« L’international fait partie de l’ADN de l’INSEEC »

Des milliers d’anciens élèves de l’INSEEC ont eu l’opportunité d’étudier à l’étranger. En plus des nombreux partenariats avec des universités situées aux quatre coins de la planète, l’INSEEC dispose également de ses propres campus à l’étranger. Londres, Chicago ou encore Monaco, les futurs étudiants de la grande Business School française auront bientôt la chance d’étudier à Genève et San Francisco.

Peu d’écoles peuvent se vanter d’avoir leurs propres campus à l’étranger. C’est pourtant le cas de l’INSEEC Grande École ! Présente dans trois villes de France, Paris, Bordeaux et Chambéry, elle dispose également de ses propres campus à Chicago, Londres et Monaco. Dans un entretien exclusif, Jacques Chaniol, le nouveau directeur de l’INSEEC Grande École, nous a parlé des futurs projets de l’école. Parmi eux, deux nouveaux campus à l’étranger devraient voir le jour : Genève et San Francisco. Une nouvelle qui s’inscrit parfaitement dans la stratégie du groupe : faire de l’international une priorité.

« Il y a dans l’ADN de l’INSEEC, l’aspect international. Les projets qui accompagnent cette nouvelle direction sont nombreux. On souhaite dans un premier temps continuer de développer la qualité de nos partenariats et échanges universitaires. Aujourd’hui, on compte près de 200 partenaires académiques sur les 5 continents. L’objectif est surtout de basculer de plus en plus sur des universités que seront accréditées sur le plan international. Le deuxième volet est de continuer à valoriser nos campus à l’étranger. Aujourd’hui on a 171 étudiants du programme Grande École qui sont partis étudier à Chicago, 1001 à Londres et environ 40 à Monaco. Lorsqu’ils reviennent, ils sont généralement très satisfaits de leur parcours à l'étranger. Contrairement à un échange universitaire classique, c’est plus facile pour eux, car c’est un prolongement de leur école mais basé à l’étranger. Ce sont nos professeurs et nos équipes sur place, on en maitrise donc totalement le projet pédagogique. On pourrait presque dire que l’INSEEC Grande École est présente sur 6 campus. »

La nouvelle a été officialisée quelques jours plus tard, par Catherine Lespine, directrice générale du Groupe INSEEC. Le nouveau campus sur lequel sera présent l’INSEEC concerne en effet le rachat de l’école de communication CREA Genève, partenaire de Sup de Pub depuis des années. René Engelmann conserve sa fonction d’administrateur et prend la responsabilité du développement de l’INSEEC en Suisse. "CREA Genève occupe déjà en Suisse romande une position de leader dans le marketing digital, avec des bachelors et des masters, en formation initiale ou continue, l’objectif étant de poursuivre le développement des filières marketing, communication, création et digital. Désormais, les étudiants de CREA Genève bénéficieront de la force d’un groupe international tant au niveau de la reconnaissance des titres décernés qu’au niveau des possibilités de parcours d’études en Suisse ou à l’Étranger. À cela s’ajoute la volonté d’offrir rapidement aux étudiants de ses écoles une plateforme virtuelle performante (e-learning, conférences live, bibliothèque virtuelle, réseaux d'étudiants et d’entreprises, etc.). L’INSEEC développera également à Genève des cursus liés au management, au marketing et à la finance pour différents programmes du Groupe."

Si l’INSEEC ne souhaite pas remplacer les échanges universitaires avec les universités partenaires, elle souhaite surtout proposer deux offres complémentaires axées sur l’international. Aujourd’hui, la moitié des étudiants souhaitant effectuer une partie de leur cursus à l’étranger s’inscrit dans l’une des universités partenaires, l’autre moitié intègre l’un des campus internationaux de l’INSEEC. Et les étudiants en management pourront d’ailleurs bientôt découvrir deux nouveaux campus. En effet, l’INSEEC Grande École devrait compter dans ses rangs très prochainement un campus à Genève, ainsi qu’un second à San Francisco, cette fois sur un projet à plus long terme. Un développement international qui est donc extrêmement fort et qui fait véritablement partie des valeurs de la Business School française qui repose sur trois fondements : l’académisme, l’entreprise et bien sûr l’international.

Retour en haut de page