Écoles de commerce : plusieurs voies d’admission possibles

Il n'y a pas si longtemps, les écoles de commerce étaient accessibles sur concours post-prépa. Aujourd'hui, les établissements diversifient leurs effectifs et proposent des concours post-bac et en admission parallèle.

A quel niveau intégrer une école de commerce ?

Autrefois principalement adressées aux étudiants sortant d’une prépa, les écoles de commerce diversifient désormais leur recrutement en proposant plusieurs voies d’admission selon le niveau de l’étudiant ! En 1re, en 2e année ou en cursus master, en admission initiale post-bac, post-prépa ou en admission sur titre, les profils étudiants sont de moins en moins académiques et les parcours atypiques font la différence lors des recrutements.

Les écoles de commerce bénéficient depuis toujours d’une image d’excellence grâce aux classements internationaux et leur réputation d’être difficiles à intégrer. Mais depuis quelques années, les établissements ont fait le choix de diversifier leurs effectifs en proposant différentes voies d’admission à leurs prétendants. Alors que la classe prépa était encore un passage obligé il y a peu, les étudiants ont désormais plusieurs possibilités pour intégrer leur école de management. Cursus post-bac, bachelor post-prépa, master post-bac+3, admissions parallèles… Quelle stratégie devez-vous adopter ? Quels concours s’adressent à vous ?

L’admission post-bac

Auparavant, la prépa était le passage obligé des jeunes bacheliers pour passer les concours d’écoles de commerce. Dorénavant, on compte de plus en plus d’écoles post-bac, toujours accessibles sur concours, à la recherche de profils plus variés. En intégrant l’une de ces écoles de management, les étudiants se lancent dans des cursus de 3 à 5 ans et se spécialisent plus tôt. Ils obtiennent le titre de bachelor puis peuvent continuer ou non leur parcours avec un cycle master.

Il est important de bien choisir son école selon la formation et les spécialisations qu’elle propose, les modes de sélection à l’entrée et la reconnaissance du diplôme. Le recrutement dépend de l’école, mais les concours sont souvent regroupés en banques d’épreuves (écrits communs) qui permettent de se présenter dans différents établissements à la fois. On trouve les concours ACCESS, SESAME, PASS, PRISM, TEAM et LINK, tandis que d’autres écoles proposent leurs propres modalités d’admission. Environ 9 % des effectifs des grandes écoles de la CGE étaient bacheliers en 2012. On en compte près de 23 % sur la totalité des écoles de management.

La voie royale de la prépa

Les grandes écoles de commerce, les plus prestigieuses, recrutent encore pour la plupart leurs étudiants après une CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles). La voie d’accès par les CPGE représentait environ 38,5 % des entrants en 2012. Après deux ans à un rythme intensif où ils se sont forgé une culture générale solide et ont acquis de sérieuses compétences méthodologiques, les élèves passent les concours, très sélectifs, et se lancent encore dans un cursus de 3 ans pour obtenir leur premier diplôme (bachelor). Parmi les grandes écoles membres de la Conférence des Grandes Écoles, on retrouve notamment HEC Paris, ESSEC Business School, ESCP Europe, EMLYON Business School, EDHEC, Audiencia Nantes. On retrouve deux grands concours communs post-prépa (BCE et ECRICOME). D’autres écoles, également reconnues par l’État, organisent leurs propres concours. C’était le cas de France Business School et de ses Talent Days organisés dans toute la France.

Le choix est donné. Les élèves les plus travailleurs et aux meilleurs dossiers scolaires peuvent passer par la case prépa pour aspirer aux meilleures formations. Les autres ne sont pas pour autant déméritants et peuvent tenter les admissions post-bac. On trouve plusieurs types de prépa selon la filière d’où provient chaque bachelier (S, ES, technologique, L). Sans surprise, la voie scientifique et la voie économique et commerciale sont principalement représentées dans les effectifs des grandes écoles.

Si la sélection est évidemment très forte dans les grandes écoles, les classes prépas enregistrent de forts taux de réussite grâce aux places qui leur sont réservées dans les établissements.

Les admissions parallèles

De plus en plus d’ESC de villes moyennes et de province proposent des admissions en parallèle. Ces admissions sur titre représentent aujourd’hui plus de 30 % des étudiants en école de commerce. Dans une soixantaine d’établissements, des concours (dont Passerelle 1, Ecricome Tremplin 1, Ambitions+) s’adressent spécifiquement aux étudiants titulaires d’un premier diplôme bac+2.

Grâce aux stages et aux partis pris pédagogiques professionnalisants, les étudiants en BTS et en DUT ont des profils très appréciés dans les écoles de management, résolument tournées vers l’entreprise. Cette voie d’admission peut être une décision prise lors du cursus bac+2, ou bien une véritable stratégie pour contourner la voie préparatoire. Les étudiants ayant validé une licence 2 à l’université ont aussi des chances d’intégrer une école. La concurrence entre ces candidats est très sévère ! Les prétendants sont de plus nombreux, et le nombre de places offertes inférieur à celui en prépa. La sélection est également très rude, seuls les meilleurs réussissent ! L’ESC Rennes School of Business de la banque Passerelle propose à elle seule 340 places. On en compte 300 chez KEDGE Business School (Ecricome Tremplin). L’INSEEC (Paris, Bordeaux, Chambéry) offre 900 places chaque année avec son concours indépendant Évolution, contre 550 pour la SKEMA business school.

S’ils sont déjà munis d’un bac+2 et de 120 crédits ECTS, les étudiants post-BTS et post-DUT doivent néanmoins suivre le cursus d’école de commerce à partir de la première année, comme les sortants de prépas ou les admis post-bac.

Après un bac+3 ou plus

Les admissions parallèles ne s’adressent pas qu’aux titulaires d’un bac+2. Après un bac+3 (licence, bachelor, diplôme d’IEP, d’ingénieurs, Diplôme d’État), ou supérieur (Master 1 notamment), les étudiants peuvent aussi prétendre entrer dans une grande école de management pour se spécialiser encore, finaliser et valoriser leur parcours avec un bac+5 reconnu par l’État et les entreprises. Un diplôme de niveau master obtenu dans un établissement reconnu permet d’envisager des postes à responsabilités, de meilleurs salaires, et le statut de cadre sur le marché du travail.

Les candidats à ces admissions parallèles sont de plus en plus nombreux, mais le taux de sélectivité est encore plus élevé que pour les bacs+2 qui suivent le cursus à partir du niveau L1 (seulement 2,42 % des effectifs). Les grandes écoles ne s’y trompent pas, HEC se démarque par exemple en proposant des admissions parallèles seulement à partir de bac+3. L’ESSEC recrute des profils masters 1 pour entrer dans son propre cycle master. On retrouve cette fois deux banques d’épreuves communes (Passerelle 2 et Ecricome Tremplin 2) et le concours d’admission directe HEC/ESCP-Europe/ESC.

Trouvez la bonne école en fonction de votre profil

Retour en haut de page