10 000 nouvelles formations aux métiers de l’environnement

10 000 formations aux métiers verts. C’est ce qu’ont annoncé Muriel Pénicaud, ministre du Travail et Estelle Sauvat, haut commissaire à la transformation des compétences ce lundi 14 mai. Cette démarche s’inscrit dans le plan d’investissement des compétences qui vise à former un million de jeunes peu qualifiés ainsi qu’un million de demandeurs d’emploi.

main-verte

Crédit Diplomeo

Transition écologique oblige, le gouvernement a annoncé par l’intermédiaire de la ministre du Travail français la création de 10 000 formations vertes.

Trouvez la bonne formation pour travailler dans le développement durable

Un modèle économique adapté aux enjeux environnementaux

Face aux problèmes environnementaux ainsi qu’au nombre important de demandeurs d’emploi en France, cette initiative a pour objectif de favoriser un modèle économique en accord avec la transition écologique.

Ces 10 000 formations seront cofinancées par Pôle emploi et seront mises en place dès 2018 dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences.

« Les emplois verts et verdissants représentent 4 millions d’emplois, nous devons saisir cette opportunité à l’heure où la lutte contre le chômage est notre priorité » a déclaré la ministre du Travail dans un communiqué.
Un chiffre qui comprend les professions dites « verdissantes », qui ont un impact direct sur l’environnement et qui représentent 1 216 000 emplois.
La création de ces 10 000 formations s’inscrit donc dans une volonté de répondre aux problématiques de la transition écologique ainsi qu’à celle de l’emploi. L’occasion, donc, de créer de la croissance verte qui s’avérera de plus en plus importante à l’avenir.

Trouvez votre formation dans le secteur de l’environnement

L’objectif de ces nouvelles formations

Les demandeurs d’emploi et les jeunes peu qualifiés auront l’occasion de développer des compétences afin d’intégrer différents secteurs.
Ils pourront ainsi travailler dans le tri des déchets ou encore l’entretien, la maintenance et le recyclage dans le secteur automobile.

Dans le bâtiment, les professionnels pourront développer des compétences en accord avec les enjeux environnementaux. Ainsi, ils seront formés à utiliser des bio-matériaux plus respectueux de l’environnement que ceux actuellement utilisés. Différents projets sont d’ailleurs en cours avec l’industrie du bâtiment et notamment avec la fédération française du bâtiment ainsi que la fédération nationale des travaux publics.

Le secteur de l’agriculture aura également son rôle à jouer. Les professionnels de cette industrie vont ainsi se lancer dans l’utilisation de la biomasse notamment grâce à la méthanisation. Autrement dit, l’utilisation de la matière organique pour la transformer en différents éléments comme du compost. Cette technique permet par exemple de produire de l’énergie renouvelable.

Ainsi, le plan de Muriel Pénicaud devrait permettre de faire évoluer les compétences des acteurs du monde professionnel. Des métiers ont déjà été mis à jour ou même créés comme le titre professionnel de chargé d’affaires en rénovation énergétique ou encore celui de technicien de maintenance d’équipements de chauffage.

Valentin Agbo Aclozo