CIO, coach, asso : quel organisme pour s'orienter ?

S’orienter, une mission cruciale pour la jeunesse d’aujourd’hui en quête de projet. Afin de connaître les différents moyens d’information et d’orientation, Diplomeo a interrogé trois organismes dont la première mission est d’aider les jeunes dans leur recherche d’avenir.

COP ou coach, telle est la question !

L’orientation scolaire est une des problématiques les plus importantes des jeunes. Que l’on soit collégien, lycéen, ou étudiant dans l’enseignement supérieur, la pression vis-à-vis de la recherche de formations est particulièrement intense. Coach d’orientation ? Association ? Centre d’Information et d’Orientation des Enseignements Supérieurs ? Quel organisme saura le mieux vous guider dans votre orientation ? Afin que vous puissiez faire votre choix, Diplomeo interroge le Centre d’Information et d’Orientation des Enseignements Supérieurs (CIOSUP), Top orientation (TO) et le Centre d’Orientation et d’Examens Psychologiques. (COREP).

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

CIOSUP : Le Centre d’Information et d’Orientation des Enseignements Supérieurs, que l’on appelle aussi CIOSUP est compétent pour l’orientation des étudiants de toutes les universités parisiennes de l’Académie de Paris. Notre service prend en compte plus généralement toute l’Ile-de-France. Nous recevons aussi des étudiants de province et même des étudiants étrangers qui souhaitent faire leurs études en Ile-de-France. La Sorbonne a été choisie en 1987 pour accueillir notre service. Elle se trouve en plein centre de Paris. Elle est facilement accessible et jouit d’une réputation internationale. L’équipe du CIOsup est constituée de 11 conseillères d’orientation-psychologues.

TO : Notre structure propose des bilans d’orientation pour les lycéens et les étudiants, et également du coaching scolaire qui permet aux jeunes d’optimiser leurs méthodes de travail.

COREP : Nous sommes une association à but non lucratif, reconnue d’utilité publique. Nous travaillons dans notre Centre, rue de Varenne Paris 7ème et dans une trentaine d’établissements scolaires. Notre objectif est d’aider nos jeunes à identifier leurs points forts, potentialités et éventuels points faibles et à bien cerner leurs centres d’intérêt à la fois professionnels et personnels pour arriver à construire un projet d’études qui leur corresponde et qui soit aussi réaliste par rapport à leur niveau scolaire. Les participations financières demandées servent juste à couvrir nos frais. 

S'orienter, oui mais pas seul !

Quels sont les services que vous proposez aux jeunes ?

CIOSUP : La vocation du CIOSUP, comme celle de tous les CIO sur le territoire est d’être ouvert à tout public. Toute personne qui souhaite obtenir un simple renseignement ou être accompagnée  trouve un professionnel qualifié à même de lui répondre, averti de l’actualité de l’enseignement supérieur. La réception du public se fait sur rendez-vous le matin. Nous fournissons ainsi un accueil personnalisé : deux secrétaires prennent les rendez-vous selon la demande de l’étudiant. Les étudiants qui souhaitent être reçus de manière individuelle bénéficient  ainsi d’un « entretien-conseil ».d’une heure qui peut être renouvelé si besoin est.

L’après-midi, les étudiants viennent librement, sans rendez-vous. Trois conseillers sont présents pour les accueillir. Ils répondent aussi au téléphone et aux e-mails, car certains étudiants ne souhaitent pas ou ne peuvent pas se déplacer. Nous sommes aussi présents aux salons de l’enseignement supérieur où nous  fournissons les mêmes prestations d’information (prestation conseil, prestation projet) qui s’effectuent, cependant, sur un temps plus court.

TO : Nous proposons une première séance qui dure entre 2 h et 2 h 30, en deux parties. Premièrement, un entretien a lieu pour faire le point sur la demande du lycéen ou de l’étudiant, faire le tour de sa scolarité, voir un peu tous ses antécédents, discuter de manière informelle avec lui. On lui fait ensuite passer toute une batterie de tests qui permettent de mettre en évidence et de hiérarchiser les centres d’intérêt, les motivations personnelles et professionnelles.

Le deuxième entretien dure 2 h 30–3 h durant lesquelles on exploite les résultats des différents tests. En relation avec les renseignements de l’entretien préalable sur la scolarité du lycéen ou de l’étudiant, on construit alors un projet en expliquant les différentes possibilités pour le faire aboutir. Aujourd’hui les voies et filières sont beaucoup plus « perméables » et permettent de construire des parcours beaucoup plus  souples et variés qu’auparavant (ex. : la grande variété de poursuites d’études à bac+2 grâce aux admissions parallèles). Nous essayons d’être pragmatiques en ne l’envoyant pas non plus dans des études qui ne lui correspondraient pas en termes de niveau.

