Le recrutement pour le Groupe INSA avec Parcoursup

Bien que les Instituts Nationaux des Sciences Appliquées soient bien établis dans l’Enseignement Supérieur de manière historique, avec une création en 1957, ces écoles d’ingénieurs n’hésitent pas à revoir leur processus d’admission pour mieux convenir au contexte politico-social.

Parcoursup : une plateforme qui pousse à évoluer

En effet, avec l’arrivée de ce nouveau système d’affectation, les écoles doivent s’adapter. En raison d’une augmentation de 20 % des bacheliers, le Groupe INSA voit les candidatures s’accumuler d’année en année pour tous ses établissements. Dispersés dans les 14 écoles dans la France entière, déjà 17 800 candidats ont choisi une ou plusieurs formations du groupe parmi leurs vœux pour poursuivre leurs études et devenir ingénieur.

Cependant, seuls 5000 seront sélectionnés pour faire partie du processus d’admission pour 2 100 places en 1ère année. Afin de distinguer les élèves partageant leurs valeurs, les INSA ont décidé de s’axer sur une méthode différente et équitable : l’entretien de motivation. Les élèves sont convoqués dans le centre d’entretien le plus proche de leur résidence parmi les 9 présents en région métropolitaine, dans les DOM TOM ou encore au Maroc. De plus, les instituts veulent lutter contre les « Trois C : clonage, conformisme et cloisonnement » selon Eric Maurincomme, le président du Groupe tout en promouvant l’égalité sociale. L’un des autres atouts de ce type de recrutement est de diversifier le panel de futurs diplômés afin que ces derniers correspondent au monde du travail et aux enjeux que rencontrent les entreprises partenaires du Groupe INSA.

Un nouveau processus d’admission qui profite à qui ?

La nouvelle plateforme pour les vœux scolaires ne fonctionne pas comme APB en raison d’un nouvel algorithme. Ce dernier va permettre de faire remonter les boursiers pour les places supplémentaires. Ce procédé est une préoccupation et une valeur chère aux yeux des INSA qui prône une politique de discrimination positive. En effet, rendre l’ascension sociale plus accessible est une priorité pour le Groupe désirant accueillir d’autant plus des jeunes issus des zones d’éducation prioritaire, mais aussi se focaliser sur les filles de la filière bac S, de plus en plus nombreuses, et les élèves en situation de handicap. Eric Maurincomme parle ainsi de futurs diplômés de tous les horizons comme des « ingénieurs humanistes » à « l’environnement multidisciplinaire ».
Les titulaires d’un baccalauréat technologique devraient également profiter de ce nouvel algorithme pour accéder à l’INSA, car plus de places qu’auparavant leur seront réservées.

Un entretien peu banal

Outre le dossier scolaire et le parcours précédent, c’est le partage des valeurs qui est important afin de prodiguer une meilleure équité sociale. Les Groupes INSA ont ainsi jugé qu’un entretien de motivation permettrait de mieux établir le profil d’un candidat suite à une rencontre. Il n’y a alors pas de concours d’entrée avec des épreuves écrites à partir de cette année.

Pour Sonia Bechet, directrice adjointe de l’Institut Gaston Berger, l’objectif des écoles d’ingénieurs est de « prédire la capacité d’adaptation au modèle INSA ». Lors des journées de recrutement, toujours dans un esprit d’égalité, tous les postulants sont accueillis au préalable pour une réunion d’information sur les établissements. Durant un entretien de 45 minutes, les examinateurs jugent sur d’autres critères que le bulletin scolaire, considéré auparavant. La personnalité, l’ouverture d’esprit, la motivation, le comportement au sein d’un groupe ou encore l’attachement aux valeurs de l’INSA rentrent en compte pour juger le candidat.

Par ailleurs, afin de casser les schémas classiques d’un entretien avec des questions ordinaires, une image sert d’introduction. Représentant le voyage, le sport, ou encore les technologies, cette dernière permet aux candidats de se démarquer en amenant la conversation sur leurs atouts personnels. Ainsi, tout est mis en place pour mettre à l’aise l’élève, qui dans la plupart des cas passe son premier entretien. À la fin de celui-ci, il est possible d’évaluer son examinateur. Cette autre grande nouveauté sert à démontrer l’état d’esprit des INSA et leur volonté de rester bienveillant à l’égard des postulants. Parmi les enseignants chercheurs et psychologues responsables des entrevues, aucun ne peut poser de questions sur le parcours par le passé et les autres vœux, car il est nécessaire de s’axer sur la représentation du futur.

À la suite de ces journées de recrutement, les 5000 convoqués seront classés afin de faire un choix le 22 mai prochain et d’organiser dès lors la rentrée. S’approprier son campus, découvrir son logement sont en effet des activités importantes aux yeux du Groupe INSA qui espère accueillir au mieux les ingénieurs de demain.