Que faire après un CAP fleuriste ?

Jonquilles, ficus, orchidées, roses, tulipes, lys, yucca : plantes et fleurs n’ont plus de secret pour vous. Désormais titulaire d’un CAP fleuriste, découvrez les différents parcours qui s’offrent à vous.

Passionné d’arts floraux, vous avez choisi d’effectuer un CAP fleuriste. À présent, vous voilà diplômé. Si vous hésitez encore quant au chemin que vous allez prochainement emprunter, voici un article qui vous présente le bouquet de possibilités qui s’offrent à vous.

Poursuivre vos études de fleuriste

Qui a dit qu’après un CAP, on dit au revoir aux études ? Si le coupable reste inconnu, nous sommes heureux de vous annoncer que bien heureusement, vous pouvez poursuivre votre scolarité suite à un CAP fleuriste. Et ce, jusqu’en bac+2 !

Le brevet professionnel fleuriste (BP) : niveau bac

Le brevet professionnel fleuriste est une formation qui s’intègre à la suite du CAP fleuristerie. Elle dure un an et se déroule en CFA (centre de formation d’apprentis). La plupart du temps, le BP fleuriste s’effectue en alternance. Ainsi, vous pouvez acquérir régulièrement de l’expérience professionnelle. C’est d’autant plus intéressant que les métiers des arts floraux sont avant tout manuels !

Durant cette formation, vous approfondirez vos connaissances en composition florale et entretien des végétaux, mais également en gestion de commerce et de clientèle.

Le brevet technique des métiers fleuristerie (BTM) : niveau bac

Plus rare que le BP, le BTM floral est une formation qui se déroule également en CFA. Au niveau des aptitudes que vous acquerrez dans cette formation qui dure un an, elles sont sensiblement les mêmes qu’en brevet professionnel : créations florales, entretien des plantes, gestion des stocks, conseil de la clientèle, administration, relation avec les fournisseurs, etc.

Toutefois, le BTM fleuriste offre une possibilité supplémentaire : vous pourrez vous présenter au concours du meilleur ouvrier de France. Si vous aimez le challenge, foncez ! Remporter ce titre est un excellent booster de carrière.

Le bac pro technicien conseil, parcours vente de produits de jardin : niveau bac

Le baccalauréat professionnel jardinerie se réalise en deux ans après le CAP fleuriste. Spécialiste de la vente, le titulaire de ce bac pro est à même de conseiller les clients, d’assurer la vente mais aussi l’encadrement d’une équipe de vendeurs de plantes et produits de jardinage.

Comme on le fait dans une grande surface, le conseiller technique en produits de jardin réceptionne les produits, les met en rayon et les étiquette. Durant cette formation, 22 semaines sont allouées à l’apprentissage en entreprise.

Le brevet de maîtrise fleuriste (BM) : niveau bac+2

Également dispensé en CFA, le BM fleuriste est le seul parcours dans ce domaine à délivrer un bac+2. En plus d’apporter de l’expertise sur les végétaux, ce diplôme proposé par la Chambre des métiers et de l’artisanat permet d’obtenir le rang de chef d’entreprise artisanale.

L’enseignement qui y est dispensé est d’ailleurs fortement axé sur les compétences de gérance d’établissement floral : gestion, administration, économie, vente et négociation et conseil clientèle sont les principales matières.

Pour entrer dans un BM floral, il vous faudra vous renseigner directement auprès de l’établissement que vous convoitez, car les modes de recrutement varient d’un CFA à l’autre : CAP requis, validation du bac pro obligatoire, etc.

Trouvez la bonne formation en Art floral

Commencer à travailler dans l’art floral

Si vous souhaitez commencer à travailler dès l’obtention de votre CAP, cela est également possible. En effet, cette formation professionnalisante apporte toutes les connaissances nécessaires pour évoluer en tant que salarié dans divers types de structures :

  • Chez un fleuriste indépendant
  • Chez un fleuriste franchisé
  • En pépinière
  • En grande surface
  • En commerce de produits de jardin (jardinerie)

Au début de votre carrière de fleuriste, vous pourrez prétendre à un salaire proche du SMIC. Au fil du temps, et de vos expériences, vous pourrez « prendre du galon » : devenir responsable de rayon, vendeur spécialisé, ou encore conseiller technique.

Enfin, vous pourrez reprendre un fonds de commerce ou donner naissance à votre propre magasin de fleurs : pour savoir comment vous y prendre, rendez-vous dans le paragraphe suivant !

Ouvrir votre commerce de produits floraux

Être salarié c’est bien, mais être le patron d’une enseigne florale, n’est-ce pas mieux ? Vous seul pouvez répondre à cette question. Pour vous aider, sachez que diriger un commerce a ses avantages et ses inconvénients :

  • Grande liberté d’action
  • Pas de contraintes liées à la hiérarchie
  • Possibilité d’avoir la boutique de vos rêves
  • Savoir prendre des risques
  • Être autonome
  • Être rigoureux
  • Avoir l’âme d’un meneur
  • Assumer de grandes responsabilités
  • Posséder des compétences entrepreneuriales
  • Construire un réseau de clients
  • Être bon négociant et commercial
  • Parfaitement connaître le marché floral

Pour pouvoir ouvrir votre propre boutique de fleurs, il vous faudra passer obligatoirement par le BP fleuriste ou le BTM fleuriste.

Ensuite, les étapes seront simples : la profession de fleuriste n’est que très peu réglementée. Il suffit de s’inscrire au Répertoire des métiers, et au Registre du commerce. Et enfin, trouver votre local où vous pourrez stocker les produits, entretenir les plantes, recevoir la clientèle, et exposer vos plus belles compositions.

Environ 75 % des fleuristes salariés deviennent, au bout de quelques années d’activité, leur propre patron. En ferez-vous partie ?

Anaïs Duval