Découvrez toutes les différences entre la France et le Maroc !

Désert, plages paradisiaques, mets gastronomiques, grandes villes… Le Maroc est un pays aux multiples facettes qui séduit de plus en plus d'étudiants internationaux. Découvrez tout sur les études supérieures au Maroc, les différences et similitudes avec la France !

Crédit Diplomeo

Vous rêvez d’étudier au soleil et de profiter de votre vie étudiante sans dépenser énormément ? Le Maroc est un pays avec une culture riche possédant une large palette de formations. Chaque année, de plus en plus d’étudiants sont séduits par celui-ci et décident d’y poursuivre leur cursus universitaire. 

L’enseignement supérieur marocain

Entre tourisme, ingénierie, sciences ou art, les possibilités pour se former au Maroc sont très nombreuses. 

Les établissements

23 universités sont dispersées dans les 10 plus grandes villes du Maroc contre 75 en France. Certaines ont le statut d’universités internationales et dispensent des programmes du niveau bac à bac+5 comme en France. En effet, le système marocain est très similaire à l’enseignement supérieur français avec des licences et des masters.

De plus, le Maroc a 2 langues officielles, l’arabe et le berbère, mais beaucoup de formations sont offertes en français, la 3e langue la plus parlée dans le pays. Certaines universités dispensent aussi des Bachelors en anglais.

Quelques universités sont privées, avec des frais de scolarité plus élevés. Toutefois, elles sont reconnues par l’État et de nombreuses possibilités comme en France permettent de les payer telles que les prêts et les bourses.

Outre les établissements universitaires, il est possible de se focaliser sur un domaine comme en France dans des écoles spécialisées. Par exemple, des écoles de commerce sont présentes sur le territoire marocain. Certaines sont publiques et nationales comme les ENCG (Écoles Nationales de Commerce et Gestion) ou le groupe ISCAE.

L’ingénierie est également très développée au pays du couchant lointain. Des écoles d’ingénieurs se trouvent principalement dans la capitale, Rabat et le centre économique, Casablanca. Comme en France, il est possible d’intégrer ces établissements très sélectifs, souvent après une classe préparatoire, pour s’orienter vers les sciences appliquées, l’agronomie, l’agriculture et la médecine, mais aussi les arts et l’audiovisuel.

Les filières

Tout comme en France, les universités et les établissements spécialisés marocains proposent des diplômes axés sur un secteur. Des facultés en sciences, en lettres, en droit, comptabilité, management sont récurrentes dans les écoles de l’enseignement supérieur. Cependant, certaines filières se sont développées avec plus d’importance.

Par exemple, le Maroc étant un pays touristique, de nombreux programmes sont dédiés à ce secteur ainsi qu’à l’hôtellerie. L’agriculture étant également très développée, il existe des instituts agronomiques et une école nationale d’agriculture où se former.

Le rythme scolaire

Pour les vacances et la notation, l’enseignement supérieur marocain demeure très proche du système français.

Le calendrier

À l’instar des élèves français, les étudiants marocains étudient de septembre à juin. Des vacances d’hiver, de printemps et à la fin de l’automne permettent aux étudiants de faire une pause dans leur cursus. En revanche, elles ne commencent pas aux mêmes dates qu’en France.

Par ailleurs, le Maroc étant un pays musulman, mais aussi une monarchie constitutionnelle, les fêtes religieuses et autres célébrations sont différentes. Bien que les deux pays célèbrent le jour de l’An du calendrier grégorien et la fête du Travail, les élèves marocains ont le temps de souffler et de faire la fête pendant la Marche Verte, célébrant une marche pacifique afin de récupérer le territoire du Sahara. Les Marocains commémorent également l’Indépendance et consacrent plusieurs jours de l’année à l’Aïd.

Les cours et examens

Entre contrôle continu et examens à la fin de l’année, notamment le baccalauréat au lycée et des partiels à l’université, l’année scolaire est rythmée par les tests tout comme en France. La notation est également sur 20.

Pour le bac international, les épreuves sont en majorité en arabe et demeurent similaires au baccalauréat français avec des tests en histoire, sciences, philosophie. Les étudiants doivent aussi réviser pour passer l’examen en éducation islamique.

