Bac : comment déstresser ses parents ?

par Alice Meyer dans bac

Quand vient le bac, difficile de dire qui est la personne la plus stressée entre ton père, ta mère et… toi, principal concerné. Si tu as du mal à être serein à l’approche des épreuves, il n’y a rien de plus pénible que voir tes parents angoisser ! Bien conscient de ton problème, Diplomeo t’aide à faire en sorte que tes parents éprouvent une parfaite zénitude pour ton bac.

Le stress, pas que pour les bacheliers !
Le stress, pas que pour les bacheliers !

Les parents, ça s’inquiète lorsque ça entre dans la chambre de son enfant bachelier et le trouve derrière son ordi, ça fait passer tous les « je vais chez Tom pour réviser » pour des « je vais jouer à la play toute l’aprem et peut-être qu’à 18 h, si l’ennui nous surprend, on se penchera sur les fiches de révisions ». Ça sait aussi rajouter une bonne dose de stress très utile : « mais tu sais que sans le bac, ton école d’informatique, tu peux l’oublier ».

Enfin voilà, les parents ont le don d’être plus stressés que ta propre personne. Pour cela, Diplomeo se penche surles petites techniques aux vertus relaxantes dont tu peux user pour déstresser tes parents !

Communiquer et trouver la source de leur angoisse !

On ne le répétera jamais assez, tout passe par la communication. S’il se fait plus difficile quand on atteint l’âge adulte, l’échange reste le principal allié d’une relation parents-enfants. Mais on ne prend jamais assez de temps pour discuter : la majorité arrive et on vit nos premières expériences d’adulte. Par peur d’être incompris ou jugé, on garde cela pour nous.

Grosse erreur ! Les parents informés de ce que font leurs enfants ont plus de facilité à leur faire confiance : pas la peine de tout leur dire en détail, mais parler régulièrement, des choses qui vont et des choses qui vont moins, est essentiel.

Le baccalauréat en fait partie : souvent survolé, ou abordé par quelques réflexions placées çà et là, ce fâcheux sujet n’est jamais très approfondi en termes de discussion. Lance-toi ! Ce sera sûrement l’occasion d’apprendre de sympathiques anecdotes sur l’expérience de tes parents. Et de comprendre la source de leur angoisse. Souvent, un fait passé est à l’origine de la peur des parents face au bac : eux-mêmes ont peut être été confrontés à des parents angoissés, ou eu des difficultés à gérer leurs révisions. Et par réflexe, ils reproduisent le même schéma avec toi.

Il est vraiment important de déceler d’où vient l’angoisse pour pouvoir la traiter. Si tu te sens moyen-moyen à l’idée d’entamer une telle discussion avec tes parents, n’hésite pas à faire appel à un proche qui vous connaît bien : l’idéal est un oncle ou une tante. Cette personne pourra apporter une vision extérieure, ne prendra pas parti dans l’histoire et servira de médiateur pour tempérer le climat de la conversation.

Les sensibiliser aux bienfaits d’internet

Tu utilises surement internet et les réseaux sociaux pour échanger avec tes amis en période de bac lorsque tu ne révises pas avec eux. Même si tu attestes que ceci est bénéfique pour tes révisions et que ces discussions ne servent qu’à nourrir tes fiches, tes parents ont souvent du mal à te croire. Classique. En période de bac, internet est également très certainement ton meilleur allié pour blinder tes connaissances.

C’est vrai, quoi de mieux que cet outil magique pour enrichir tes fiches d’exemples, de citations, de repères ainsi que de notions supplémentaires ! Si tu ne vas toute de même pas leur présenter ton historique, tu peux les inviter à consulter avec toi le contenu qui t’est utile. Les MOOCS que tu regardes peut-être feront aussi leur petit effet. Quoi de plus légitime que des heures à écouter un professeur expliquer son cours ? Fais-les se pencher sur cesquelques minutes pédagogiques, et il y a fort à parier qu’ils souligneront leur intérêt !

Voilà qui pourrait permettre à tes parents de ne pas céder au scepticisme lorsque la pomme de ton ordinateur s’allume !

C'est pas si mal

Montrer que tu travailles régulièrement

Même si tu as besoin de calme et de ta bulle pour te concentrer, pense à laisser quelques indices sur ton travail : un planning de révisions par ci, des post-its de travaux à faire par-là…

Tout en veillant bien sûr à ne pas égarer toute ta panoplie d’élève modèle (pense à garder une deuxième version de ces documents sur ton bureau, ça t’évitera de les perdre), tu leur permets ainsi de prendre conscience que oui, tu travailles et tu es en plein dedans.