COREP : Ce qui est proposé, ce sont des bilans d’orientation en deux temps : dans un premier temps, le jeune remplit un dossier avec ses derniers bulletins scolaires et nous informe sur la nature de sa demande. Ensuite, il passe une batterie de tests d’aptitudes et d’intérêts et de personnalité. Ces tests sont administrés par une psychologue et se déroulent en petits groupes de jeunes du même niveau d’études. Quelques jours après, un entretien de restitution individuel est organisé avec le jeune qui est reçu seul pendant une demi-heure, puis avec ses parents pendant l’heure suivante. Les entretiens sont conduits par des psychologues, les résultats des tests servent de base à une discussion qui permet de dégager les pistes d’orientation qui correspondent le mieux au jeune.

Cibler ses choix pour s'orienter !

Quels sont les outils que vous utilisez pour aider les jeunes ?

CIOSUP : Les tests que nous utilisons sont souvent des outils de recherche d’intérêts ou de motivation adaptés à l’élaboration de projet. Le profil de Holland, RIASEC, en particulier, est un outil d’évaluation de la personnalité professionnelle intéressant et largement utilisé. Le profil obtenu sert de base de discussion avec l’étudiant qui le confronte à ses propres représentations des métiers et des formations. Nous n’utilisons les tests que lorsqu’ils sont utiles et apportent une valeur ajoutée. Dans de nombreux cas, les tests ne sont pas nécessaires. D’autres méthodes existent aujourd’hui.

Nous pratiquons en particulier la technique d’entretien de Conrad Leconte, qui est professeur de psychologie à l’Université de Montréal. Cet entretien constitue une méthode de counseling de carrière d’inspiration humanisteparticulièrement adaptée à l’orientation.  Elle garantit l’autonomie de l’étudiant et soutient sa compétence à s’orienter tout au long de la vie. La technique de l’entretien permet d’ accompagner l’interrogation de l’étudiant de façon à favoriser un travail d'introspection utile à la construction de son projet. Chaque démarche est unique et singulière et assortie d’informations précises et fiables sur l’enseignement supérieur.

TO : Nous faisons passer toute une batterie de tests : en moyenne 5 à 6 tests différents. Il s'agit essentiellement de tests sur les centres d’intérêt et les motivations, complétés par un test de personnalité. Ce dernier nous permet de savoir si le lycéen est plutôt introverti, extraverti, émotif, empathique, perfectionniste, etc. Des éléments parfois utiles pour conforter ou non un projet et aider l’étudiant à savoir s’il sera à même de suivre et de s’épanouir dans le cursus choisi.

COREP : Nous n’utilisons pas des tests dont nous avons l’exclusivité, mais ce sont des tests que seuls les psychologues sont habilités à faire passer. Certains des tests sont communs avec ceux des psychologues de CIO. Ce sont des tests d’aptitudes (raisonnement, aptitudes verbales, aptitudes logiques, aptitudes spatiales, de compréhension.). Viennent ensuite les tests d’intérêts personnels et professionnels. Nous faisons également écrire des textes aux élèves qui nous donnent des indications sur leur personnalité et leur état d’esprit actuel. Nous n’utilisons pas de graphologue. Ce qui compte est le contenu. Puis nous corrigeons les tests et constituons un dossier complet sur le jeune.

L’outil le plus important est l’entretien de restitution des résultats et d’exploration des pistes d’orientation entre le psychologue, le jeune et ses parents. Cet entretien permet d’éclairer et d’enrichir les résultats des tests et, grâce au regard extérieur et bienveillant du psychologue, de poser les bases d’un projet d’orientation qui correspond à l’élève.

Passer des tests pour se connaître !

Qui sont les personnes qui viennent chez vous et quelle est leur demande ?

CIOSUP : Nous accueillons des lycéens et surtout des étudiants, parfois aussi des professionnels. Nous pouvons accueillir une personne, voire même plusieurs personnes quand le parent souhaite accompagner son enfant. Une personne peut appeler le CIO pour demander des renseignements à propos d’une inscription en licence, par exemple, une procédure, un changement d’orientation. D’autres personnes viennent et disent « je ne sais pas quoi faire, je suis perdu(e) ». Que la personne sache ou qu’elle ne sache pas ce qu’elle veut faire dans l’enseignement supérieur, elle se positionne toujours par rapport à une demande, que l’on va explorer et à laquelle on apporte une réponse experte. 12 000 étudiants ont bénéficié de notre service lors de l’année universitaire écoulée.

TO : Quand ce sont des lycéens, il y a deux motivations justifiant leur venue. La plupart du temps, ils se trouvent perdus, particulièrement en année de première ou de terminale et n’ont aucune idée de ce qu’ils veulent faire plus tard. Nous avons aussi des lycéens qui veulent vérifier que la voie dans laquelle ils ont l’intention de se diriger correspond bien à leurs centres d’intérêt.

