Entretien d’embauche : attention aux questions illégales !

Si lors d’un entretien d’embauche, le candidat va chercher à plaire aux recruteurs à tout prix, il n’en demeure pas moins qu’il a des droits et qu’il peut refuser de répondre à certaines questions interdites.

entretien

Les domaines interdits

Grande source de stress, l’entretien d’embauche est un moment lors duquel le candidat va tenter de séduire le recruteur à tout prix. Fort de ce pouvoir, certains d’entre eux se permettent alors des questions qui ne sont pourtant pas autorisées et auxquelles le postulant à le droit de refuser de répondre.

Parmi les plus courantes, celles qui vont concerner la situation personnelle du concerné : « Êtes-vous en couple », « êtes-vous enceinte », « souhaitez-vous avoir des enfants » ou encore « quelle est votre orientation sexuelle » constituent une discrimination à l’embauche interdite en vertu de l’article L1132-1 du Code du travail. L’employeur ou le recruteur qui pose ces questions s’expose à des sanctions civiles et pénales.

Autres interrogations interdites, celles qui portent sur les croyances et convictions du candidat (opinions politiques, activités syndicales, religion pratiquée…). Les questions relatives aux origines sont également proscrites tout comme celles concernant la santé.

Comment réagir ?

Face à des questions discriminatoires, le candidat n’ose pas toujours réagir. Il est possible pourtant de refuser de répondre, en précisant qu’elles ne sont pas permises par la loi dans le cadre d’un entretien. À noter tout de même qu’en cas de mensonge à l’une de ces questions, l’employeur ne pourra s’en servir comme excuse pour une éventuelle sanction ou un licenciement.

En dernier recours il est aussi possible de saisir la justice puisque la discrimination constitue une infraction pénale.

Les questions piège

« Quel est votre principal défaut », « quelles sont vos prétentions salariales » ou encore « où vous voyez-vous dans cinq ans », voici quelques-unes des questions piège auxquelles il faudra faire face et pour celles-ci aucune raison de se dérober ! À travers ses interrogations, le recruteur cherche à savoir si le candidat a compris les enjeux de son poste, s’il peut encore argumenter. L’idéal est d’être franc, ne pas hésiter tout en évitant l’excès de confiance, les objectifs inatteignables…

Ne pas douter est souvent apprécié, mieux vaut donc faire preuve de réalisme. 

Trouvez la bonne école en fonction de votre profil

Retour en haut de page