Leur demander de te faire réviser les fiches

Non non, tu n’es pas en CE2, tu n’as pas besoin d’eux pour apprendre ton poème de Jacques Prévert afin d’être au top le mardi matin devant la maîtresse. Mais la technique de la bonne vieille « récitation » n’est pas nécessairement une mauvaise idée dépassée, surtout quand tes parents ne sont pas vraiment rassurés à l’approche des épreuves du bac.

Premièrement, elle t’aide à te rendre compte si tu maîtrises réellement tes cours. Choisis le plus conciliant de tes parents et demande-lui de ne te faire réviser qu’une partie de tes fiches. Oui, une partie, car si tu es seulement capable de te souvenir de ton cours en entier, tes parents considèreront que tes hésitations traduisent ton manque de travail (bien que tu saches pertinemment que tu t’en serais souvenu dans ta copie le jour J). Minimisons les dégâts et les prises de bec. Une partie du cours récitée = cinq jours de tranquillité.

Réciter pour réviser... c'est dépassé ?

Débattre de tes sujets de philo ou d’histoire avec eux

Les questions d’actualité donnent des pistes de réflexion pour étoffer le contenu d’une dissertation ou d’un commentaire, et peuvent être un élément permettant d’intégrer de façon moins rébarbative tes parents dans tes révisions.

Si tu n’arrives pas à trouver d’anecdotes ou d’exemples pour illustrer les points de ton cours sur le travail en philo, par exemple, il est fort probable que le sujet inspire tes parents ! Tu n’es évidemment pas obligé de partager leur point de vue, et là est le vrai enjeu de l’exercice.

Primo, tu les bluffes par ta capacité à argumenter sur un thème houleux et à affirmer tes idées. Deuxio, ils n’oseront plus dire que tu ne portes qu’un mince intérêt à ton programme de terminale. Tertio, tu retiendras à coup sûr les idées évoquées surtout si elles l’ont été non sans remue-ménage. Pas de doute, avec un débat, la confiance de tes parents, tu l’auras !

Penser à plusieurs pour le bac !

Leur exposer ton projet professionnel

Si tu mets bien souvent ton projet professionnel sur le côté du bureau quand tu fais de la place pour réviser pour le bac, tes parents quant à eux ont du mal à faire abstraction de l’enjeu de l’examen : ton futur. Oui, ils ont une certaine tendance à alourdir ton existence post-bac en lui attribuant des mots quelque peu anxiogènes comme « futur », « avenir », « carrière » ou encore « horizon » pour les plus lyriques.

Toi, tu l’appréhendes davantage comme une aventure, quand bien même elle demeure stressante. Il est donc important pour tes parents comme pour toi de dire que ce pas en avant te motive !

Tu as bien conscience que ton bac détermine ton avancée dans les études, mais tes parents ont parfois du mal à croire que tu as ce recul-là. Alors, fais changer les choses, expose-leur ta motivation quant à l’idée de passer le bac et de suivre une formation qui te plaît, susceptible de te mener là où tu le souhaites !

Quelques astuces après... et c'est gagné !

Leur dire de te faire confiance

Toi qui as toujours été pour tes parents la prunelle de leurs yeux, leur fierté familiale, la nourriture de leur espoir, tu deviens alors, à l’approche du bac, une personne à laquelle ils n’accordent plus une confiance aveugle. Tristesse… ils oublient bien souvent que ce moment est stressant pour eux, mais surtout pour toi !

Demande-leur de te faire confiance, annonce-leur que tu es ou presque majeur (s’ils l’ont oublié), et que tu es conscient des enjeux que comporte cet examen. Très important : ne pas hésiter à prendre un air de circonstance. Tes parents s’en trouveront touchés et se verront peut-être… moins stressés. 

Prendre la poudre d’escampette et réviser hors de chez toi

Si malgré tout tes efforts pour prouver par A plus B à tes parents que tu travailles de manière acharnée, ils continuent de te faire des réflexions, une seule solution : fuir.

Cahiers sous le bras et ordinateur dans le sac, prends tes jambes à ton cou jusqu’à la bibliothèque, ou tout autre espace propice au travail. Là-bas, tu ne seras pas dérangé, et tu auras en plus accès à une mine d’informations qui pourraient t’être utiles dans tes révisions. Pour les rassurer, propose-leur de t’y emmener : ils verront que tu es sérieux et que tu ne t’échappes pas chez un ami pour tout faire sauf réviser.

Retour en haut de page