Pour les étudiants de l’enseignement supérieur, c’est un petit peu différent : nous avons deux types de demandes. D’un côté les étudiants qui se rendent compte qu’ils se sont trompés de voie, de l’autre ceux qui n’ont pas su ou pu suivre un cursus (ex : échec après médecine).

COREP : Ceux qui viennent chez nous sont des jeunes âgés de l’âge de 5 ans jusqu’à l’âge de 28 ans, qui viennent autant du public que des établissements privés sous contrat. 20 % des jeunes viennent nous voir de la Province ou de l’étranger. Tous sont les bienvenus au COREP.

Pour les plus jeunes, nous aidons sur toutes les questions liées à la scolarité et aux apprentissages. Pour les plus âgés, de la troisième jusqu’au bac et après le bac, nous proposons de faire des bilans d’orientation dans lesquels on va examiner les compétences et les motivations du  jeune dans son ensemble et l’aider à trouver des pistes d’orientation cohérentes.

Trouver une formation qui nous ressemble !

Qu’est-ce qui vous différencie des autres organismes ?

CIOSUP : Premièrement, nos prestations sont gratuites. En tant que service public, nous sommes financés par l’impôt, nous nous devons d’offrir une prestation de qualité. Tous les conseillers sont titulaires d’une formation universitaire de niveau master. Ils sont psychologues. En plus de leur master en psychologie, ils disposent souvent d’un diplôme spécifique de conseil en orientation. Ils ont tous une qualification qui est obtenue après un concours. Ils sont fonctionnaires et recrutés sur profil. Les conseillers d’orientation-psychologues du CIOsup travaillent au sein même des universités, ce qui garantit la fiabilité des informations et des conseils qu’ils donnent. L’expertise reconnue des professionnels du CIO des Enseignements supérieurs offre au public toutes les garanties d’un conseil de haute qualité déontologique.

TO : La différence avec un CIO est la suivante : quand un étudiant se déplace au CIO, le conseiller va lui consacrer au grand maximum une heure. Nous lui consacrons dix heures : cinq à six heures en entretien et quatre à cinq heures pour le traitement et la constitution du rapport (remis bien sûr au lycéen ou à l’étudiant). La différence tient évidemment au temps consacré à ce bilan. Les conseillers d’orientation de l’Éducation nationale sont compétents, je ne dis pas le contraire. Mais ils n’ont pas la possibilité de consacrer autant de temps à un bilan d’orientation. Cette différence est primordiale. En nous déplaçant à domicile, nous facilitons également ces entretiens. Ce que nous proposons a cependant un coût, nous ne le nions pas, mais celui-ci se justifie par le service et l’accompagnement accordés au client.

COREP : Par rapport aux Centres d’Information et d’Orientation, je dirais que la grosse différence est que l’on consacre un temps aux jeunes que les CIO n’ont pas toujours la possibilité de fournir. Les jeunes viennent passer des bilans chez nous, qu’ils vont ensuite approfondir avec un COP. Par exemple, si on conseille à un jeune de faire une école d’ingénieurs directement après le bac plutôt que de faire une prépa, celui-ci pourra aller affiner ses choix en allant consulter des écoles post-bac dans des CIO, lors de salons, ou de portes ouvertes des écoles afin de se déterminer.

Par rapport aux coaches, nous n’avons pas d’ambition lucrative, le tarif des bilans ne sert qu’à couvrir nos frais comme les salaires et locaux des psychologues, l’accueil, le matériel. Nous avons même une commission sociale pour aider les jeunes qui n’ont pas les moyens de financer leur bilan. Ensuite, nos professionnels ne sont que des psychologues à la fois cliniciens et spécialisés dans le domaine de l’orientation dont les compétences sont attestées par un diplôme et par une expérience. Enfin nous utilisons une méthode qui nous est propre, toujours réactualisée depuis les nombreuses années d’existence de l’association, et les psychologues travaillent en équipe, ce qui permet d’obtenir un regard croisé sur les jeunes.

Nous aidons l’étudiant à vraiment définir son projet et à cibler ses recherches, mais le laissons agir individuellement : c’est à lui de se rendre dans les salons et de prendre son projet en main. Nous les aidons à savoir s’ils sont plutôt fait pour une école d’ingénieurs ou des études de médecine par exemple, mais c’est à eux de choisir l’établissement de formation qui leur convient le mieux.

Notre démarche n’exclut pas la démarche dans un CIO ou, pour les écoles privées, dans un BDI, qui informent les jeunes sur les possibilités d’orientation. Notre démarche se réalise en amont de la démarche d’orientation.

Se lancer dans une voie !

Retour en haut de page