549 millions d'euros supplémentaires pour l'Enseignement supérieur en 2019

Le gouvernement vient d'annoncer dans son projet de loi de Finances 2019 les différents budgets attribués aux ministères, et cette année encore, la priorité est mise sur l'enseignement supérieur et la recherche.

Sénat

Le gouvernement a dévoilé cette semaine son projet de loi de Finances qui annonce les futures mesures budgétaires et la répartition des crédits selon les ministères. Hormis les baisses d’impôt, la hausse des taxes sur le carburant, ou encore la suppression de nombreux postes dans la fonction publique, c’est surtout le budget alloué à l’éducation et la recherche qui a attiré notre attention. Il s’élève à 25,1 milliards d’euros, soit une hausse de 549 millions par rapport à l’année 2018, jugée pourtant insuffisante. 

Un budget en hausse de 549 millions d’euros

À nouveau, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche se voit attribuer le troisième plus gros budget après l’Éducation nationale et la Défense. Le gouvernement l’a annoncé, la recherche et l’éducation font partie de ses priorités, avec la transition écologique dans le cadre du « Grand Plan d’investissement ». Le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche s’élèvera pour l’année 2019 selon les annonces d’Édouard Philippe à 25,1 milliards d’euros. Une somme qui est pour l’instant prévisionnelle et qui peut être amenée à évoluer à la hausse comme à la baisse. Cependant, ce budget a augmenté de 2 % par rapport à l’année 2018. Ces 549 millions supplémentaires seront répartis entre la recherche qui récupère 376 millions, les établissements d’enseignement supérieur bénéficient eux de 166 millions et enfin la vie étudiante, 7 millions. Le gouvernement souhaite également poursuivre la réforme engagée sur l’accès à l’enseignement supérieur et la nouvelle licence, dont Parcoursup fut l’une des premières mesures concrètes.

Des étudiants toujours plus nombreux 

Cette hausse non négligeable du budget du ministère est pourtant considérée comme peu satisfaisante. Le budget ne faiblit pas et gagne 2 % certes, mais le nombre d’étudiants ne diminue pas non plus. Les bébés nés durant le boom démographique des années 2000, arrivent désormais dans l’enseignement supérieur et se bousculent au portillon de Parcoursup. Les différents syndicats et directeurs d’établissements jugent toujours l’augmentation du budget insuffisante pour faire face à l’augmentation croissante du nombre d’étudiants en France et à la mise en place des nouvelles mesures de la loi ORE. Ces derniers estiment les besoins réels à 1 milliard d’euros supplémentaires. Cette annonce du budget a été complétée par les annonces de la ministre Frédérique Vidal sur la rentrée étudiante et sur le premier bilan de Parcoursup, qui vient de fermer pour la rentrée universitaire 2018.

Une augmentation constante

En réalité, ce n’est pas la première année que le gouvernement concède plus de crédits au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Chaque année depuis au moins 7 ans, quels que soient le gouvernement et la ligne politique, le budget attribué à ce domaine ne cesse d’augmenter, malgré une petite stagnation entre 2014 et 2015. Entre 2012 et 2019, il a bondi de près de 12 %, ce qui correspond à 3 milliards d’euros. Des efforts constants qui ne semblent pourtant toujours pas satisfaire les différentes organisations du monde de l’enseignement supérieur.  

L’évolution du budget du ministère de l’Enseignement supérieur

Camille Lorgnier