Comment intégrer une licence professionnelle ?

Après un bac+2, beaucoup d’étudiants choisissent de poursuivre leurs études au lieu d’intégrer le marché du travail. Les diplômés de DUT ou de BTS par exemple, peuvent ont la possibilité d'intégrer une licence professionnelle. Quelles sont les conditions pour intégrer cette formation très convoitée ? Diplomeo vous donne tous les détails.

La licence pro : un tremplin vers l'emploi !

Déjà 16 ans que la licence professionnelle existe. Ce diplôme se prépare en un an, après avoir effectué au préalable deux ans d’études minimum. Reconnu par l’État, il a pour but d’améliorer les compétences et connaissances sur le métier visé ou alors d’acquérir une double expérience. Plus de 1800 licences professionnelles existent aujourd'hui, un chiffre qui peut paraître élevé mais qui se révèle insuffisant par rapport à la demande. En effet, beaucoup de jeunes diplômés décident d’approfondir leur expérience professionnelle au moyen d’une licence professionnelle avant de rejoindre le monde du travail. Focus sur les profils.

Trouvez votre licence professionnelle

Découvrez la liste des licences professionnelles

Intégrer une licence pro après un bac+2

Comment intégrer une licence pro après un DUT ou BTS(A) ?

Les diplômés d’un DUT (Diplôme Universitaire de Technologie) et de BTS ou BTSA (Brevet de Technicien Supérieur/Brevet de Technicien Supérieur Agricole) sont des profils idéaux pour la licence professionnelle. Ces cursus en deux ans ont pour but d’amener les futurs diplômés directement dans le monde du travail. Néanmoins, s’ils désirent continuer leurs études, la licence professionnelle est faite pour eux.

Marine Letort, par exemple, n’a trouvé qu’une seule licence professionnelle qui correspondait à son choix de métier : « J’ai fait un BTS commerce international. Je voulais devenir vendeuse/loueuse de bateaux, j’ai donc décidé de faire une licence pro nautisme et métiers de la plaisance.» Fabien Girard, 25 ans, est lui, d’abord, passé par un BTS assistant technique d’ingénieur : « J'ai fait une licence pro dans la qualité car j'ai découvert ça dans le cadre de mon BTS. Pour moi, c'est une approche plus intéressante. C'est un peu comme une longue leçon à restituer et appliquer dans le monde réel. »

La licence professionnelle leur permet donc de se spécialiser davantage et de prétendre à un poste fixe. Ces deux cursus représentent 85% des admis en licence pro : 40% viennent de DUT, 45% de BTS. Ce cursus est également conseillé pour les titulaires d’un DMA (Diplôme des Métiers d’Arts sur deux ans) ou d’un DTS (Diplôme de Technicien Supérieur, en 3 ans).

Comment intégrer une licence pro après un DEUST ?

Le DEUST (Diplôme d’Etudes Universitaires Scientifiques et Techniques) est déjà, à la base, une solution de réorientation. Oui, il est possible de rejoindre ce cursus seulement après un premier semestre de licence, DUT ou BTS. Le but, après 2 ans de DEUST, est d’insérer le nouveau diplômé directement dans la vie active sans passer par la case études supplémentaires. Mais rien ne l’empêche de poursuivre ses études par la suite pour se spécialiser davantage. La licence professionnelle est alors le diplôme le plus adapté au parcours.

Comment intégrer une licence pro après une licence 2 ou un bachelor ?

Ceux qui ont une deuxième année de licence validée (120 crédits) ou une deuxième année de bachelor peuvent opter pour une licence professionnelle afin de se professionnaliser. Cela peut également permettre à l’étudiant d’aller vers une spécialisation qui lui plaît davantage. En effet, beaucoup de bacheliers vont à l’université pour faire des études mais sans vraiment savoir ce qu’ils désirent faire plus tard, contrairement à ceux qui optent pour les BTS ou DUT. Ils devront donc faire leur choix au plus tard en deuxième année s’ils veulent rejoindre une licence pro. Car ceux qui rejoignent ce cursus ont une idée bien précise du métier qu’ils veulent faire.

