Quoi de neuf pour les lycéens en Île-de-France en 2019-2020 ?

Lecture

Avec 514 096 lycéens sur la région d’Ile-de-France, les initiatives pour chaque rentrée sont très attendues. Avec un budget de 1,27 milliards pour 2019-2020, Valérie Pécresse accompagnée de Marie-Carole Ciutu a annoncé les 5 principaux axes qui marqueront l'année à venir.

Valérie Pécresse et Marie-Carole Ciutu

Crédit Diplomeo

Pour cette nouvelle rentrée, la région a décidé d’agir rapidement aux changements des programmes de seconde et de première en investissement numériquement. Elle poursuit également sa lutte pour l’environnement et l’introduction progressive d’une alimentation locale et biologique dans les cantines, la sécurisation des établissements et la lutte contre le décrochage scolaire. Cette année marquera l’expérimentation des horaires décalés pour des lycées.

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, et la Vice-Présidente en charge des lycées et de son administration générale, Marie-Carole Ciutu ont annoncé les grands événements qui marqueront l'année 2019-2020.

L’appel du 100 % numérique

Le changement des programmes pour la réforme du baccalauréat a donné l’opportunité aux lycéens franciliens de se diriger vers le tout numérique. Depuis 3 ans, la région accompagne les établissements dans les réformes du programme scolaire en les aidant à bénéficier de manuels numériques. 50 % des lycéens privés et publics ont accepté de jouer le jeu du total numérique et 100 % des lycées professionnels bénéficient de ce système.

Le corps enseignant et les élèves recevront un ordinateur ou une tablette gratuitement. Le choix de la région s’est porté sur une société française et francilienne, Unowhy, pour fournir plus de 190 000 matériels informatiques aux étudiants et aux enseignants concernés. La Poste est le partenaire de cette initiative et s’occupera de la maintenance et du SAV. Les outils seront également fournis avec des applications 100 % françaises et locales comme le moteur de recherche Qwant, QIOZ (l’application de la région pour apprendre les langues) et Oriane, le site d’orientation francilien. À noter que les applications proposent une fonction « DYS » pour faciliter les élèves dyslexiques dans leurs apprentissages.

Comme l’a souligné Valérie Pécresse, cet investissement est un moyen de lutte contre la fracture numérique qui subsiste sur le territoire de l’Ile-de-France. Dans ce cadre, les lycées continuent d’être équipés en wifi et en haut débit. À la fin de l’année 2019, ce sont 90 % des établissements qui possèderont le haut débit et en mars 2020, tous les lycées auront une couverture wifi totale.

Les cantines sous le signe des produits locaux et bio

2024, c’est l’objectif de la région pour une offre totale de produits locaux, dont 50 % de produits bio. Le coût calculé s’élève à seulement 21 centimes de plus pour un repas. En 2018, ce sont 100 restaurations scolaires qui ont déjà adopté le bio. 

Cette décision s’inscrit dans une démarche écoresponsable. En effet, la lutte contre le gaspillage alimentaire et énergétique et la préservation de la biodiversité sont des thèmes importants de la politique de Valérie Pécresse. Ce sont également des préoccupations majeures pour les jeunes. Ainsi, la moitié des lycées franciliens sont étiquetés « écoresponsable » et gèrent leurs propres projets environnementaux. Ils peuvent bénéficier d’une aide financière régionale.

La poursuite du « Plan d’urgence » 2015-2027

C’était l’un des points phares de l’année 2018. 5 milliards d’euros sont consacrés à la construction de lycées pour augmenter le nombre de places et rénover les infrastructures existantes. Elles comprennent des travaux de désamiantage, des extensions et des rénovations énergétiques. En effet, l’objectif de la région est de réduire de 20 % la consommation des lycées, d’ici 2030.

Crédits : Région Ile-de-France

La sécurisation des lycées : une demande de la part des chefs d’établissement

Depuis avril 2019, 3 brigades régionales de sécurité ont été mises en place afin d’intervenir dans les lycées sur demande du principal. Valérie Précresse précise que c’est une demande de la part même des lycées. Ainsi, 1 000 demandes d’opération de sécurisation ont déjà été votées depuis 3 ans. Ces agents ont vocation à assurer la sécurité des personnes et des locaux. Ils peuvent intervenir aussi bien aux alentours qu’à l’intérieur de l'établissement, et se trouvent sous la responsabilité du proviseur. La région a déboursé plus de 40 millions d’euros sur la sécurité, en 4 ans. 

L’expérimentation des horaires décalés

Une expérience s’effectue pour la rentrée 2019 : le commencement des cours à 9 h. Habituellement fixé entre 8h et 8h30 (au plus tôt), ce décalage d’une heure a pour but de donner du temps de sommeil supplémentaire aux lycéens. Cet essai est justifié par de nombreuses études qui ont démontré que les jeunes manquent de sommeil, ce qui pose problème pour leur concentration. Cinq lycées ont accepté d’expérimenter le début des cours à 9h. Les horaires décalés répondent également à une volonté de désengorgement des transports en commun.

L’Ile-de-France, sous Valérie Pécresse, continue d’investir sur les établissements du secondaire afin d’aider les élèves et les enseignants dans l’amélioration de leur vie au quotidien. C’est pour cette raison que la région agit également dans l’introduction de la culture dans les lycées, que ce soit l’accès au sport, à l’art et à l’apprentissage des langues.

Lina Tran

Partager