarié, vous pouvez notamment vous tourner vers des cabinets indépendants, dans des réseaux mutualistes ou encore chez des succursalistes.

En début de carrière, vous pourrez alors espérer gagner plus de 2000 euros nets par mois, sans compter la majoration des primes d’intéressement liées aux ventes.

Comment ouvrir son cabinet d’audioprothésiste ?

Si vous avez l’âme entrepreneuse et ne souhaitez pas rester salarié, lancez-vous et ouvrez votre propre centre auditif ! Pour répondre à la demande croissante - le nombre d’appareils délivrés augmente de plus de 5% par an -  les audioprothésistes qui travaillent à leur compte sont de plus en plus nombreux.

Pour monter votre cabinet, il faudra cependant faire attention à chaque étape. Vous devrez d’abord choisir le bon statut juridique. Autoentrepreneuriat, entreprise individuelle, SELARL, SELAS : il faudra faire votre choix en prenant en compte les avantages et inconvénients de chaque statut. Deuxième étape : comme pour toute entreprise, il sera nécessaire d’établir un business plan pour évaluer la viabilité de votre projet et mesurer les coûts éventuels de l’ouverture de votre cabinet. Selon la taille, la situation géographique de ce dernier, mais aussi le matériel d’installation à prévoir, le coût pourra beaucoup varier. Pensez donc à solliciter des aides auprès de différents organismes (État, ACCRE, Pôle Emploi, etc.). Autre astuce : si vous ne disposez pas d’un soutien financier suffisant, n’hésitez pas à vous installer avec d’autres audioprothésistes débutants, car ouvrir son propre un cabinet nécessite de débourser jusqu’à 30 000 euros.

Une fois installé, votre rémunération variera selon plusieurs facteurs, notamment votre lieu d’implantation et votre réputation locale. Vous pourrez être rémunéré jusqu’à 5000 euros net par mois : une gratification bien plus élevée que pour un audioprothésiste salarié, mais qui est compensée par un investissement conséquent au départ.

Entrée sur le marché du travail : le témoignage d’Elie

Vous vous demandez quel est le quotidien d’un audioprothésiste débutant ? Elie Baranes, responsable du magasin Idéal Audition à Chelles, a accepté de nous livrer son témoignage :

« À 28 ans et 3 ans seulement après avoir eu mon diplôme d’audioprothésiste, je suis responsable d’une franchise, confie-t-il fièrement. Ce qui m’a séduit chez Idéal Audition, c’est le service proposé aux patients : des prix attractifs sur les meilleures marques d’appareils de dernières générations. Nous sommes dans un métier ou l’accompagnement est très important. Il faut installer une relation de confiance, car nous allons suivre le patient pendant plusieurs années. Chez Idéal Audition, il y a une vraie expertise et les audioprothésistes sont très à l’écoute de leurs patients. Il y a une fierté à trouver la solution adaptée au patient : lorsqu’il revient vous voir pour vous confier que son appareil auditif lui a changé la vie, qu’il s’entend mieux avec sa femme parce qu’il a baissé le son de la télé et qu’il parle moins fort, cela fait vraiment plaisir. »

Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer comme Elie ?

La rédaction

Partager