Comment reprendre ses études en licence pro ?

Envie de reconversion professionnelle ? D’une promotion ? D’avoir un plus dans son expérience ? La licence professionnelle peut être la bonne alternative. Pour cela, les salariés intéressés doivent obtenir un CIF (Congés Individuel de Formation), ou la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience).

Pour obtenir le CIF, le demandeur doit être en CDI, prouver qu’il a travaillé 2 ans, dont au moins 1 an dans l’entreprise dans laquelle il officie lors de sa demande. Après la licence professionnelle, le salarié pourra revenir dans l’entreprise, au même poste, le CIF ayant une validité maximale d’un an à temps plein. Grâce au CIF, le salarié peut se reconvertir professionnellement puisqu’il n’est pas nécessaire que la formation ait un lien avec son métier actuel.

Pour obtenir la VAE, c’est légèrement différent. En effet, contrairement au CIF, cette certification doit avoir un lien avec le métier du salarié demandeur. Et 3 ans d’expérience sont exigés pour prétendre à la VAE. La licence professionnelle pourra donc permettre au salarié diplômé de prétendre à une meilleure qualification ou, au mieux, à un meilleur poste.

Comment intégrer une licence professionnelle ?

Le recrutement, contrairement à ce que l’on pourrait penser, n’est pas aisé. Pour être admis en licence professionnelle, on examine, pour chaque dossier, le parcours, c'est-à-dire le diplôme et même les résultats. Une attention particulière est aussi accordée aux activités et, bien évidemment, aux stages. Un pas dans le métier visé est toujours apprécié. Oui, il faut avoir un dossier solide car les Licences Professionnelles sont beaucoup demandées et recherchées. Par ailleurs, elles sont un plus pour le monde du travail et la recherche d’emploi. En outre, ça rend bien sur un CV et les employeurs apprécient ces cursus spécialisés.

En plus du dossier, tout prétendant à une licence professionnelle devra passer par l’entretien de motivation. Non, il ne faut pas y aller les mains dans les poches et tout miser sur le charisme : tout entretien, ça se prépare, même pour une formation spécialisée ! Fabien Girard, aujourd’hui dans le service qualité et client de son entreprise, a eu plusieurs entretiens à passer avant d’être admis : « J’ai dû passer plusieurs tests et entretiens. Pendant l’un d’entre eux, on était 5 candidats et il y avait un examinateur. On devait se présenter et dire ce que l’on pensait à la fin des parcours des autres, tout en restant objectif. »

En outre, le candidat devra prouver sa motivation devant un jury et justifier de la cohérence de son choix. Néanmoins, il existe des exceptions. C’est le cas de Marine Letort, 21 ans, qui n’a pas eu à passer d’entretien : « Je suis allée aux journées portes ouvertes (JPO). J'ai expliqué mon projet au directeur de formation. Ça lui a plu ! Et étant donné que j'avais des notes correctes, ils m'ont acceptée. »

La licence pro : un tremplin vers l'emploi         

En tous les cas, il est rare que les étudiants regrettent d’avoir fait une licence professionnelle. Pour chacun, c’est un apport de compétences qui ne peut qu’être utile pour plus tard : « Grâce à ça, j'ai fait plein d'expériences variées qui m'ont apporté beaucoup de compétences. Aujourd'hui, je travaille dans un domaine légèrement différent, mais c'est un gros plus de rigueur dans mon travail », a déclaré Fabien Girard. Quant à Geoffrey Gourio, ancien étudiant en management du point de vente, il ne regrette pas non plus son choix : « Cela m’a permis de me différencier par rapport aux autres candidats, qui ont juste un BTS. C’est mieux aussi en termes de paie.» Bref, si vous voulez vous spécialiser dans un domaine et avoir plus qu’un bac+2, optez pour la licence professionnelle ! 

Retour en haut de page