Des étudiants inégaux face à la réussite en licence

Le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a rendu publics les chiffres du taux de réussite en licence des étudiants. L'occasion de constater des disparités en fonction du parcours scolaire des jeunes et de leur réussite au baccalauréat notamment.

Les documents* publiés par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation quant à l’obtention — ou non — du diplôme de la licence par les élèves nous apportent plusieurs informations majeures.

Tout d’abord, on y apprend que le taux de réussite des étudiants pour cet examen n’est pas des plus élevés : en effet, parmi les bacheliers de l’année 2013, ils ne sont que 28 % à avoir décroché leur licence (générale ou professionnelle) en trois ans, et 41 % à l’avoir eue au bout de trois ou quatre ans. Les échecs et abandons sont donc nombreux ! La première année de licence est précisément là où le bât blesse et où les déconvenues se multiplient. Le ministère nous informe ainsi que sur les 153 000 inscrits en L1 en 2013-2014, 30 % ont abandonné à l’issue de l’année scolaire, et ils sont presque aussi nombreux à avoir redoublé. Au final, ce ne sont que 4 élèves sur 10 qui ont accédé à la deuxième année de licence.

Cependant, outre ce chiffre global qui n’est pas des plus positifs, le deuxième grand enseignement à tirer de la note de synthèse présentée par le ministère repose dans les disparités entre les étudiants : tous ne réussissent pas aussi bien en fonction de leur cursus d’origine, ou encore de leur réussite aux examens précédents. Petit passage en revue des catégories d’étudiants qui sont les plus nombreux à valider leur licence… et les autres.

Il y a ceux qui tirent leur épingle du jeu… 

  • Les filles (46 % de réussite en trois ans)
  • Les séries générales du baccalauréat : littéraire (32 %), économique (35 %) et scientifique (37 %)
  • Les mentions élevées au baccalauréat : mention Très bien (68 %), Bien (57 %) ou Assez bien (37 %)

… Et ceux qui sont à la traîne

  • Les garçons (34 % de réussite en trois ans)
  • Les séries technologiques du baccalauréat : STG (7 %) et les autres (10 %)
  • Les sans mention au baccalauréat (17 %) et ceux qui sont allés aux rattrapages (7 %)

Il faut noter en revanche que les écarts de réussite entre les différentes filières choisies en licence sont beaucoup moins importants : 27 % des étudiants en droit, économie ou gestion ont validé leur licence en trois ans, contre 32 % en lettres, langues, arts et sciences humaines, et 25 % en sciences, STAPS, santé.

À souligner par ailleurs que l’écart entre les filles et les garçons s’explique par le fait que les premières sont plus nombreuses à avoir un bac général en poche.

*Les chiffres pris en compte concernent les taux de réussite des étudiants ayant passé trois ans dans le même établissement universitaire, ou qui sont partis lors de la troisième année. Pour plus de détails, vous pourrez retrouver ici l’ensemble des documents fournis par le ministère.

Amandine Martinet