L’accès aux études

Comme les étudiants français, les Marocains sont de plus en plus nombreux à s’orienter dans l’enseignement supérieur et la sélection devient plus rigoureuse chaque année.

L’inscription

Il n’existe pas de version marocaine de Parcoursup. Les étudiants envoient leur dossier de candidature à chaque université les intéressant. Ce sont les résultats scolaires et les appréciations qui influencent la sélection.

En revanche, si vous êtes un étudiant français souhaitant effectuer vos études au Maroc, il est obligatoire de passer par l’AMCI, l’Agence Marocaine de Coopération Internationale. Il sera également nécessaire d’obtenir un visa pour rester plus de 3 mois au Maroc.

Les bourses

C’est la situation financière, le mérite social, qui détermine l’obtention d’une bourse au Maroc ou non, à l’instar du CROUS en France. Les étudiants reçoivent jusqu’à 650 dirhams par trimestre, soit 59 euros lorsqu’ils restent proches de leur lieu de résidence.

Lorsqu’ils choisissent la mobilité nationale, ils touchent 1300 dirhams soit environ 118 euros contre 555 euros par mois pour l’échelon le plus élevé en France. Il existe également des bourses d’excellence qui sont rares et très sélectives. À partir du master, il est possible de se voir décerner une bourse de recherche.

La vie étudiante

Le coût de la vie est moins élevé au Maroc ce qui permet d’avoir de nombreux avantages. 

Se loger au Maroc

Parmi les villes les plus chères au Maroc, on peut compter Tanger, Meknès et la capitale économique, Casablanca. Dans cette dernière, la location d’un studio revient environ à 460 euros, beaucoup moins qu’à Paris dont la fourchette peut se situer entre 600 euros et 1000 euros en moyenne.

Pour la capitale berbère, Agadir jumelée avec Nantes, un appartement coûte 221 euros par mois tandis que la cité des ducs propose des studios à 479 euros. Ainsi, le prix des logements peut varier selon les 12 régions marocaines, sachant que deux d’entre elles font partie du Sahara. Des villes s’y sont implantées, mais l’enseignement supérieur n’y est pas développé. Vous pourrez toutefois visiter Laayoune ou encore Dakhla, une ville récente qui se construit depuis quelques années entre sable et eaux turquoise.

Se déplacer en tant qu’étudiant

Les transports en commun ne sont pas toujours accessibles dans toutes les villes marocaines. Il existe une ligne de RER à Casablanca et à Rabat ainsi que le tramway. Les bus sont présents dans toutes les grandes villes, mais de nombreux Marocains possèdent leur propre véhicule ou préfèrent les taxis. Les prix changent selon les villes, mais les étudiants peuvent tout de même choisir cette option pour se déplacer, car elle coûte 0,54 euro en moyenne pour chaque kilomètre pour 1,88 euro en France.

Le budget pour faire la fête

Au Maroc, il est possible de profiter de sa vie étudiante pleinement sans avoir un gros budget. Le soir, il faudra compter 6,33 euros au Maroc 6 euros contre pour une bouteille de vin en France, mais il faudra débourser un peu plus pour déguster le vin local, le Sidi Brahim.

Après une soirée bien arrosée ou pour déguster les célèbres tajines, un couscous ou des mets sucrés comme les cornes de gazelles, le prix est tout petit ! En moyenne, dans un restaurant marocain, l’addition pourra être de seulement 2,71 euros pour un déjeuner alors qu’un plat en France coûtera 12 euros le midi.

La météo

Il existe plusieurs climats présents entre les différentes plaines. Il peut être très sec comme dans les plateaux intérieurs, méditerranéen sur la côte, mais aussi désertique dans le Massif de l’Atlas. Les températures varient donc, mais en général, il faut s’attendre à avoir chaud et remplir sa valise de vêtements légers ! En comparaison, Marseille, une des villes les plus chaudes en France, voit souvent le thermomètre afficher 30° en juillet alors qu’à Marrakech, les températures sont dignes d’une canicule avec 37° en juillet.

Janis Koparanian