Décrochage scolaire : des chiffres à la baisse

Ce n’est pas la baisse espérée par François Hollande, mais elle est toutefois là. Les «  décrocheurs  » scolaires, qui sortent du système scolaire sans qualification, sont de moins en moins nombreux.

Le décrochage scolaire a concerné 98 000 jeunes en 2016.

Mal orientés ou découragés par des études qui ne les motivent pas, les décrocheurs sont de moins en moins nombreux. La raison ? Les mesures successives pour lutter contre les sorties précoces du système scolaire.

Un plan de lutte depuis novembre 2014

L’actuelle ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Berkacem, n’est pas la seule à s’être penchée sur le décrochage scolaire. Ses prédécesseurs Vicent Peillon et Luc Chatel avaient entamé une lutte contre le décrochage. Il y a deux ans, la ministre avait lancé un plan de lutte « Tous mobilisés pour vaincre le décrochage » avec entre autres mesures : la possibilité pour les élèves ayant raté leurs bac, brevet de technicien ou CAP de redoubler dans leur établissement et la possibilité pour les élèves de seconde professionnelle de changer d’orientation jusqu’à la Toussaint. Ce lundi 14 novembre, la ministre a déclaré : « Après des années passées à avoir le sentiment que nos efforts ne parvenaient qu’à contenir la vague, mais non à inverser la tendance, nous progressons, grâce à l’implication de tous, dans la prise en charge des jeunes sortis sans qualification. Notre taux de 18–24 ans sortants précoces, désormais inférieur à celui de l’Allemagne et du Royaume-Uni, a dépassé l’objectif européen ». En effet, ce taux est de 14 % en Europe contre 12,4 % en France. Et la ministre de conclure son discours en citant Proust : « C’est en agissant collectivement et de façon pérenne que nous ferons ressentir à chaque jeune la justesse de cette phrase de Proust, qui doit aussi nous inspirer : “Il n’y a pas de réussite facile ni d’échecs définitifs” ».

Objectif 70 000 en 2017

Parallèlement, François Hollande s’est fixé pour objectif dès le début de son quinquennat de diviser par deux le nombre annuel de « décrocheurs », en le faisant passer de 140 000 à 70 000. Les chiffres de 2016 sont tombés et le nombre de ces personnes qui quittent le système scolaire sans diplôme est passé sous la barre des 100 000. 98 000 exactement. En 2015, ils étaient 107 000 à avoir décroché et 110 000 en 2014, selon les chiffres du ministère de l’Éducation nationale. Il reste donc quelques mois pour atteindre l’objectif de 70 000, avant la fin du quinquennat de François Hollande. Interrogée par La Croix, Najat Vallaud-Belkacem est optimiste quant à l’objectif fixé par le président : à la question de savoir s’il serait atteint, elle a répondu « je le pense ». Encore quelques efforts donc autour des trois axes du plan « Tous mobilisés pour vaincre le décrochage » : prévenir, accompagner avec le droit à une nouvelle chance et fédérer les acteurs institutionnels et associatifs.

Retour en haut de page