Comment choisir sa classe prépa ?

La CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles) est la voie royale pour intégrer les Grandes Écoles. Pour ne pas perdre deux ans, il faut choisir la prépa qui vous correspond. Beaucoup d'élèves ne savent pas comment choisir, ou abandonnent en cours de route. Diplomeo vous livre ses plus précieux conseils pour choisir la bonne classe prépa.

lunettes et copie

Le nombre d’inscrits en classe préparatoire continue d’augmenter. Une bonne nouvelle pour les Grandes Écoles, qui recherchent l'excellence en termes d’étudiants. Entrer en classe prépa est choix réfléchi et difficile que les bacheliers prennent. Risqué même. La prépa va, comme son nom l’indique, vous préparer aux concours d’entrée des Grandes Écoles. C’est tout simplement une préparation aux concours. Une préparation intense. Pour réussir au mieux ces deux années de travail acharné, il faut donc trouver la prépa qui vous correspond. Selon plusieurs critères. Pour cela, Diplomeo vous livre ses plus précieux conseils pour ne pas vous tromper et bien vivre ces deux années de CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles).

Trouvez votre prépa en ligne

1. Quelle filière intégrer ?

Sachez qu’il existe trois grands types de prépas :

Vous allez donc, après le bac, devoir choisir entre ces trois catégories de prépa. Pour faire votre choix, plusieurs éléments sont à prendre en compte. Parmi eux, ce que vous voulez faire de votre vie. Inutile de faire des plans sur la comète et de dessiner tout votre parcours. L’important, c’est de savoir lequel des trois domaines vous intéresse le plus.

Les titulaires d’un bac s peuvent se diriger en prépa scientifique, économique et sociale ou littéraire. Les bacheliers ES peuvent se tourner naturellement vers une prépa éco, mais aussi en prépa lettres. Les bacheliers de la filière L, eux, ne peuvent aller qu’en prépa littéraire.

Les CPGE sont en grande majorité situées dans des établissements publics, les établissements privés représentant environ 17 % des effectifs. Enfin, les classes préparatoires aux grandes écoles ne sont pas réparties de façon uniforme sur le territoire. La ville de Paris concentre en effet à elle seule près d’un étudiant en CPGE sur cinq.

2. Être prêt à beaucoup travailler et être sous pression

On vous le répète depuis le début de votre lycée : la prépa n’est pas de tout repos. Au contraire, quelle que soit la filière, elle demande un rythme de travail soutenu, et un mental d’acier. Le programme, toutes filières confondues, est dense et intense. Vous devrez suivre, ne pas vous laisser déborder par les cours, les devoirs et travaux que l’ont va vous demander. Facile à dire… L’une des clés est de se préparer mentalement à deux années difficiles, où vous allez devoir vous donner à fond. Si vous n’êtes pas prêt à ce sacrifice, abandonnez l’idée d’une CPGE.

La pression est forte, mais une fois cette étape de deux ans franchie, vous aurez gagné en persévérance, en méthode travail et en volonté. Le reste de votre formation vous paraîtra bien plus agréable suite à ces deux années acharnées.

3. Réfléchir à son établissement

Pour faire une prépa, vous aurez le choix entre établissements privés et publics. Les établissements publics (qui représentent 83 % des prépas) sont gratuits quand, dans le privé, des frais de scolarité sont demandés. Parmi ces écoles, certaines sont sous contrat d’association et en adéquation avec les référentiels imposés par l’Éducation nationale. D’autres sont hors contrat, libres aussi bien au niveau du programme que du calendrier.

Renseignez-vous sur toutes les écoles et lycées qui proposent des formations préparatoires. Si les programmes sont globalement les mêmes, vous pourrez trouver des différences, notamment au niveau des réputations des établissements. Quelques classements des CPGE existent pour vous aider à définir les établissements dans lesquels vous allez postuler.

Il est vivement conseillé de se rendre aux salons ou JPO (journée portes ouvertes) pour voir les lieux, l’ambiance, discuter avec des internes ou le corps professoral.

4. Envisager la suite

Avant de vous lancer dans une classe prépa et d’envoyer vos candidatures, via Parcoursup ou hors Parcoursup, vous devrez réfléchir au but de votre passage par une CPGE. Prenez le temps de présélectionner des écoles de commerce, d’ingénieurs, de management ou encore de biologie qui vous intéressent et qui sont envisageables selon votre niveau et celui de la prépa. La prépa n’est pas un projet en soi, c’est une étape de votre cursus.

5. Une prépa, vraiment utile pour votre projet ?

Dans la même veine du précédent conseil, il faut donc vous demander si le passage par une prépa est vraiment utile. Informez-vous précisement sur les débouchés que vous visez (à court ou moyen terme). Et surtout, suivez votre ressenti. C’est vous qui allez passer deux ans à bachoter. Pas votre papa, ni vos professeurs. Ce donc un choix personnel. Suivez vos envies, et si celles-ci impliquent des concours ou admissions sans prépas, ne perdez pas deux années. Même si ces sont des années très formatrices, vous n’aurez pas d’intérêt à passer par une prépa pour certains projets. Pour vous lancer dans un BTS commerce international : inutile. Pour vous lancer dans un PGE (programme grande école) à HEC : indispensable. Là encore, renseignez-vous sur les établissements et leurs critères de recrutement.

Trouvez votre prépa en ligne

Vidéo : la prépa, ce n’est pas si horrible que ça

Ça y est, j’ai dit toutes les horribilités possibles sur la prépa. Si après avoir lu cet article vous êtes encore motivé, alors la prépa est taillée pour vous. Foncez !

Pour les autres, voici un petit témoignage qui devrait vous rassurer. Un petit peu, je l’espère.

Soizic Meur