Bruno Neil : « Notre raison de vivre, c’est la réussite des étudiants »

Bruno Neil, Directeur Général de l’ISC Paris présente les forces de son école : des formations complètes et hybrides, pour une bonne insertion professionnelle des étudiants, dans un monde en constante évolution.

Bruno Neil, Directeur Général de l'ISC Paris

La force de l’ISC Paris ?

La vraie force de l’ISC Parisc’est la pédagogie par l’action. L’ISC Paris l’a inventée il y a une cinquantaine d’années, elle est pionnière dans le learning by doing. Les étudiants doivent être impliqués dans un certain nombre de cas et de travaux, mais surtout dans les entreprises étudiantes : c’est l’ADN de notre école. L’ensemble des étudiants s’investissent dans des projets associatifs ; à l’ISC, il y en a plus de 200.

Qu’est-ce qui différencie les diplômés de l’ISC Paris ?

La vraie différence de notre formation par rapport aux autres écoles de commerce, c’est l’implication des élèves dans l’ensemble des entreprises étudiantes. Ils doivent mener des projets (marketing, finances), savoir gérer des budgets. Jusqu’à la création d’entreprise, ils sont suivis et accompagnés. C’est pour nous une vraie différence : ce sont des étudiants qui s’adaptent et qui sont formés à penser autrement.

L’ISC Paris, une aide pour la création d’entreprise ?

Tous nos étudiants sont impliqués dans les projets associatifs et l’entrepreneuriat. Nous avons installé, il y a deux ans, un incubateur dans le but d’aider la création d’entreprise. Cet incubateur reste ouvert à d’autres étudiants et à d’autres écoles. On forme des étudiants à entreprendre, à créer, à innover et à être audacieux dans un monde de plus en plus compliqué.

Des conseils pour réussir le concours de l’ISC Paris ?

Les conseils que je peux prodiguer à l’ensemble des étudiants qui vont passer les concours de l’ISC, et en particulier les oraux, c’est d’être vous-même. « Être soi-même », cela veut dire parler de ses projets personnels et pas nécessairement d’un projet professionnel qui est encore loin d’être abouti. À l’école, on s’intéresse à vos passions, à vos activités parascolaires, à ce qui vous anime dans votre vie. C’est vous qui nous intéressez, votre spontanéité, votre antériorité et vos activités qui vont nous permettre de savoir si nous pourrons passer un bout de temps ensemble à l’ISC Paris.

Quelles sont les dernières nouveautés de l’ISC Paris ?

À mon arrivée, il y a deux ans, le plan stratégique était de développer l’internationall’expatriation, les doubles-diplômes, les parcours à l’étranger, etc. Tout cela a été mis en place : davantage d’étudiants sont partis en expatriation puisque l’anglais est aujourd’hui un outil de travail, au même titre que le français. Par ailleurs, notre plan stratégique était aussi l’innovation pédagogique : penser un nouveau modèle pour accompagner les étudiants dans leur réussite. Nous amenons les étudiants à penser autrement, à se former autrement et je dirais même à apprendre autrement.

L’alternance à l’ISC Paris ?

L’alternance est de plus en plus une voie d’excellence que nous souhaitons mettre en exergue. Nous lançons 40 places en alternance sous la forme de contrats de professionnalisation avec une ouverture à la rentrée de « l’ISC alternance »

L’insertion professionnelle à l’ISC Paris ?

L’insertion professionnelle est excellente. Elle est très bonne pour l’ensemble des écoles de commerce de la CGE, mais nous sommes au-dessus de la moyenne des grandes écoles en termes d’insertion et d’employabilité. Cela est dû à de nombreuses raisons : d’abord, nous sommes à Paris et ensuite, parce que les étudiants sont impliqués dans le tissu industriel. Un tissu construit par l’ISC Paris, par le réseau des anciens, par l’ensemble des partenariats. Tous ces atouts qui entourent l’ISC Paris favorisent l’excellente insertion professionnelle : 85 % de nos étudiants trouvent un emploi dans les 3 à 4 mois qui suivent la remise de leur diplôme. On peut également citer le chiffre de 92 % en moins de 6 mois.

Les objectifs de l’ISC Paris ?

Les objectifs sont, évidemment, de toujours améliorer l’employabilité : nous y travaillons avec le service relations entreprises, pour favoriser, dans une conjoncture difficile, l’insertion de l’ensemble de nos étudiants.

La formation de l’ISC Paris, la capacité à être entrainé dans la pédagogie par l’action et à réaliser un certain nombre de stages et de projets, font que les étudiants tissent un ensemble de réseaux, qui leur permettent de basculer sur le marché de l’emploi rapidement et facilement.

L’ambiance au sein de l’ISC Paris ?

La vie de l’étudiant est importante à l’ISC Paris : nous avons des campus qui favorisent le travail, mais aussi l’épanouissement. Nous souhaitons que les étudiants travaillent, mais aussi s’amusent grâce à un grand nombre d’associations, au bureau des élèves, aux activités sportives et théâtrales. Nous organisons aussi beaucoup de soirées qui concernent l’ISC Paris et sa communauté d’étudiants. Nous avons des campus et notamment un établissement de 3000 m2 entièrement consacré à la vie associative. L’ISC Paris est l’une des rares écoles, voire la seule, à dédier autant d’espaces à la vie associative.

Quels débouchés après l’ISC Paris ?

Les diplômés de l’école s’orientent vers de nombreux métiers, nous leur donnons une formation très complète. On peut noter le développement du secteur du marketing digital, mais aussi celui du marketing international, de la finance d’entreprise et de l’audit gestion. Ce sont des secteurs clefs à l’ISC Paris.

Quels sont les projets en cours de l’ISC Paris ?

Nos projets sont de continuer à créer de nouveaux programmes adaptés au marché de l’emploi. Nous lançons une filière de marketing, de la cosmétique et du parfum. Nous créons un parcours en double-diplôme avec une école d’ingénieurs. Notre stratégie est véritablement d’offrir des parcours hybrides pour que les étudiants puissent avoir une formation complète et polyvalente.

La raison de vivre de l’ISC Paris ?

L’objectif de notre école est bien évidemment de monter dans les classements, mais ce n’est pas la raison de vivre de l’ISC. Notre raison de vivre, c’est la réussite des étudiants. Il faut que notre école puisse continuer à construire des partenariats avec des entreprises pour développer l’alternance.

Le mot de la fin ?

C’est l’école du learning by doing, l’école où l’on pense autrement, où l’on fait autrement, où l’on apprend autrement.

Retour en haut de page