Concours PACES : les astuces pour réussir

Retrouvez toutes les astuces d'une ancienne étudiante PACES pour mener sereinement sa dernière semaine de révisions, réussir son concours et intégrer la deuxième année de médecine.

Le 29, 30 et 31 mai prochain se dérouleront les concours PACES saison 2017-1018. Pour un total approximatif 60 000 étudiants inscrits répartis dans les spécialités Médecine, Odontologie, Pharmacie ou Sage-femme, 13 500 réussiront le concours d'études paramédicales (soit 22 %, toutes filières confondues). Un chiffre qui effraye toujours autant les candidats et leur entourage, après une (voire deux) année(s) à travailler d’arrache-pied.

Le concours, destiné aux 1ère année d'études de médecine, à peine sorti de terminale S ou issus de la réorientation, porte sur de vastes sujets tels que la maïeutique, la kinésithérapie, la biophysique, la biologie, l'ergothérapie, l'anatomie, la physiologie, la biochimie, et autres disciplines portant un nom qui intimide.

Comment déstresser et arriver sereinement le jour J ? Florine, admise brillamment au concours l’année passée, nous livre ses plus précieux conseils, à ne pas révéler. Numerus clausus oblige !

Les jours avant l’examen : réviser, mais pas trop !

Les derniers jours avant l’examen ressemblent plus à du peaufinage qu’à de l’apprentissage. En effet, ce n’est pas la peine de travailler la veille : vous n’êtes pas à un jour près. À la limite, pour vous rassurer, relisez quelques fiches. Il est préférable de se vider la tête, se détendre, et passer du temps avec sa famille. Bien que ces jours ne soient pas les plus amusants du semestre, il faut alors savoir arbitrer entre travail et détente. Travailler moins, mais mieux !

Jongler entre sport, détente et travail.

Selon des études, l’Homme serait plus efficace à son bureau lorsqu’il rythme ses journées entre activité physique, bachotage et détente. Ces trois aspects doivent donc apparaître dans votre journée type. Si ce n’est pas déjà fait, rajoutez les cases « Sport » et « Détente » sur votre planning de travail (ou la case « Travail » sur votre planning de détente...). Une balade en plein air, une course à pied, un verre entre amis... Tout est un bon prétexte pour changer d’air !

Adopter un rythme sain

Le sommeil et l’alimentation sont de réels facteurs de réussite. Quelques jours précédant le concours, il est bon d’opter pour des nuits longues. Après des révisions intenses, le corps a besoin de repos. Un rythme couche-tôt/lève-tôt est vivement recommandé par les médecins. Les heures avant minuit sont en effet les plus réparatrices. Toute votre année se joue sur des cases à cocher ; il serait dommage de tomber dans les pièges, faute d’attention. Aussi, mangez équilibré et le plus vitaminé possible. Le corps supportera mieux les dernières heures à passer à votre bureau.

N’attendez pas le dernier moment pour prendre ces résolution ; le corps doit s’y accoutumer.

La veille de l’examen : respirez, ça va aller

Tout comme les jours précédents, le corps et l’esprit doivent être habitués au rythme sain que vous leur imposez. La veille d’un concours, il faut prévoir un temps pour préparer son sac. Si vous êtes tête en l’air, faites une liste, pour être sûr de ne rien oublier : stylos noirsmouchoirs, médicaments, calculatrice (avec piles de rechange !), surligneurs, bouteille d’eau, fruits secs (préférables aux barres chocolatées souvent très sucrées), voire même la photo de votre chien si ça peut vous aider. Et si vous avez un chien.

Enfin, visualisez votre préparation du lendemain avant de vous rendre au concours. Cela vous permettra de ne rien oublier, de ne pas perdre de temps, et d’optimiser votre temps de sommeil.
Ne comptez pas que sur un seul réveil. Mobilisez tous ceux que vous avez sous la main.

Jour J : votre journée !

Le matin, il faut prévoir du temps pour arriver en avance à la salle d'examen, mais pas trop. Attendre sa copie des heures avant le début du concours n’est pas la meilleure solution pour être serein. Parole de candidate, une salle remplie de 2000 personnes, ça impressionne.

Ménagez-vous : les candidats peuvent paraître étonnants. Certains pleurent, d’autres crient. On aurait même vu un candidat amener le chien, plutôt que la photo. Vous l’aurez compris, il est très important de rester dans sa bulle, sans faire attention à ce qui peut se passer autour. Une fois votre place rejointe, déballez tranquillement vos affaires, allez faire vos besoins si nécessaire, et patientez.

L’attente de sa copie est un moment crucial. Le pire de tous. Vous êtes seul face à vous même. Il faut absolument avoir confiance en soi. Si vous êtes assis à cette chaise, c’est que vous avez votre place. Et personne ne vous la prendra. Plus rien ne doit vous faire peur. Soyez fier de vous ! La respiration aide beaucoup à la maîtrise du stress ; concentrez-vous sur votre rythme cardiaque.

Fin de l’épreuve : posez vos stylos

Suite à cette première épreuve, plusieurs pièges vous attendent. Si vous êtes satisfait de l’épreuve, vous pouvez avoir tendance à être trop détendu, et ainsi négliger vos résolutions pour les épreuves suivantes. Au contraire, si vous pensez avoir raté, ne paniquez pas. Il vous reste plusieurs épreuves, que vos concurrents ne réussiront peut-être pas. Chaque épreuve est une chance de réussir, il ne faut en négliger aucune.

À vous futurs médecins, dentistes, pharmaciens... soignez aussi votre écriture !

Guillaume de Saint Sernin